#asie_du_sud


  • *

    ASIE

    PAYS

    Afghanistan, Azerbaïdjan, Bangladesh, Bhoutan, Birmanie, Brunei, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Kirghizstan, Laos, Malaisie, Maldives, Mongolie, Népal, Ouzbékistan, Pakistan, Philippines, Russie → Europe, Singapour, Sri Lanka, Tadjikistan, Taïwan, Thaïlande, Timor-Leste, Turkménistan, Turquie → Europe, Vietnam

    ORGANISATIONS

    AASCR : Association de l’Asie du Sud pour la coopération régionale (en anglais, South Asian Association for Regional Cooperation, Saarc) (Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Inde, Maldives, Népal, Pakistan, Sri Lanka)
    Anase : Association des nations de l’Asie du Sud-Est (en anglais Asean) (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam)
    Anase + 3 (les mêmes + Chine, Corée du Sud, Japon)
    APEC : Asia-Pacific Economic Cooperation, Coopération économique Asie-Pacifique
    groupe de Colombo (avril-mai 1954 : Inde, Pakistan, Ceylan, Birmanie, Indonésie)
    OCS : Organisation de coopération de Shanghaï (ex-groupe de Shanghaï) (Chine, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan ; observateurs : Afghanistan, Inde, Iran, Mongolie, Pakistan)
    Otase : Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est (1954-1977) (États-Unis, Royaume-Uni, France [jusqu’en 1965], Australie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Philippines, Thaïlande)

    DIVERS

    Asie centrale, Asie intérieure, Asie orientale
    Asie Mineure
    Asie du Sud, Asie du Sud-Est, Asie de l’Est, Asie du Nord-Est

    « bande des quatre » : Corée du Sud, Taïwan, Singapour, Hongkong
    « Grande Asie centrale »

    #asie #continents #asie_centrale #asie_du_nord_est #asie_du_sud #asie_du_sud_est

     

  • *

    Bangladesh (le)

    Nom officiel : République populaire du Bangladesh
    Habitants : Bangladai(se)s
    Monnaie : 1 taka (BDT) = 100 paisa

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 1972
    Chef de l’État : président de la République, M. Abdul HAMID (AL)
    Siège du chef de l’État : palais du Bengale (Dacca)
    Chef du gouvernement : première ministre, Mᵐᵉ Skeikh HASINA Wajed (AL)
    Siège du gouvernement : maison du peuple (Dacca)
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral : Chambre du peuple (Jatya Sangsad)
    Et aussi... : Cour suprême

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    AL : Ligue Awami (social-démocrate) (fondé en 1949)
    BNP : Bangladesh Jatiyatabadi ; Parti nationaliste du Bangladesh (libéral, nationaliste bengali) (fondé en 1978)
    JI : Jamaat-e-Islami Bangladesh ; Parti islamiste du Bangladesh (fondé en 1941) (interdit entre 1971 et 1978, puis en 2013 par la Cour suprême)
    PCB : Parti communiste du Bangladesh (fondé en 1948)

    Note : Seuls deux partis politiques, la Ligue Awami (AL) et le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), se succèdent au pouvoir tous les cinq ans depuis 1990.

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1971 (du Pakistan), par une guerre de libération du Bangladesh et avec le soutien militaire de l’Inde contre le Pakistan (troisième guerre indo-pakistanaise)
    Divers : nom précédent : Pakistan oriental, Bengale oriental

    territoire

    Capitale : Dacca

    Villes : Chittagong (premier port), Cox’s Bazar, Dholghata, Gwadar (port), Maeshkhali (île), Matarbari (projet japonais de port en eau profonde), Sonadia

    Contentieux : contentieux de souveraineté maritime avec la Birmanie et l’Inde

    Divers
    golfe du Bengale

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Et aussi : liberté de culte

    Langues
    Langue officielle : bengali
    Autres langues : anglais (langue courante), ourdou, hindi

    DIVERS

    The Daily Star (Dacca)

    Rohingyas, peuple devenu apatride ; le régime birman les considère comme bangladais et le régime bangladais les considère comme birmans

    #pays #bangladesh #asie #asie_du_sud

     

  • *

    Bhoutan (le)

    Nom officiel : royaume du Bhoutan
    Habitants : Bhoutanai(se)s
    Monnaie : 1 ngultrum = 100 chetrums
    La roupie indienne a également cours légal.

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle unitaire
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 2008
    Chef de l’État : roi-dragon, M. JIGME KHESAR Namgyel Wangchuck
    Siège du chef de l’État : palais de Lingkana (Thimphou)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Tshering TOBGAY (PDP)
    Siège du gouvernement : dzong de Tashichho, la « forteresse de la glorieuse religion » (Thimphou)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Chi Tshog) : Assemblée nationale et Conseil national
    Et aussi... : Cour suprême
    Pays bouddhiste, minorité d’hindouistes d’origine népalaise.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées du royaume du Bhoutan (terre)
    Police : police royale bhoutanaise
    Et aussi... : Politique extérieure contrôlée par le Royaume-Uni depuis 1910, puis également par l’Inde indépendante ; pas d’ingérence dans la politique intérieure.
    Meilleure maîtrise du Bhoutan de sa politique extérieure depuis le traité d’amitié et de coopération avec l’Inde (2007).

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Partis officiels (tous sont royalistes et progressistes)

    BKP : Bhutan Kuen-Nyam Party (fondé en 2013)
    DCT : Druk Chirwang Tshogpa (fondé en 2013)
    DNT : Druk Nyamrup Tshogpa (fondé en 2013)
    DPT : Druk Phuensum Tshogpa ; Parti bhoutanais de l’unité et de l’harmonie (fondé en 2007, remporte les premières élections de l’histoire du pays, aujourd’hui dans l’opposition)
    PDP : Parti démocratique populaire (fondé en 2007, premier parti de l’histoire du Bhoutan, au pouvoir)

    Dissidents (non royalistes)

    CPB : Parti communiste du Bhoutan (opposition à la monarchie, marxiste-léniniste-maoïste) (fondé en 2003, en exil au Népal)

    Note : Premières élections en 2008 et première alternance démocratique en 2013 (DPT-PDP).

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1947 (du Royaume-Uni*) ; 1949 (de l’Inde)
    Divers : devient un royaume unifié en 1907 (établissement de la dynastie Wangchuck)
    * le Bhoutan était colonisé au même titre que l’Inde, mais avec une autonomie de gestion des affaires internes.

    TERRITOIRE

    Capitale : Thimphou (ou Thimbu)

    Divisions administratives : le Bhoutan est divisé en 20 districts (dzongkhag)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : bouddhisme

    Langues 
    Langue officielle : dzongkha (dialecte tibétain)
    Autres langues : autres dialectes tibétains et népalais

    DIVERS

    indicateur du bonheur intérieur brut (BIB)
    le pays n’entretient pas de relations diplomatiques avec les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies
    frontière avec la Chine non déterminée
    Lhotshampas (« gens du Sud »), plus large tribu népalaise présente au Bhoutan

    #pays #bhoutan #asie #asie_du_sud

     

  • *

    Birmanie (la)

    Nom officiel : République de l’Union de Birmanie
    Habitants : Birman(e)s
    Monnaie : 1 kyat (MMK) = 100 pyas

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république (union fédérale)
    Régime : présidentiel (autoritaire)
    Texte fondamental : Constitution de 2008
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. HTIN KYAW (LND)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Naypyidaw)
    Pouvoir législatif : Assemblée (bicamérale) de l’Union de Birmanie, Chambre des nationalités (Amyotha Hluttaw) et Chambre des représentants (Pyithu Hluttaw)
    Et aussi... : Cour suprême de l’Union ; sont réservés aux militaires : 25 % des sièges au Parlement (cela leur confère un droit de veto pour tout changement constitutionnel) et trois ministères stratégiques (défense, intérieur et frontières)

