Correcteurs

compte officiel



  • *

    Taïwan, f.

    Nom officiel : République de Chine
    Habitants : Taïwanais(es)
    Monnaie : 1 nouveau dollar taiwanais (TWD) = 100 cents

    Taïwan n’est reconnue comme un État souverain que par un petit nombre de pays (dix-sept début 2019) et pas par l’ONU. Pékin considère l’île comme l’une de ses provinces (« Un pays, deux systèmes »). En France, Taïwan ne dispose pas d’une ambassade, mais d’un bureau de représentation.

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : semi-présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1947
    Chef de l’État : présidente de la République, Mᵐᵉ TSAI Ing-wen (PDP) (depuis 2016)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Taipei)
    Chef du gouvernement : premier ministre et président du Yuan exécutif, M. LIN Chuan (non rattaché à un parti)
    Siège du gouvernement : Taipei
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral (Yuan législatif)
    Fonctions régaliennes : forces armées de la République de Chine (ou forces armées taïwanaises)
    Et aussi... : Cour suprême ; Cour constitutionnelle
    Le Parlement est communément appelé Yuan législatif et le gouvernement Yuan exécutif.
    14 minorités aborigènes, majorité de Chinois.

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Coalition pan-bleue (nationaliste chinois) (formée en 2000)
    PFP : Qinmindang ; Parti du « peuple d’abord » (scission du KMT) (nationaliste chinois) (fondé en 2000)
    KMT : Kuomintang (préférer dorénavant cette graphie à Guomindang) (nationaliste chinois) (domine la vie politique depuis 1949) (regroupement de plusieurs groupes révolutionnaires, fondé en 1912 en Chine)

    Coalition pan-verte (indépendantiste taïwanais) (formée en 2000)
    PDP : Minjindang ; Parti démocrate progressiste (indépendantiste taïwanais, au pouvoir depuis 2016) (fondé en 1986)
    PNF : Parti de la nouvelle force (nationaliste chinois) (fondé en 2015)
    UST : Union solidarité Taïwan (indépendantiste taïwanais) (fondé en 2001)
    TAIP : Parti de l’indépendance de Taïwan (fondé en 1996)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : pas de déclaration d’indépendance
    Divers : 1927-1950 : guerre civile entre le Kuomintang (KMT) et le Parti communiste chinois (PCC) ; 1ᵉʳ octobre 1949 : proclamation de la République populaire de Chine ; 1951 : le Japon cède l’île de Formose à la Chine ; 1971 : la République de Chine (délégation de Taipei, refuge de la République de Chine de Tchang Kaï-chek) doit céder son siège à l’ONU à la République populaire de Chine (Pékin)

    TERRITOIRE

    Capitale : Taipei (plutôt que Taïpeh)

    Divisions administratives : Taïwan est divisé en 13 comtés (xian) : Changhua, Chiayi, Hsinchu, Hualien, Kinmen, Lienchiang, Miaoli, Nantou, Penghu, Pingtung, Taitung, Yilan, Yunlin ; 3 villes (shi) ; 6 municipalités spéciales (sous la gouvernance directe du Yuan exécutif)

    Contentieux : contentieux de souveraineté à propos des îles Spratleys avec le Vietnam, la Chine, Brunei, la Malaisie et les Philippines ; à propos du récif de Scarborough avec la Chine et les Philippines ; à propos des îles Paracels avec la Chine et le Vietnam ; à propos des îles Senkaku avec la Chine et le Japon ; à propos de la délimitation d’une zone économique exclusive avec la Chine et le Japon dans les mers de Chine orientale et méridionale

    Divers
    détroit de Formose ou détroit de Taïwan
    Kaohsiung (port, zone franche)

    Taïwan est formée de l’île principale et d’îles plus petites qui se trouvent sur la côte chinoise.