    Note : Mᵐᵉ Aung Saan SUU KYI est conseillère d’État et porte-parole de la présidence depuis avril 2016 (également ministre des affaires étrangères)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : Tatmadaw (la), BGF (Border Guard Force)
    Police : MPF (Myanmar Police Force, unités locales uniquement)
    Et aussi... : Pyithu Swan Arr Shin (milice de la junte)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    ANP : Arakan National Party ; Parti national d’Arakan (parti de l’État d’Arakan, opposition) (fusion de l’Arakan League for Democracy et du Rakhine Nationalities Development Party fondé en 2014)
    LND : National League for Democracy ; Ligue nationale pour la démocratie (ex-parti d’opposition historique, au pouvoir depuis 2016) (fondé en 1988)
    USDP : Union Solidarity and Development Party ; Parti de la solidarité et du développement de l’Union (parti de la junte) (émanation de l’Union Solidarity and Development Association, USDA, fondé en 2010)
    PNO : Pao National Organization (fondé en 1949)
    SNLD : Shan Nationalities League for Democracy ; Ligue des nationalités shan pour la démocratie (parti shan) (fondé en 1988)
    TNP : Ta’ang National Party ; Parti national Taang
    ZCD : Zomi Congress for Democracy (fondé en 1988, frappé d’interdiction en 1992 puis de nouveau autorisé en 2012 sous le nom de Zomi Congress League for Democracy Party)

    Ma Ba Tha (mouvement nationaliste bouddhiste)

    Groupes armés

    ARIF : Arakan Rohingya Islamic Front ; Front islamique du Rohingya Arakan (FIRA) (rébellion islamique) (années 1990)
    MLBO : Muslim Liberation Organization of Burma ; Organisation de libération musulmane de la Birmanie (ou Arakan Liberation Organization) (rébellion islamique) (formée en 1980)
    MNDAA : Myanmar National Democratic Alliance Army (rébellion nationaliste kokang) (formé en 1989)
    Pao National Army (branche armée du PNO) (1949-1991)
    SSA-S : Shan State Army South (rébellion shan) (scission de la Shan United Revolutionary Army en 1996)
    UWSA : United Wa State Army (bras armé de l’United Wa State Party fondé en 1989)

    PERSONNALITÉS

    Les noms propres birmans forment des amalgames indissociables. Exemple : M. THAN SHWE. Mᵐᵉ AUNG SAN SUU KYI peut être nommée simplement Mᵐᵉ SUU KYI (AUNG SAN est le nom de son père). U est un titre de civilité.

    général KHIN NYUNT (premier ministre 2003-2004) (« feuille de route »)
    général MAUNG AYE (ex-numéro deux de la junte)
    général THAN SHWE (ex-président)
    M. THEIN SHEIN (ex-président 2011-2016)
    colonel YORD SERK (SSA-S)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 4 janvier 1948 (du Royaume-Uni)
    Divers : février 1947, conférence de Panglong ; le pays a été renommé Myanmar en 1989 par la junte ; « révolution safran » (septembre 2007, inaboutie) ; mai 2008, passage du cyclone Nargis

    Personnalités
    U Ottama †, U Wisara † (bonzes opposés aux colons britanniques)

    Divers
    SPDC : State Peace and Development Council, Conseil d’État pour la paix et le développement (nom officiel de la junte anciennement au pouvoir)
    Génération 88 (opposition à la junte)

    TERRITOIRE

    Capitale : Naypyidaw (capitale administrative)

    Divisions administratives : La Birmanie est divisée en 7 régions, 7 États et 1 territoire de l’Union
    États : chin, kachin, karen, karenni, mon, rakhine (ou d’Arakan), shan
    Villes : Kengtung (État shan), Kunlong, Kyaupkyu (port, contrôle chinois), Loikaw (capitale de l’État karenni), Mandalay, Mong La (petit Macao), Muse, Namkham, Naypyidaw (« cité royale ») (nouvelle capitale), Pakokku, Panghsang (quartier général des Was), Pyinmana, Rangoun, Sittwe, Tai Ping, Toungoo, Taunggok, Thamanya

    Contentieux : contentieux maritimes avec le Bangladesh et l’Inde ; construction de clôture des frontières avec le Bangladesh et l’Inde

    Divers
    Rangoun (n’est plus la capitale officielle depuis 2005 ; graphie officielle : Yangoun)
    Pyinmana (ancien nom de Naypyidaw, 2006)
    Salween, Irrawaddy (fleuves)
    Shwe (gaz naturel)
    le Nord et l’Est de la Birmanie sont le front de conflits entre les minorités ethniques et l’armée birmane
    « région spéciale » n° 1 (ou 2, 3... 7)
    le Kokang (zone de la région n° 1)
    Ramree (île)
    îles Cocos (une base chinoise du « collier de perles »)
    champ gazier de Yadana (océan Indien)
    barrage de Ta Sang (Salween) ; barrage de Myitsone
    Hatgyi (projet de barrage, Salween)
    Tasang (projet de barrage, Salween)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : bouddhisme
    Et aussi : christianisme, islam

    Sangha Maha Nayaka (haut clergé bouddhiste)

    Langues
    Langue officielle : birman (bamar)
    Autres langues : les minorités ethniques ont leur propre langue, il existe plus d’une centaine de langues et dialectes

    Médias
    Myanmar Times (Rangoun)

    DIVERS

    ethnies : Bamars (ou Birmans, représentent environ 2/3 de la population) Chinois, Indiens, Karens, Karennis, Lahus, Lakhas, Paos, Rohingyas (minorité musulmane non reconnue par le régime birman), Shans, Was...

    Le régime birman reconnaît officiellement 135 ethnies et autant de langues et dialectes.

    MOGE : Myanma (sans « r ») Oil and Gas Enterprise (compagnie nationale)

    #pays #birmanie #asie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Brunei (/), m.

    Nom officiel : sultanat de Brunei Darussalam
    Habitants : Brunéien(ne)s
    Monnaie : 1 dollar brunéien (BND) = 100 cents

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : sultanat, monarchie absolue
    Régime : autoritaire
    Texte fondamental : Constitution de 1959 ; certaines dispositions constitutionnelles sont suspendues depuis 1962 (instauration de l’état d’urgence) puis 1984 (indépendance)
    Chef de l’État et du gouvernement : sultan, Hassanal Bolkiah
    Siège du chef de l’État : Istana Nurul Iman, « palais de la lumière de la foi » (Bandar Seri Begawan)
    Pouvoir législatif : Conseil législatif (Majlis Mesyuarat Negara Brunei)
    Et aussi... : Cour suprême ; Cour d’appel islamique ; les membres du Conseil législatif sont nommés par le sultan, les dernières élections ont eu lieu en mars 1962 ; la charia est la base du système légal (depuis 2014)

    Le sultan détient l’ensemble des pouvoirs régaliens

    conseils du sultan : Conseil des ministres, Conseil des affaires religieuses, Conseil législatif (interdit en 1962 et rétabli en 2004), Conseil privé, Conseil de succession

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées royales brunéiennes

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Parti Pembanguan : Parti du développement national (unique parti politique autorisé) (fondé en 2005)

    Interdits

    BPP : Brunei People’s Party ; Parti populaire de Brunei (fondé en 1956, interdit en 1962)
    Pakar : People’s Awareness Party ; Parti de la conscience populaire (interdit en 2007)
    PPKB ou BNSP : Brunei National Solidarity Party ; Parti de la solidarité nationale (enregistré en 1986, interdit en 2008)

    Note : Les partis politiques ont un rôle très limité dans la vie politique.

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1er janvier 1984 (du Royaume-Uni)
    Divers : 1962, abolition de la Constitution

    TERRITOIRE

    Capitale : Bandar Seri Begawan

    Divisions administratives : Brunei est divisé en 4 districts
    Villes : Kuala Belait, Tutong, Jerudong

    Contentieux : contentieux de frontière maritime avec le Vietnam (récif Louisa) ; contentieux de souveraineté avec la Chine, les Philippines, la Malaisie, le Vietnam (et Taïwan) à propos des îles Spratleys

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religion principale : islam
    Et aussi : christianisme, bouddhisme

    Langues
    Langue officielle : malais
    Autres langues : anglais, chinois

    DIVERS

    Régime fiscal : paradis fiscal
    économie de rente pétrolière (2/3 du PIB et 90 % des recettes budgétaires)
    exploitation conjointe des hydrocarbures entre l’État et l’opérateur Shell ; Total opère à hauteur de 8 % de la production

    Le sultanat de Brunei est aussi localement nommé « monarchie islamique malaise » (Melayu Islam Beraja, MIB, devise nationale)

    #pays #brunei #asie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Cambodge (le)

    Nom officiel : royaume du Cambodge
    Habitants : Cambodgien(ne)s
    Monnaie : 1 riel (KHR) = 100 sen (le dollar est également utilisé)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 1993
    Chef de l’État : roi, Norodom SIHAMONI
    Siège du chef de l’État : palais royal (Phnom Penh)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. HUN SEN (CPP)
    Siège du gouvernement : Phnom Penh
    Pouvoir législatif : Parlement du Cambodge, bicaméral (Sénat et Assemblée nationale)
    Et aussi... : Conseil royal du trône (9 membres, élit le roi parmi les membres éligibles de la descendance royale) ; Cour suprême ; Cour constitutionnelle

    « Le roi règne mais ne gouverne pas », principe consacré par la Constitution

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées royales cambodgiennes

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Funcinpec : Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif (royaliste) (fondé en 1981)
    PPC : Parti du peuple cambodgien (au pouvoir) (ex-Parti révolutionnaire du peuple khmer, parti unique, fondé en 1951)
    PSNC : Parti du sauvetage national du Cambodge (fusion des deux principaux partis d’opposition) (alliance électorale formé en 2013, dissous en novembre 2017)

    AUTRES ORGANISATIONS

    Associations
    Adhoc : Association pour les droits humains et le développement au Cambodge
    CCHR : Cambodian Center for Human Rights, Centre cambodgien des droits humains
    Licadho : Ligue cambodgienne des droits humains

    PERSONNALITÉS

    Les noms propres cambodgiens forment un amalgame indissociable ; ils sont donc classés alphabétiquement par le premier élément.

    général HUN MANET (fils aîné de M. HUN SEN)
    M. HUN MANY (benjamin de M. HUN SEN)
    M. KEAT CHHON (ex-ministre de l’économie et des finances)
    KEM LEY † (analyste politique assassiné en 2016)
    M. KEM SOKHA (opposition)
    RITHY PANH (cinéaste, documentariste)
    M. SAM RAINSY (opposant en exil)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 9 novembre 1953 (de la France)
    Divers : gouvernement des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 6 janvier 1979 ; occupation vietnamienne

    Personnalités

    général LON NOL † (premier ministre entre 1970 et 1972 ; président de la république khmère entre 1972 et 1975)
    Norodom SIHANOUK † (prédécesseur et père de Norodom SIHAMONI, abdique en 2004 ; décédé en 2012)

    Khmers rouges
    M. Kang Kek Ieu (et non Ien), alias DOUCH
    IENG SARY †
    M. KHIEU SAMPHAN
    IENG THIRITH †
    M. NUON CHEA (« Frère numéro 2 »)
    POL POT † (« Frère numéro 1 »)
    SON SEN † ; SON épouse YUN YAT †
    THIOUNN THIOEUNN †

    Angkar (l’) (l’« Organisation »)
    Santebal (« branche spéciale », ou police politique)
    Kampuchéa démocratique (régime de POL POT, 1975-1979)

    Divers
    République populaire du Kampuchéa (RPK) (1979-1989)

    TERRITOIRE

    Capitale : Phnom Penh

    Divisions administratives : le Cambodge est divisé en 24 provinces (khett) et 1 municipalité (krong)

    Villes : Sihanoukville, Battambang, Siem Reap

    Contentieux : tensions liées à la construction par la Chine de barrages sur le Mékong affectant le Cambodge, le Vietnam et la Laos ; contentieux de souveraineté avec la Thaïlande sur une zone située aux abords du temple de Preah Vihear

    Divers
    Tonlé Sap (le « grand lac »)
    esplanade du Wat Botum (à Phnom Penh)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : bouddhisme
    Religion principale : bouddhisme
    Et aussi : islam, christianisme

    Langues
    Langue officielle : khmer

    DIVERS

    tribunal pour le procès des Khmer rouges : Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, chargées de juger les responsables des crimes commis entre 1975 et 1979 (juridiction mixte composée pour moitié de magistrats cambodgiens et pour moitié de magistrats internationaux)
    krama (écharpe à carreaux traditionnelle)

    #pays #cambodge #asie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Inde (l’) f.

    Nom officiel : République de l’Inde
    Habitants : Indien(ne)s
    Monnaie : 1 roupie (INR) = 100 paisa

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution du 26 janvier 1950
    Chef de l’État : président de la République, M. Pranab MUKHERJEE (non rattaché à un parti politique)
    Siège du chef de l’État : résidence présidentielle, « Rashtrapati Bhavan » (New Delhi)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Narendra MODI (BJP)
    Siège du gouvernement : Panchavati, aussi désigné « 7, RCR » (New Delhi)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral, Sansad (Conseil des États, Rajya Sabha, et Assemblée du peuple, Lok Sabha)
    Fonctions régaliennes : Bharatiya Sashastra Senai, forces de l’armée indienne ; bureau central d’enquête (BCI) (civil) ; agence indienne du renseignement extérieur (RAW)
    Et aussi... : Cour suprême
    système juridique basé sur le modèle anglais ; système de castes (varna) toujours présent malgré l’abolition de 1950
    le président de la République a un rôle symbolique
    le découpage fédéral repose sur des bases linguistiques

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Le Parti du Congrès et le Parti du peuple indien (BJP) se succèdent au pouvoir depuis les années 1990 ; émergence récente de partis régionaux alliés au BJP au sein de l’Alliance nationale démocratique majoritaire au Parlement.

    AAP : Aam Aadmi Party ; Parti de l’homme ordinaire (anticorruption, extrême droite) (fondé en 2012)
    AIADMK : All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam (scission du Dravida Munnetra Kazhagam) (fondé en 1972)
    AITC : All India Trinamool Congress (nationaliste indien, anticommuniste) (fondé en 1998)
    BJD : Biju Janata Dal (fondé en 1997)
    BJP : Bharatiya Janata Party ; Parti du peuple indien (ultranationalistes hindous) (fondé en 1980)
    BSP : Bahujan Samaj Party ; Parti de la société majoritaire (fondé en 1984)
    LMUI : Ligue musulmane de l’Union indienne, comité de l’état Kerala (fondé en 1948)
    Parti du Congrès (gauche) (fondé en 1885 ; parti historique de Nehru et de tous les premiers ministres indiens jusqu’en 1991)
    PCI : Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) (fondé en 1964)
    PCI-m : Parti communiste d’Inde maoïste (fondé en 2004)
    PTD : Parti Telugu Desam (fondé en 1982)
    SHS : Shiv Sena (extrême droite, extrémistes hindous) (fondé en 1966)
    TRS : Telegana Rashtra Samithi (fondé en 2001)
    YSRCP : YSR Congress Party (régionaliste) (fondé en 2011)

    • Groupes armés
    PLGA : People’s Liberation Guerrilla Army (naxalites) (fondé en 2000)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 août 1947 (du Royaume-Uni)
    Divers : guerres indo-pakistanaises (1947, 1965, 1971, 1999)
    L’Inde devient une république le 26 janvier 1950

    TERRITOIRE

    Capitale : New Delhi

    Contentieux : contentieux de souveraineté avec le Pakistan (et la Chine) à propos du Cachemire ; contentieux de frontière avec le Népal et sur une zone de 400 kilomètres carrés autour de la rivière Kalampani

    Divers
    Jammu-et-Cachemire (État du Nord de l’Inde) (le reste du Cachemire est divisé entre le Pakistan et la Chine. Conflit ouvert) ; Bengale-Occidental (État du Nord-Est)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : État laïque
    Religions principales : hindouisme, islam

    Langues
    Langues officielles : anglais, hindi
    Autres langues : 18 langues constitutionnelles en plus de l’anglais et de l’hindi

    DIVERS

    Compagnie des Indes orientales ; Compagnie britannique, néerlandaise, française des Indes orientales
    Monuip : Mission d’observation des Nations unies pour l’Inde et le Pakistan
    les brahmanes (première caste ; prêtes, lettrés)
    les adivasi (« habitants des origines » ; populations tribales)
    ambedkariste
    les chamar (artisans du cuir considérés comme intouchables)
    les dalit (intouchables, hors caste) (en romain, invariable)
    déobandisme (école de pensée musulmane sunnite, présente également en Afghanistan)
    les jat (haute caste)
    les kshatriya (deuxième caste ; nobles et guerriers) (en romain, invariable)
    nehruvien
    des personnes pendjabies, sikhes, jaïnes
    les shudra (quatrième caste ; artisans, paysans) (en romain, invariable)
    les vaishya (troisième caste ; marchands) (en romain, invariable)

    #pays #inde #asie #asie_du_sud

     

  • *

    Indonésie (l’), f.