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : bouddhisme, taoïsme
    Et aussi : christianisme

    Langues 
    Langue officielle : chinois mandarin
    Autres langues : taïwanais hokkien, dialectes hakkas

    Médias
    Business Weekly
    CommonWealth

    DIVERS

    « consensus de 1992 »
    « mouvement des tournesols » (2014)
    les taishang : Taïwanais vivant en Chine continentale
    ECFA : Economic Cooperation Framework Agreement, avec la Chine (2010)

    #asie #pays #taïwan #asie_du_nord_est

     

  • *

    ukrainien

    L’ukrainien s’écrit avec une variante d’alphabet cyrillique. Depuis l’indépendance, les autorités ukrainiennes le promeuvent (seule « langue d’État ») pour se détacher de l’influence russe. L’annexion de la Crimée et le conflit dans le Donbass ont envenimé les questions linguistiques.

    La romanisation est légèrement différente de celle du russe. La norme officielle https://zakon1.rada.gov.ua/laws/show/55-2010-%D0%BF est pensée pour les anglophones, et n’est donc pas celle du Monde diplomatique. On veille à transcrire à l’ukrainienne (et non pas à la russe) les noms de personnes et les noms de lieux, sauf dans les régions séparatistes.
    Par tradition, Київ reste romanisé Kiev.

    En particulier :
    La lettre И и est transcrite y, de même que la séquence ий. Exemple : Новий Канал = Novy Kanal
    La lettre І і est transcrite i, de même que la séquence ій.
    La lettre Г г est transcrite h.
    La lettre Н н en fin de mot est transcrite ne.
    Le signe mou ь n’est pas transcrit. Exemple : Львів = Lviv (et non pas L´viv)
    Les doubles consonnes ж, х, ц, ч, ш peuvent être simplifiées. Exemple : Запоріжжя = Zaporijia

    #langues #langues_étrangères #ukraine #romanisation

     


  • *

    écoles et universités

    Le mot « université » est en minuscules, sauf lorsqu’il est suivi d’un adjectif :
    Sorbonne Université (sans s) (née de la fusion de Paris-IV et Paris-VI en janvier 2018)
    université Caen-Normandie
    Université libre de Bruxelles
    université de Lille
    université Lumière Lyon-II
    université Paris-I ; université Paris-I (Panthéon-Sorbonne)
    université Paris-II ; université Paris-II (Panthéon-Assas)
    université Paris-VIII ; université Paris-VIII (Saint-Denis)
    université Paris-Dauphine
    université Paris Nanterre
    université Toulouse Jean-Jaurès

    On ne met pas de trait d’union pour les universités non francophones :
    université Pierre-et-Marie-Curie (devenue Sorbonne Université en janvier 2018)
    université Ben Gourion
    université Bar-Ilan (du nom du rabbin Meir Bar-Ilan)
    université Johns Hopkins

    Les universités américaines portent :
    • soit le nom de la ville
    université de Princeton
    université de Boston
    université du Québec à Montréal (UQAM)
    • soit leur nom propre
    université Columbia (New York)
    université Harvard (Cambridge)
    université Stanford (Palo Alto)
    université Yale (New Haven)

    écrire « université de Stanford » ou « université de Yale » est une erreur fréquente

    West Point (sans article) : académie militaire

    même logique : université Tsinghua (Pékin) ; université Al-Azhar (Le Caire)...

    #code_typo #établissements

     



  • *

    Congo (le)

    Nom officiel : République du Congo
    Habitants : Congolai(se)s
    Monnaie : 1 franc CFA (XAF) = 100 centimes

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2002
    Chef de l’État : président de la République, M. Denis SASSOU NGUESSO (PCT)
    Siège du chef de l’État : palais du peuple (Brazzaville)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Clément MOUAMBA
    Siège du gouvernement : Brazzaville
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Sénat et Assemblée nationale)
    Et aussi... : Cour suprême

    la révision constitutionnelle de 2015 instaure la fonction de premier ministre, qui était assumée par le président de la République

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées congolaises (FAC)
    Et aussi... : milice M23 : Mouvement du 23 mars, rébellion congolaise exportée au Rwanda, formé en 2012