    Nom officiel : République d’Indonésie
    Habitants : Indonésien(ne)s
    Monnaie : 1 roupie (ou roupiah) indonésienne (IDR) = 100 sen

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    (2016)

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1945 (abrogée puis restaurée)
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Joko Widodo (« Jokowi ») (PD)
    Siège du chef de l’État : palais de l’Indépendance (Djakarta)
    Pouvoir législatif : Assemblée consultative du peuple bicamérale (Conseil représentatif et Chambre des représentants)
    Et aussi... : Cour suprême (Mahkamah Agung) ; Cour constitutionnelle (Mahkamah Konstitusi)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées indonésiennes, Angkatan Bersenjata Republik Indonesia (ABRI)
    Services de renseignement : Badan Intelijen Negara (BIN)
    Et aussi... : Kopassus : « bérets rouges » indonésiens (forces spéciales)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    FPI : Front des défenseurs de l’islam (fondé en 1998) (ultraconservateur)
    Gerindra (fondé en 2008)
    Golkar (fondé en 1964 par les forces armées)
    PAN : Parti du mandat national (fondé en 1998)
    PD : Parti démocrate (fondé en 2001)
    PDI-P : Parti indonésien de lutte (centre gauche, au pouvoir) (fondé en 1998)
    PKB : Parti du réveil national (laïc) (fondé en 1999)
    PPP : Parti pour l’unité et le développement (coalition musulmane) (formée en 1973)

    Groupes armés

    Hasmi : Harakah Sunni for the Indonesian Society
    JI : Jemaah Islamiyah (salafiste djihadiste, lié à Al-Qaida) (formé en 1993)

    PERSONNALITÉS

    M. Basuki Tjahaja Purnama, dit AHOK (ex-gouverneur de Djakarta, condamné pour blasphème en 2017)
    M. Susilo Bambang Yudhoyono (ancien président de la République 2004-2014, surnommé « SBY »)
    Mᵐᵉ Megawati Sukarnoputri (ex-présidente, 2001-2004) (fille de Sukarno) (indiquer nom et prénom à chaque fois)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 17 août 1945 (proclamation de l’indépendance des Pays-Bas)
    Divers : octobre 2002 : attentat de Bali ; 2004 : tsunami, qui touche particulièrement la province d’Atjeh (Sumatra)

    Personnalités
    Theys Eluay † (chef indépendantiste papou, assassiné en 2001)
    SUHARTO † (plutôt que Soeharto) (dictateur, chute en 1998)
    SUKARNO † (plutôt que Soekarno) (ne pas indiquer de prénom [Ahmad ou Ahmed]) (« père de l’indépendance » en 1945, au pouvoir jusqu’en 1966-1967)
    Abdurrahman Wahid † (musulman modéré, ex-chef de l’État, d’octobre 1999 à juillet 2001) (dit « Gus Dur », « l’oncle Abdurrahman », PKB)

    TERRITOIRE

    Capitale : Djakarta (île de Java)

    Divisions administratives : L’Indonésie est divisée en 31 provinces (provinsi-provinsi, singulier provinsi), 1 province autonome et 1 région spéciale.
    Province autonome : Atjeh (LOGA, loi sur le gouvernement d’Atjeh, 2006)
    Région spéciale : Yogyakarta
    ...
    Villes : Bandung, Surabaya (île de Java), Medan, Palembang, Makassar, Semarang

    Contentieux : contentieux de frontière terrestre (zone frontalière Tanjung Datu et Camar Wulan) et maritime (bloc pétrolier Ambalat dans la mer des Célèbes) avec la Malaisie ; contentieux de frontière maritime avec Singapour (nord de Batam)

    Divers
    État archipélagique composé des îles de Java, Sumatra, Kalimantan (à Bornéo), Sulawesi (Célèbes), Bali, Papouasie (en Nouvelle-Guinée occidentale), Moluques...
    trois mille îles habitées

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : islam
    Et aussi : protestantisme, catholicisme, hindouisme, bouddhisme
    premier pays musulman du monde

    Langues
    Langue officielle : indonésien (bahasa indonesia)
    Autres langues : anglais, néerlandais, dialectes locaux (javanais...)

    Médias
    Kompas (« la boussole » : quotidien)

    DIVERS

    ressources en hydrocarbures

    Membre de : Anase

    pancasila (le) (« cinq principes »), philosophie/idéologie de l’État indonésien

    #pays #asie #indonésie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Laos (le)

    Nom officiel : République démocratique populaire lao (RDPL)
    Habitants : Laotien(ne)s
    Monnaie : kip (LAK)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : communiste à parti unique
    Texte fondamental : Constitution de 1991
    Chef de l’État : président de la République, M. BOUNGNANG Vorachit (PRPL)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Vientiane)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. THONGLOUN Sisoulith (PRPL)
    Siège du gouvernement : palais du gouvernement (Vientiane)
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale monocamérale (Sapha Heng Xat)
    Et aussi... : Cour suprême populaire ; Politburo (11 membres) et Comité central (69 membres) du Parti

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées populaires lao

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    PRPL : Parti révolutionnaire populaire lao (PPPL : Phak Paxaxon Pativat Lao (communiste) (fondé en 1955)

    Note : le Parti communiste est le seul parti légal depuis 1975, il n’y a pas d’opposition politique organisée ; les syndicats et la presse sont étroitement contrôlés.

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 19 juillet 1949 (de la France), effective en 1953-1954 ; indépendance proclamée en 1945
    Divers : renversement de la monarchie en 1975 ; traité spécial d’amitié et de coopération avec le Vietnam en 1977

    Personnalités
    KAYSONE Phomvihane † (secrétaire général du Parti de 1955 à 1992)
    SOUPHANOUVONG † (« le Prince rouge »)

    Divers
    royaume du Lan Xang
    Pathet Lao

    TERRITOIRE

    Périphrase du nom officiel : « pays du million d’éléphants »
    Capitale : Vientiane
    Superficie  : 236 800 km²
    Longueur de côtes  : 0 km (enclavé)
    ZEE  : 0 km² (aucune)

    Divisions administratives : le Laos est divisé en 17 provinces et 1 ville capitale
    Villes : Luang Prabang, Paksé, Phongsaly, Sam Neua, Savannakhet, Thakhek

    Contentieux : contentieux de frontière avec la Thaïlande à propos des îles situées sur le fleuve Mékong ; tensions liées à la construction par le Chine de barrages sur le Mékong affectant le Cambodge, le Vietnam et la Laos

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : bouddhisme
    Et aussi : animisme, christianisme

    Langues
    Langue officielle : laotien
    Autres langues : français, anglais, langues locales

    DIVERS

    Nam Theun 2 (barrage)
    les Hmongs
    That Luang (monument symbole du pays)

    Membre de : l’Anase (depuis 1997), l’OIF (depuis 1991), la Commission du Mékong

    #laos #pays #asie #asie_du_sud_est

     


  • *

    Malaisie (la)

    Nom officiel : Malaisie
    Habitants : Malaisien(ne)s
    Monnaie : 1 ringgit (MYR) = 100 sen

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle fédérale
    Régime : non déterminé
    Texte fondamental : Constitution de 1957
    Chef de l’État : roi, M. Abdul Halim Muadzam Shah (jusqu’en 2016)
    Siège du chef de l’État : Istana Negara, palais royal (Kuala Lumpur)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. NAJIB Razak
    Siège du gouvernement : Kuala Lumpur
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Sénat, non élu, et Chambre des représentants, élue)
    Et aussi... : Cour fédérale ; s’ajoutent aux tribunaux civils des tribunaux religieux ; les États ont à leur tête un sultan (sauf Malacca, Penang, Sabah et Sarawak, qui ont à leur tête un gouverneur nommé par le gouvernement) ; un roi est élu tous les cinq ans parmi les 9 souverains (sultans) de la fédération ; le roi a avant tout un rôle honorifique (il a simplement le dernier mot sur la nomination du premier ministre)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées malaisiennes

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    BN : Barisan Nasional ; Front national (coalition composée de 13 partis communautaires et de 9 partis représentant les peuples du Sabah et du Sarawak, dominée par l’UMNO, droite) (formée en 1973)
    UMNO : United Malays National Organisation ; Organisation nationale des Malais unis (droite nationaliste) (fondé en 1946)

    DAP : Democratic Action Party (opposition chinoise) (fondé en 1966)
    PAS : Parti Islam se Malaysia ; Parti islamique panmalaisien (opposition) (scission de l’UMNO, fondé en 1951)
    PH : Pakatan Harapan ; Coalition de l’espoir (coalition mouvements de gauche) (formée en 2015)
    PSM : Parti Sosialis Malaysia ; Parti socialiste de Malaisie (fondé en 1998, autorisé en 2008)
    TERAS : Sarawak People’s Energy Party (fondé en 2013)

    Note : La coalition Barisan Nasional est au pouvoir depuis l’indépendance.

    AUTRES ORGANISATIONS

    Bersih (mouvement pour une réforme du système électoral, fondé en 2006)

    PERSONNALITÉS


    En Malaisie, les gens sont désignés par leur prénom et non par leur nom de famille : M. Mahathir Mohamad → M. Mahathir

    M. ABDULLAH Badawi
    M. ANWAR Ibrahim (opposition, Pakatan Rakyat)
    M. MAHATHIR Mohamad (premier ministre 1981-2003)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 31 août 1957 (du Royaume-Uni)
    Divers : ex-Fédération de Malaisie (1948-1963) ; 16 septembre 1963 : formation de la Malaisie ; Singapour est exclue de la fédération en 1965

    Personnalités
    Jaafar Abdul Rahman † (ex-roi, décédé en 2008)

    Divers
    ISA : Internal Security Act (permet la détention des suspects pendant soixante jours)
    NPE : nouvelle politique économique (discrimination positive dans les universités et dans le monde des affaires au profit des Malais)

    TERRITOIRE

    Capitales : Kuala Lumpur ; Putrajaya (capitale administrative)

    Divisions administratives : la Malaisie est divisée en 13 États auxquels s’ajoutent 3 territoires fédéraux (Kuala Lumpur, Putrajaya et Labuan). Ils sont répartis en 2 régions administratives, la Malaisie péninsulaire (11 États et 2 territoires fédéraux) et la Malaisie orientale, c’est-à-dire le nord de l’île de Bornéo (2 États et 1 territoire fédéral)

    États : sept sultanats (Johor, Kedah, Kelantan, Pahang, Perak, Selangor, Terengganu), Negeri Sembilan, Perlis (dirigé par un raja), quatre États dirigés par un « gouverneur honorifique » (Penang, Malacca, Sabah, Sarawak).

    Villes : Bahru, George Town, Ipoh, Kilang, Kota Kinabalu, Kuala Trengganu, Kuantan, Kuchin, Malacca, Miri, Oya, Penang, Port Kang, Sandakan, Seremban, Seria, Sibu, Tanjong Pagar

    Malaisie péninsulaire et Malaisie orientale

    Contentieux : contentieux de souveraineté avec la Chine, les Philippines, le Vietnam, Brunei (et Taïwan) à propos des îles Spratleys ; contentieux de frontières terrestre (zone frontalière Tanjung Datu et Camar Wulan) et maritime (bloc pétrolier Ambalat dans la mer des Célèbes) avec l’Indonésie ; la Malaisie a échangé deux blocs d’hydrocarbures avec Brunei contre l’arrêt de ses revendications sur le corridor de Limbang

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religions principales : islam, bouddhisme
    Et aussi : hindouisme, christianisme, taoïsme

    Langues
    Langue officielle : malais
    Autres langues : anglais, dialectes chinois (cantonais, mandarin, hakka, min, fouzhou), tamoul, télégou, malayalam, pendjabi, thaï, langues indigènes (iban, kadazan)

    Médias
    New Straits Times (quotidien, Kuala Lumpur)

    DIVERS

    attention à différencier ethnie malaise et nationalité malaisienne
    hudud (le) : partie de la Charia islamique relative aux crimes, blasphème, adultère et tenue vestimentaire (programme politique du PAS)
    Bumiputras : « fils du sol », population malaise indigène représentant 10 % de la population)
    ressources en hydrocarbures

    Membre de : l’Anase

    #pays #asie #malaisie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Maldives (les), f.

    Nom officiel : République des Maldives
    Habitants : Maldivien(ne)s
    Monnaie : 1 rufiyaa (MVR) = 100 laari

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république islamique unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2008
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Abdulla Yameen (PPM) (depuis 2013)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Malé)
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral, Majlis (Conseil des citoyens)
    Et aussi... : Cour suprême

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : force de défense nationale des Maldives
    Police : services de police des Maldives (MPS)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    AP : Adhaalath Party ; Parti de la justice (islamiste, affilié aux Frères musulmans) (fondé en 2005)
    JP : Jumhooree Party ; Parti républicain (opposition) (fondé en 2008)
    MDA : Maldives Development Alliance (formée en 2012)
    MDP : Maldavian Democratic Party (opposition libérale démocrate) (fondé en 2003)
    PPM : Progressive Party of Maldives (islamiste, parti de gouvernement) (fondé en 2011)

    Note : Les premières élections législatives libres et la première élection présidentielle multipartite ont lieu en 2008 et 2009.

    PERSONNALITÉS

    M. Maumoon Abdul Gayoom (président 1978-2008)
    M. Mohamed Nasheed (président en 2008 destitué en 2012)
    M. Mohamed Waheed Hassan Manik (président 2012-2013)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 26 juillet 1965 (du Royaume-Uni)
    Divers : la Constitution de 1997 consacre la République islamique

    TERRITOIRE

    Capitale : Malé

    Divisions administratives : les Maldives sont divisées en 7 provinces et 1 municipalité
    Municipalité : Malé
    Atolls : Alifu, Baa, Dhaalu, Faafu, Gaafu Alifu, Gaafu Dhaalu, Gnaviyani, Haa Alifu, Haa Dhaalu, Kaafu, Laamu, Lhaviyani, Meemu, Noonu, Raa, Seenu, Shaviyani, Thaa, Vaavu

    Contentieux : aucun

    Divers
    archipel composé de 1 200 îles regroupées en 19 atolls
    îles Marao (une base chinoise du « collier de perles »)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam sunnite
    Religions principales : islam sunnite

    Langues
    Langue officielle : maldivien (dialecte cinghalais, écriture dérivée de l’arabe)
    Autres langues : anglais

    DIVERS

    Membre de : l’Aosis, Saarc

    Le nom « Maldives » vient des mots sanskrits mala, « guirlande », et dvipa , « île »

    #pays #asie #maldives #asie_du_sud

     

  • *

    Népal (le)

    Nom officiel : République du Népal
    Habitants : Népalai(se)s
    Monnaie : 1 roupie népalaise (NPR) = 100 paise (singulier paisa)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution du 20 septembre 2015
    Chef de l’État : présidente de la République, Mᵐᵉ Bidhya Devi BHANDARI (CPN-UML)
    Siège du chef de l’État : résidence présidentielle, Rastrapati Bhawan (Katmandou)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Sharma OLI (CPN-UML)
    Siège du gouvernement : Baluwatar (Katmandou)
    Pouvoir législatif : Parlement unicaméral (Sambidhan Sabha)
    Et aussi... : Cour suprême ; Conseil constitutionnel
    Chaque État a son organe législatif et son gouvernement.
    Majorité de Chhetri, nombreuses minorités (126)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces de l’armée népalaise (terre, air)
    Police : police népalaise (police régionale, police métropolitaine)
    Services de renseignement : département national d’enquête ; direction du renseignement militaire ; conseil de sécurité nationale