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CNR : Conseil national des républicains (ancien groupe rebelle du pasteur Ntumi, Conseil national de résistance, devenu parti politique en 2007)
    PCT : Parti congolais du travail (ancien parti unique, au pouvoir) (fondé en 1969)
    Upads : Union panafricaine pour la démocratie sociale (opposition) (fondé en 2013)

    Groupes armés

    CNR : Conseil national des républicains (ancien groupe rebelle du pasteur Ntumi, Conseil national de résistance, devenu parti politique en 2007)
    M23 : Mouvement du 23 mars (rébellion congolaise exportée au Rwanda) (milice formée en 2012)

    Note : début du multipartisme en 1992

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 août 1960 (de la France)
    Divers : coup d’État en 1992 ; guerres civiles (1994-1997-1998), affrontement des milices armées de MM. Lissouba, Kolelas et Sassou Nguesso
    ex-Congo français, Moyen Congo, République populaire du Congo, Congo-Brazzaville

    TERRITOIRE

    Capitale : Brazzaville (Brazzavillois[es])

    Divisions administratives : Le Congo est divisé en 12 départements

    Contentieux : frontière non définie avec la République démocratique du Congo

    Divers
    région du Pool (portes de Brazzaville)
    quartier de Mpila
    Oyo (ville présidentielle où se déroulent l’essentiel des rencontres internationales)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : christianisme (90 %)
    Et aussi : islam, animisme

    Langues
    Langue officielle : français
    Langues courantes : français, lingala

    DIVERS

    ressources pétrolières et minières
    Membre de : la Cedeao

    #pays #congo #afrique #afrique_centrale

     

  • *

    satellite

    les noms de satellites s’écrivent en romain : les satellites Spoutnik

    systèmes de navigation par satellite : Glonass (russe), Global Positioning System (GPS) (américain), Galileo (européen), Beidou (chinois)...

    des photos satellites (Robert)

    #abécédaire #code_typo #véhicules #romain #appositions

     



  • *

    agenda

    Agenda 21 (programme d’actions écologistes pour le XXIᵉ siècle) (sommet de la Terre, Rio, 1992)
    agenda européen en matière de migration (2015)

    #abécédaire

     


  • *

    base

    base industrielle et technologique de défense (BITD) (concept de l’industrie de l’armement)
    morphine-base ; « pasta »-base

    #abécédaire #armes #traits_d'union

     




  • *

    blanc, blanche

    un Blanc, une Blanche
    « or blanc » (coton ; neige)
    « col blanc »
    Livre blanc
    marche blanche
    la fée blanche : la cocaïne (Robert) ; la « blanche » (héroïne)
    Nouméa la Blanche ; Alger la Blanche
    Maison Blanche (États-Unis) ; « Maison blanche » (Parlement russe)
    Nil Blanc
    « blancs » (monarchistes, 1917)
    « blouses blanches » (URSS, stalinisme) (complot ou affaire des)
    « éléphant blanc »
    « notes blanches » (services de renseignement, France)

    #abécédaire #code_typo #couleurs #majuscules #guillemets #surnoms #zoologie #france

     



  • *

    Guatemala (le)

    Nom officiel : République du Guatemala
    Habitants : Guatémaltèques
    Monnaie : 1 quetzal (GTQ) = 100 centavos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1985
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. James Ernesto (« Jimmy ») MORALES (FCN-Nación) (depuis 2015)
    Siège du chef de l’État : Casa Crema (Guatemala)
    Siège du gouvernement : palais national de la culture (Guatemala)
    Pouvoir législatif : Congrès de la République, monocaméral
    Et aussi... : Cour suprême ; Cour constitutionnelle
    présence d’une majorité indigène

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée nationale du Guatemala (armée de l’air, marine)
    Police : police nationale civile (PNC)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Convergencia-CPO-CRD (socialiste) (fondé en 2015)
    EG : Encuentro por Guatemala ; Rencontre pour le Guatemala (centre gauche) (fondé en 2007)
    FCN-Nación : Frente de Convergencia Nacional ; Front de convergence nationale (droite nationaliste) (fondé en 2008)
    PAN : Partido de Avanzada Nacional ; Parti de l’avance nationale (droite) (fondé en 1989)
    PP : Partido Patriota ; Parti patriote (droite) (fondé en 2001)
    PU : Partido Unionista ; Parti unioniste (centre droit) (fondé en 2002)
    Todos : Tous ensemble pour le Guatemala (centre) (fondé en 2012)
    UCN : Partido Unión del Centro Nacional ; Parti union du centre national (fondé en 1983)
    UNE : Unidad Nacional de la Esperanza ; Unité nationale de l’espérance (centre gauche) (fondé en 2002)
    URNG-MAIZ : Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca ; Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (gauche) (ancienne guérilla, naissance en tant que parti en 1998)
    VIVA : Visión con Valores ; Parti vision et valeurs (centre droit) (fondé en 2007)

    Groupes armés

    EGP : Ejército Guerrillero de los Pobres ; Guerilleros du peuple (guérilla communiste) (1972-1996)
    FAR : Fuerzas Armadas Rebeldes ; Forces armées rebelles (guérilla communiste) (1962-1996)
    ORPA : Organización del Pueblo en Armas ; Organisation du peuple en armes (guérilla communiste) (1971-1996)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 septembre 1821 (de l’Espagne)

    Personnalités
    Jacobo ÁRBENZ Guzmán † (progressiste, renversé par les États-Unis en 1954)

    TERRITOIRE

    Capitale : Guatemala

    Contentieux : contentieux de souveraineté avec le Belize, le Guatemala revendique une partie du territoire bélizien

    Divers
    volcan Fuego
    Tikal, Mirador (sites mayas)
    fleuve Usumacinta

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : pas de religion officielle
    Religions principales : catholicisme (47 %), protestantisme évangélique (40 %)

    Langues
    Langue officielle : espagnol
    Autres langues : 23 langues autochtones

    DIVERS

    Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig)
    « plan pour la prospérité »
    maras (bandes armées)

    #pays #guatemala #amériques #amérique_centrale

     

  • *

    Facebook

    environ deux milliards d’utilisateurs en 2019
    un, des « j’aime »
    les « amis » de Facebook
    « liker »
    publier (plutôt que poster) un message sur Facebook
    pokes (apostrophes virtuelles)
    alerte Amber, dispositif Safety Check

    #abécédaire #internet #guillemets

     

  • *

    Pakistan (le)

    Nom officiel : République islamique du Pakistan
    Habitants : Pakistanais(es)
    Monnaie : 1 roupie pakistanaise (PKR) = 100 paisa

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1973
    Chef de l’État : président de la République, M. Mamnoon HUSSAIN (LMP-N)
    Siège du chef de l’État : Aiwan-e-Sadr (Islamabad)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Imran KHAN (PTI)
    Siège du gouvernement : secrétariat du premier ministre (Islamabad)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Majlis-e-Choura) (Sénat et Assemblée nationale)
    Fonctions régaliennes : police fédérale, provinciale ; Inter-Services Intelligence (ISI, renseignement militaire extérieur) ; Agence fédérale d’enquête (renseignement civil) ; Bureau du renseignement (IB, renseignement intérieur)
    Et aussi... : Cour suprême du Pakistan
    Le premier ministre est le chef de l’exécutif ; les provinces sont administrées par un gouverneur