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Partis représentatifs

    CPN-MLU (en anglais CPN-UML) (alliance entre deux principaux partis politiques, le Parti du Congrès népalais (CPN) et le Parti communiste du Népal marxiste-léniniste unifié (PCN-MLU))
    CPN : Parti du Congrès népalais (fondé en 1947)
    PCN-M : Parti communiste népalais maoïste (fondé en 1994)
    PCN-UML : Parti communiste du Népal marxiste-léniniste unifié (fusion du Parti communiste du Népal marxiste-léniniste et du Parti communiste du Népal marxiste) (fondé en 1991)

    Autres

    FDPM : Forum des droits du peuple Madhesi (antimonarchique, nationaliste) (ONG fondée en 1998 devient parti politique en 2006)
    JN : Janamorcha Nepal ; Front populaire du Népal (communiste) (fondé en 2002)
    UDMF : Front uni démocratique des Madhesis (alliance des quatre principaux partis du Teraï) (fondé en 2008)
    PCN-U : Parti communiste du Népal uni (fondé en 2007)
    PS : Parti Sadbhavana ; Parti népalais de la bonne volonté (régionaliste) (fondé en 1985)
    PRP : Parti Rastriya Prajatantra ; Parti national démocratique (monarchisme, hindouisme) (fondé en 1990)
    PNDN : Parti national démocratique du Népal (scission du Parti Rastriya Prajatantra) (fondé en 2005)
    PSF : Parti socialiste fédéral (fondé en 2012)
    TNPP : Travailleurs du Népal et Parti des paysans (maoïste) (fondé en 1991)

    HISTOIRE

    Dates
    1768, unification de plusieurs États indépendants de l’Himalaya pour former le Népal ; protectorat britannique entre 1815 et 1923 ; traité d’amitié avec l’Inde en 1950 ; 1996-2006, guerre civile entre guérilla maoïste et gouvernement ; 28 mai 2008, abandon de la monarchie ; élection d’une nouvelle Assemblée constituante en 2013 ; nouvelle Constitution effective sept ans après l’abandon de la monarchie

    TERRITOIRE

    Capitale : Katmandou

    Contentieux : contentieux de frontière avec l’Inde et sur une zone de 400 km carrés autour de la rivière Kalampani

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : hindouisme, bouddhisme, islam

    Langues :
    Langue officielle : népalais
    Autres langues : hindi, anglais, dialectes

    DIVERS

    les Madhesis (population du Sud, Teraï)
    Le « mouvement populaire des 19 jours » (Jana Andolan) a permis un accord de paix entre l’Alliance des sept partis et les maoïstes.

    #asie #népal #pays #asie_du_sud

     

  • *

    Philippines (les), f.

    Nom officiel : République des Philippines
    Habitants : Philippin(e)s
    Monnaie : 1 peso philippin (PHP) = 100 centavos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1987
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Rodrigo DUTERTE (PDP-Laban)
    Siège du chef de l’État : palais de Malacañan (Manille)
    Pouvoir législatif : Congrès bicaméral, Kongreso (Sénat et Chambre des représentants)
    Et aussi... : Cour suprême

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées des Philippines

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    LDP : Laban ng Demokratikong Pilipino ; Lutte pour des Philippines démocratiques (fondé en 1988)
    MNLF : Moro National Liberation Front ; Front de libération nationale moro (moro est un adjectif désignant une minorité nationale)
    NPC : Nationalist People’s Coalition ; Coalition nationaliste populaire (droite) (formée en 1992)
    PDP-Laban : Partido Demokratiko Philipino-Lakas ng Bayan ; Parti populaire démocratique philippin - Pouvoir du peuple (fondé en 1983)
    PL : Partido Liberal ng Pilipinas ; Parti libéral des Philippines (fondé en 1946)
    PN : Partido Nacyonalista ; Parti nationaliste (conservateur) (fondé en 1907)
    UNA : United Nationalist Alliance ; Alliance nationaliste unifiée (alliance électorale nationaliste conservatrice) (formée en 2012)

    Groupes armés

    Abou Sayyaf (groupe islamiste, séparatiste)
    MILF : Moro Islamic Liberation Front ; Front de libération islamique moro (moro est un adjectif désignant une minorité nationale) (groupe sécessionniste) (1978-2014)
    NAP : Nouvelle Armée du peuple (guérilla communiste)

    PERSONNALITÉS

    M. Benigno AQUINO (ancien président de la République 2010-2016)
    Lino BROCKA (cinéaste)
    M. Joseph ESTRADA (ex-pt, destitué, 1998-2001)
    Mᵐᵉ Gloria Macapagal ARROYO (ex-présidente, 2001-2010)
    M. Manny PACQUIAO (« Pacman ») (boxeur et politicien)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 4 juillet 1946 (des États-Unis)
    Divers : 1898, déclaration d’indépendance de l’Espagne

    Personnalités
    Corazon AQUINO †, dite Cory, ex-présidente (1986-1992), veuve de « Ninoy » AQUINO †, figure de l’opposition, assassiné sous la dictature de MARCOS
    Ferdinand MARCOS † (ex-président, dictateur, 1965-1986)
    José RIZAL † (un des pères de l’indépendance)

    Divers
    Pouvoir du peuple (People Power) ou « EDSA » (« EDSA 1 », 2, 3)

    TERRITOIRE

    Capitale : Manille (Manillais[es])

    Divisions administratives : les Philippines sont divisées en 80 provinces et 39 villes sous charte

    Villes : « metro Manila » (Manille et son agglomération regroupant 17 villes), Caloocan, Makati, Quezon City, Davao, Cebu

    Contentieux : Contentieux de souveraineté avec la Chine, le Vietnam, la Malaisie, Brunei (et Taïwan) à propos des îles Spratleys

    Divers
    Mindanao (base du groupe rebelle MILF)
    archipel de Sulu
    Basilan, Bohol, Catanduanes, Cebu, Leyte, Luçon, Masbate, Mindanao, Mindoro, Negros, Palawan, Panay, Samar, Sulu, Tawi-Tawi... (Îles principales)
    archipel de plus de 7 000 îles, moins d’un millier habitées

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : catholicisme
    Et aussi : islam, évangélisme

    Langues
    Langues officielles : philippin (tagalog), anglais
    Autres langues : cebuano, tagalog, ilocano, hiligaïnon, bicol, winaray, pampangan, pangasinan

    Médias
    Philippine Daily Inquirer , Makati (Manille)

    DIVERS

    barangay : village d’avant la colonisation ; unité administrative
    Comprehensive Agrarian Reform Program (CARP) (réforme agraire, 1988)
    Famas (les) (Césars philippins)
    Oplan Bantay Laya I (2001, opérations militaires) ; Oplan Bantay Laya II (2007)
    Scout Rangers (unité d’élite, Manille)

    #pays #philippines #asie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Singapour, f.

    Nom officiel : République de Singapour
    Habitants : Singapourien(ne)s
    Monnaie : 1 dollar singapourien (SGD) = 100 cents

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 1965
    Chef de l’État : président de la République, M. TONY TAN Keng Yam (PAP)
    Siège du chef de l’État : Istana (Singapour)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. LEE Hsien Loong (PAP)
    Siège du gouvernement : Sri Temasek (Singapour)
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral
    Fonctions régaliennes : département du renseignement et de la sécurité (DRS) ; Government Linked Compagnies (GLC) (traduit une forte implication de l’État dans les groupes industriels)
    Et aussi... : Cour suprême
    Le président de la République occupe une fonction honorifique, le premier ministre est le chef de l’exécutif.
    Population de Chinois, de Malais et d’Indiens.

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    NSP : National Solidarity Party ; Parti de la solidarité nationale (fondé en 1987)
    PAP : People’s Action Party ; Parti d’action populaire (parti de gouvernement, domine la vie politique depuis 1959) (fondé en 1954)
    SDP : Singapore Democratic Party ; Parti démocratique de Singapour (opposition) (fondé en 1980)
    WP : Worker’s Party ; Parti des travailleurs de Singapour (fondé en 1957)

    Très faible rôle de l’opposition face au PAP, au pouvoir depuis 1959.