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    JI : Jamaat-e-Islami ; Parti islamique du Pakistan (ou Alliance démocratique islamique)(fondamentaliste sunnite) (parti emblématique dans l’histoire du Pakistan, fondé en 1941)
    JUI : Jamiat Ulema-e-Islam ; Assemblée du clergé islamique (ou Rassemblement des oulémas de l’islam) (islamiste sunnite déobandi) (fondé en 1988)
    JUI-F : Jamiat Ulema-e-Islam Fazlur Rehman (scission de JUI) (islamiste déobandi) (fondé en 1988)
    JUI-N : Jamiat Ulema-e-Islam Nazryati ; Société des érudits religieux de l’Islam (scission de JUI)
    JUI-S : Jamiat Ulema-e-Islam Sami ul-Haq (scission de JUI) (parti régionaliste, islamiste déobandi)
    MQM : Muttahida Qaumi Movement ; Mouvement national uni (parti des musulmans venus d’Inde à la partition, en 1947 ; formation dirigée depuis Londres) (fondé en 1984)
    NAP : National Awami Party ; Parti national Awami (Parti de la province de la frontière du Nord-Ouest, pachtoune) (fondé en 1986)
    LMP-F : Ligue musulmane du Pakistan groupe fonctionnel (scission du LMP-N) (fondé en 2002)
    LMP-N : Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (principal parti du pays) (fondé en 1988)
    LMP-Q : Ligue musulmane du Pakistan-Quaid-e-Azam (nationaliste pakistanais) (fondée en 2002)
    PBN-M : Parti national baloutche Mengal (nationaliste baloutche) (fondé en 1996)
    PKMAP : Pakhtunkhwa Milli Awami Party (nationaliste pachtoune) (fondé en 1988)
    PPP : Parti du peuple pakistanais (principal parti d’opposition) (fondé en 1967)
    PTI : Pakistan Tehreek-e-Insaf ; Mouvement du Pakistan pour la justice (fondé en 1996)

    PERSONNALITÉS


    M. Nawaz SHARIF (premier ministre ; 1990-1993 ; 1997-1999 ; 2013-2017) (LMP-N)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 août 1947 (de l’Inde britannique)
    Divers : guerres indo-pakistanaises (1947, 1965, 1971, 1999) ; le Pakistan devient une république le 23 mars 1956

    TERRITOIRE

    Capitale : Islamabad

    Divisions administratives : Le Pakistan est divisé en 4 provinces (soubeh) et 4 territoires.
    Provinces : Pendjab, Sind, Khyber Pakhtunkhwa (Province de la frontière du Nord-Ouest), Baloutchistan
    Territoires : territoire fédéral d’Islamabad, territoires tribaux fédéraux (7), Azad Cachemire, Gilgit-Baltistan

    Contentieux : conflit ouvert avec l’Inde et la Chine à propos du Cachemire
    Azad Cachemire et Gilgit-Baltistan, ou Territoires du Nord : régions du Cachemire qui forment un État fédéré pakistanais ; le reste du Cachemire est divisé entre l’Inde et la Chine. Conflit ouvert.

    Divers
    les deux Pakistans (Pakistan occidental, Pakistan oriental, qui forment le Bangladesh)
    les deux Waziristans (Waziristan nord et Waziristan sud)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religion principale : islam (97 %)
    Et aussi : hindouisme, christianisme

    Langues 
    Langues officielles : ourdou, anglais
    Autres langues : pachtou, pendjabi, cachemiri, baloutche

    DIVERS

    déobandisme (école de pensée musulmane sunnite)
    peuple Pamiri, population d’origine iranienne présente dans le Gilgit-Baltistan
    vallée de l’Indus
    zones tribales fédéralement administrées (FATA)
    « Afpak » (Afghanistan et Pakistan)

    #asie #pays #pakistan

     

  • *

    signes de ponctuation

    Cumul de deux signes de ponctuation
    Dans le cas d’une (ou plusieurs) citation(s) intégrée(s) dans une phrase, il est possible de cumuler le signe de ponctuation de la citation avec celui de la phrase qui accueille la citation, avec ou sans guillemet fermant entre les deux, selon qu’il s’agit de la fin de la citation ou d’une incise.
    Exemples :
    « Tu es fou ! », s’exclama Emmanuel.
    « Tu es fou !, s’exclama Emmanuel, je n’irai pas à Saint-Lô ! »

    Usage des crochets
    • Pour les interventions de la rédaction dans le texte (traduction, conversion, explication d’une notion ou d’une expression...) : en italique dans un texte en romain et en romain dans un texte en italique, sauf quand l’intervention est courte.
    Exemple :
    M. [Joseph] Kabila
    • Ils sont utilisés en deuxième niveau à l’intérieur de parenthèses, notamment pour les appels de note.