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 9 août 1965 (de la Fédération de Malaisie)
    Divers : Sous protectorat britannique à partir de 1945, Singapour est inclus dans la Fédération de Malaisie en 1963 (laquelle avait obtenu son indépendance du Royaume-Uni en 1957).
    1819 : fondation de Singapour
    Personnalités :
    LEE Kuan Yew (au pouvoir de 1959 à 1990, mort en 2015)

    TERRITOIRE

    Capitale : Singapour
    Singapour n’a pas de division administrative ; cité-État.

    Contentieux : contentieux de frontière maritime avec l’Indonésie (nord de Batam)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religions principales : bouddhisme, christianisme
    Et aussi : islam, taoïsme, hindouisme

    Langues 
    Langues officielles : anglais, mandarin, malais, tamoul
    Autres langues : anglais (langue courante)

    DIVERS

    cité-État
    État du Commonwealth
    FPDA (Five Power Defense Arrangement), accord de défense non contraignant entre la Malaisie, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande

    #asie #pays #singapour #asie_du_sud_est

     


  • *

    Sri Lanka (le)

    Nom officiel : République démocratique socialiste du Sri Lanka
    Habitants : Sri-Lankai(se)s
    Monnaie : 1 roupie cinghalaise (LKR) = 100 cents

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1978
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Maithripala SIRISENA (SLFP)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Colombo)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Ranil WICKREMESINGHE (UNP)
    Siège du gouvernement : Temple Trees ou maison du premier ministre (Colombo)
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral
    Fonctions régaliennes : State Intelligence Service (SIS)
    Et aussi... : Cour suprême de la République

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    EPDP : Eelam People’s Democratic Party ; Parti démocratique populaire de l’Eelam (groupe paramilitaire, luttait aux côtés des Tigres tamouls et s’est ensuite allié au gouvernement) (fondé en 1987)
    EYJP : Front d’unité nationale pour une bonne gouvernance (coalition gouvernée par le premier ministre) (fondé en 2015)
    JHU : Jathika Hela Urumaya ; Parti de l’Héritage national (nationaliste bouddhiste) (fondé en 2004)
    JVP : Janatha Vimukthi Peramuna ; Front de libération populaire (marxiste-léniniste, opposition) (fondé en 1965)
    LTTE : voir plus bas
    SLFP : Sri Lanka Freedom Party (nationaliste social-démocrate) (fondé en 1951)
    SLMC : Sri Lanka Muslim Congres ; Congrès musulman du Sri Lanka (fondé en 1981)
    TNA : Tamil National Alliance ; Alliance nationale tamoule (alliance des partis tamouls du Sri Lanka, opposition) (fondée en 2001)
    UNP : United National Party ; Parti national uni (droite, parti de gouvernement) (fondé en 1946)

    Groupes armés

    LTTE : Liberation Tigers of Tamil Eelam ; Tigres de libération de l’Eelam tamoul (1976-2009)

    Note : les Tigres tamouls, organisation paramilitaire sophistiquée disposant de ses propres services de renseignement, de forces maritime (Tigres de mer) et aérienne (Tigre de l’air)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 4 février 1948 (du Royaume-Uni)
    Divers : guerre civile opposant les Cinghalais (gouvernement) et les Tamouls (sécessionnistes) entre 1980 et 2009 ; désormais sans conflit ouvert mais persistance de tensions.

    TERRITOIRE

    Capitale : Colombo
    Le Sri Lanka est divisé en 9 provinces : Nord (Jaffna), Est (Trincomalee), Centre-Nord (Anuradhapura), Nord-Ouest (Kurunegala), Centre (Kandy), Uva (Badulla), Sabaragamuwa (Ratnapura), Ouest (Colombo), Sud (Galle).

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : bouddhisme
    Religions principales : bouddhisme, hindouisme, islam, christianisme

    Langues 
    Langues officielles : cinghalais et tamoul
    Autres langues : anglais (langue courante, langue administrative)

    DIVERS

    au Sri Lanka (et non : à Sri Lanka)
    État du Commonwealth
    Cinghalais (avec « h »), population majoritaire
    minorité tamoule
    conférence de Bossey (Suisse) (février 2006)
    les Tigres tamouls ; les Tigres

    #pays #asie #sri_lanka #asie_du_sud

     

  • *

    Thaïlande (la)

    Nom officiel : royaume de Thaïlande
    Habitants : Thaïlandai(se)s
    Monnaie : baht (THB)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle unitaire
    Régime : militaire, par intérim
    Texte fondamental : Constitution de 2014 (provisoire)
    Chef de l’État : roi Maha VAJIRALONGKORN Bodindradebayavarangkun (RAMA X)
    (non couronné) (depuis le 1ᵉʳ décembre 2016)
    Siège du chef de l’État : palais royal (Bangkok)
    Chef du gouvernement : premier ministre par intérim, général PRAYUTH Chan-ocha
    Siège du gouvernement : Bangkok
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale législative (institution provisoire, remplace l’ancienne Assemblée nationale bicamérale), constituée de personnalités désignées par la junte
    Et aussi... : Cour suprême de justice ; Cour constitutionnelle ; Cour administrative suprême ; Conseil national pour la paix et l’ordre (junte militaire) ; Conseil national de réforme ; Commission de rédaction de la nouvelle Constitution ; Conseil privé du roi

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée royale

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Parti démocrate (libéral) (fondé en 1946) (au pouvoir de 2009 à 2011)
    PAD : People’s Alliance for Democracy ; Alliance du peuple pour la démocratie (APD) (fondé en 2005) (extrême droite nationaliste)
    Peua Thai (fondé en 2008, successeur du TRT) (au pouvoir de 2011 à 2014, soutenu par les « chemises rouges »)

    « chemises rouges » (pro-Thaksin)
    « chemises jaunes » (ultraroyalistes)

    Groupes armés

    BRN : Barisan Revolusi Nasional ; Front national révolutionnaire (islamiste, groupe rebelle séparatiste) (fondé en 1963, s’est divisé en de nombreuses factions)
    BRN-Koordinasi (faction du BRN, mène l’insurrection) (salafiste) (actif depuis 2001)
    GMIP : Gerakan Mujahidin Islam Patani (salafiste djihadiste) (actif depuis 2000)
    PULO : Patani United Liberation Organisation ; Organisation unifiée de libération de Pattani (rebelle nationaliste laïc)
    PLA : Patani Liberation Army (fusion du PULO et du GMIP en 2009)

    Note : les partis politiques sont exclus du processus décisionnel depuis le coup d’État et conformément à la Constitution provisoire ; les groupes sécessionnistes du Sud mènent une nouvelle vague d’insurrection depuis 2004

    PERSONNALITÉS

    En Thaïlande, les gens sont désignés par leur prénom et non par leur nom de famille : M. THAKSIN Shinawatra → M. THAKSIN ; Mᵐᵉ YINGLUCK Shinawatra → Mᵐᵉ YINGLUCK.

    M. ABHISIT Vejjajiva (ex-premier ministre 2008-2011)
    général PREM Tinsulanonda (Conseil privé du roi)
    reine SIRIKIT
    princesse SIRINDHORN
    M. THAKSIN Shinawatra (milliardaire, premier ministre 2001-2006, destitué par un coup d’État, en exil)
    Mᵐᵉ YINGLUCK Shinawatra (sœur cadette de M. Thaksin, première ministre 2011-2014)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : jamais colonisé
    Divers : 1238, fondation du royaume ; coup d’État en 2006 ; coup d’État militaire le 22 mai 2014, suspension de la Constitution

    ex-royaume de Pattani (devenu province du Sud, foyer des indépendantistes) ; Siam jusqu’en 1938

    Personnalités
    BANHARN Silpa-archa † (ex-premier ministre, 1995-1996)
    BHUMIBOL Adulyadej † (Rama IX) (roi, 1946-2016)

    Divers
    TRT : Thai Rak Thai (« Les Thaïlandais aiment les Thaïlandais) (dissous, premier parti gouvernemental de Thaksin)

    TERRITOIRE

    Périphrase du nom officiel : le pays du Sourire
    Capitale : Bangkok (en thaï Krung Thep, la « Cité des anges »)

    Divisions administratives : La Thaïlande est divisé en 76 provinces et 1 municipalité

    Villes : Chiang Mai, Nakhon Ratchasima, Udon Thani, Hat Yai, Pattaya

    Contentieux : contentieux de frontière avec le Laos à propos des îles situées sur le fleuve Mékong ; contentieux de souveraineté avec le Cambodge sur une zone de 4,6 km2 située aux abords du temple khmer de Preah Vihear (Cf. décision CIJ 2013), la frontière avec le Cambodge reste à délimiter

    Divers
    Isaan (Nord-Est)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : bouddhisme
    Religions principales : bouddhisme
    Et aussi : islam, christianisme

    Langues
    Langue officielle : thaï
    Autres langues : birman, anglais

    DIVERS

    Distinguer « thaï » (pour l’ethnie et la langue) de « thaïlandais » (nationalité)
    thaïe (adj.)
    En 2014, on comptait dix-neuf tentatives de coup d’État, dont douze réussies

    Membre de  : l’Anase, suspendu de l’OIF

    #pays #asie #thaïlande #asie_du_sud_est

     


  • *

    Timor-Leste (le)

    Nom officiel : République démocratique de Timor-Leste
    Habitants : Est-Timorai(se)s
    Monnaie : 1 dollar américain (USD) = 100 centavos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : semi-présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2002 (imposée)
    Chef de l’État : président de la République, M. Taur Matan RUAK (nom de guerre de M. José Maria VASCONCELOS) (non rattaché à un parti)
    Siège du chef de l’État : résidence présidentielle (Dili)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Xanana Gusmão (CNRT)
    Siège du gouvernement : palais du gouvernement (Dili)
    Pouvoir législatif : Parlement national monocaméral (Parlamento Nacional)
    Et aussi... : Cour suprême ; le président de la République a un rôle avant tout symbolique, il reste néanmoins le chef des armées, il peut opposer son véto et dissoudre le Parlement.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : force de défense du Timor-Leste

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CNRT : Comité national pour la reconstruction timoraise (fondé en 2007)
    Frenti-Mudanca : Front de reconstruction nationale du Timor-Leste (scission du Fretilin en 2006, devient officiellement parti politique en 2011)
    Fretilin : Frente Revolucionária de Timor-Leste Independente ; Front révolutionnaire pour un Timor-Leste indépendant (gauche, exclu du gouvernement de coalition) (fondé en 1974, Mouvement de résistance Association sociale-démocrate timoraise jusqu’en 1998, entre dans le jeu politique et change de nom en 2002)
    PD : Parti démocrate (centre gauche) (fondé en 2001)

    Groupes armés

    Aitarak (« Épine ») (milice pro-indonésienne, années 1990)
    Tim Alpha (milice pro-indonésienne, années 1990)

    PERSONNALITÉS

    M. José Ramos HORTA (Prix Nobel de la paix, ancien premier ministre, ancien président de la République 2007-2012)
    M. Eurico GUETERRES (Aitarak)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 20 mai 2002 (de l’Indonésie)
    Divers : proclamation de l’indépendance du Portugal, le 28 novembre 1975 ; 1999 : exactions de milices armées indonésiennes au Timor et référendum d’autodétermination ; le Timor a été administré par l’ONU à partir des massacres qui ont suivi le référendum d’août 1999 sur l’indépendance ; le pays entre à l’ONU le 27 septembre 2002 sous le nom de Timor-Leste

    Divers
    Commission de réconciliation vérité et amitié (établie en 2004 par l’Indonésie et le Timor-Leste, vise à faire la lumière sur les événements de 1999)

    TERRITOIRE

    Capitale : Dili

    Divisions administratives : le Timor-Leste est divisé en 13 districts administratifs
    Villes : Bacau

    Contentieux : 3 tronçons de frontières restent à délimiter ; contentieux de frontière maritime avec l’Indonésie (accord sur les frontières terrestres signé en avril 2005) ; contentieux de frontière maritime avec l’Australie (lié à l’enjeu du partage des richesses gazières)

    Divers
    Atauro (île)
    enclave d’Oecussi
    gisements pétroliers offshore de Kitan et Bayu-Undan, « Greater Sunrise » (partagé avec l’Australie, Cf. contentieux)
    Tibar (port de transport de marchandise)
    Le Timor-Leste forme la partie orientale de l’île de Timor, qui est située au sud de l’archipel indonésien.

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : catholicisme
    Et aussi : protestantisme évangélique, islam

    Langues
    Langues officielles : tétoum, portugais
    Autres langues : indonésien, anglais

    DIVERS

    économie de rente d’hydrocarbures (entre 90 % et 95 % du budget de l’État provient des recettes d’hydrocarbures)
    ressources de marbre et manganèse (non exploitées)
    Membre de : la CPLP
    Minut : Mission intégrée des Nations unies au Timor-Leste (mission de police, 2006-2012)
    plan stratégique de développement 2011-2030 (stratégie de développement de l’économie non pétrolière)
    CMATS (Certain Maritime Arrangements in the Timor Sea) consacre le partage à égalité des ressources pétrolières extraites dans la zone de partage (2006)
    ETAN : East Timor and Indonesian Action Network
    JPDA : Joint Petroleum Development Area, Zone conjointe d’exploitation pétrolière (joint-venture créée en 2002, actionnaire principal compagnie australienne Woodside)

    le Timor-Leste ; au Timor-Leste ; du Timor-Leste...
    les Topasses (métis portugais, XVIIe-XIXe siècles)

    #pays #asie #timor_leste #asie_du_sud_est

     

  • *

    Vietnam (le)

    Nom officiel : République socialiste du Vietnam
    Habitants : Vietnamien(ne)s
    Monnaie : 1 dong (VND)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel (autoritaire à parti unique)
    Texte fondamental : Constitution de 1992
    Chef de l’État : président de la République, M. Tran Dai QUANG (PCV)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Hanoï)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Nguyen Xuan PHUC (PCV)
    Siège du gouvernement : Hanoï
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral : Assemblée nationale (Quoc Hoi)
    Fonctions régaliennes : Bo Cang An (BCA, renseignement civil intérieur) ; secteur public prédominant dans l’économie du pays.
    Et aussi... : Cour suprême du peuple ; Comité central et Bureau politique : instances dirigeantes du PCV.

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    PCV : Parti communiste vietnamien (dirige le pays depuis 1976) (fondé en 1930)

    Partis d’opposition (interdits)

    AD : Alliance pour la démocratie (fondée en 1981)
    Bloc 8406 (coalition de 118 individus et groupes vietnamiens) (démocrate catholique) (fondé en 2006)
    PDV : Parti démocrate du Vietnam (fondé en 2006) (à ne pas confondre avec le parti du même nom (1944-1988, investi dans le Vietminh)
    Viet Tan : Parti de la réforme du Vietnam (ex-Front national uni de libération du Vietnam) (exilé aux États-Unis) (fondé en 1982)

    régime de parti unique ; le PCV contrôle l’ensemble de la vie du pays (administration, écoles, entreprises, armée, police, à tous les échelons)

    PERSONNALITÉS

    M. Nguyen Phu TRONG (secrétaire général du PCV)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 2 septembre 1945 (de la France)
    Divers : partition du Vietnam en 1954 après la guerre d’Indochine (1946-1954) : Nord-Vietnam et Sud-Vietnam ; guerre du Vietnam (1955-1975) ; réunification en 1976.

    TERRITOIRE

    Capitale : Hanoï
    Divisions administratives : Le Vietnam est divisé en 58 provinces (tinh) et
    5 municipalités (thanh pho)

    Contentieux : contentieux de souveraineté avec la Chine (et Taïwan) à propos des îles Paracels ; avec la Chine, les Philippines, la Malaisie, Brunei (et Taïwan) à propos des îles Spratleys ; contentieux de frontière maritime avec le Brunei (récif Louisa)

    Divers
    Ho Chi Minh-Ville ; Ho Chi Minh

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : bouddhisme, catholicisme, caodaïsme, hoa hao
    Et aussi : le culte des ancêtres est la pratique spirituelle dominante

    Langues 
    Langue officielle : vietnamien
    Autres langues : anglais, chinois, français et khmer

    DIVERS

    Vietnam plutôt que Viêt Nam ou Viêtnam
    Vietcong (le), Front national de libération du Sud-Vietnam
    politique du renouveau (doi moi) lancée à la fin des années 1980

    #vietnam #asie #pays #asie_du_sud_est

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message