    Usage des parenthèses
    On peut utiliser deux jeux de parenthèses consécutifs à la seule condition que le second soit un appel de note.

    • Quand une expression est entre guillemets, l’article défini (le, la, les) n’y est pas inclus.
    Exemples :
    la « communauté internationale »
    c’est le « deux poids, deux mesures » (quand l’expression est substantivée)
    l’« empire du Mal »
    les « frappes chirurgicales »
    la « guerre contre le terrorisme »
    Pensons à ces figures politiques : le « beur », le « sans-papiers », le « travailleur immigré »...

    Mais on inclut l’article défini dans les guillemets
    –- s’il fait partie d’une phrase
    Exemples :
    La sagesse populaire affirme que « le diable se niche dans les détails ».
    Élire des Blancs qui affirment que « la race ne compte pas » est une chose.
    –- s’il fait partie d’une expression (le plus, le moins, le pire...)
    C’était, selon elle, « le pire félon qu’[elle ait] jamais rencontré ».
    En disant que le changement climatique est « le plus grand des défis à venir », on n’a encore rien dit.

    • Dans une citation, la ponctuation finale est avant le guillemet fermant s’il y a une capitale de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille.« C’est une vieille demeure. » Ainsi la qualifia M. Truc.
    Il me dit : « Je ne suis pas d’accord ! »

    L’appel de note vient alors avant la ponctuation finale.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille. « Ni bruit ni fureur (1). » Ainsi s’exprima M. Truc.
    Il s’exclama : « I disagree (1)  ! »
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    • Dans une citation, la ponctuation finale est après le guillemet fermant s’il n’y a pas de majuscule de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    D’après lui, « c’était un rêve ».
    Il partait « pour toujours. Comme on se noie ».

    L’appel de note vient alors :
    –- soit avant le guillemet fermant quand la note concerne la citation même.
    Exemples :
    Libération conjure les électeurs d’« assumer leur responsabilité historique (1)  ».
    Yves Lacoste assure que Bandung, « cela s’appelle l’Aurore (1)  ».
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    –- soit entre le guillemet et la ponctuation finale.
    Exemples :
    Il s’agit, selon X, de « combiner la puissance d’Internet et celle de la génétique », et, selon Y, « de permettre aux individus d’être des acteurs de leur santé » (1).
    (la note se rapporte aux deux citations, elle ne peut donc pas être à l’intérieur des guillemets de la seconde)
    M. Bayrou dénonce les « ambiguïtés », les « déceptions » et les « confusions » (1).
    (la note porte sur les trois mots)

    Usage de la barre oblique
    Utilisée, sans espace avant ni après, dans les adresses Internet, pour les fractions, pour employer la double nomination d’un lieu (en cas de conflit territorial ou de double langue au sein d’une même région).
    Exemples :
    www.monde-diplomatique.fr/revues
    les îles Senkaku/Diaoyu (Japon — Chine)
    les îles Dokdo/Takeshima (Corée du Sud — Japon)
    la région Pec/Pecja (enclave serbe au Kosovo)

    Avec un blanc avant et après, pour marquer la séparation entre des vers.
    Exemple :
    Ma pauvre muse, hélas ! Qu’as-tu donc ce matin ? / Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes / Et je vois tour à tour s’étaler sur ton teint / La folie et l’horreur, froides et taciturnes.

    Tirets (ou « moins »)
    Pour la mise en valeur d’incises. On place un blanc avant et après les tirets ouvrant et fermant, sauf si ce dernier est suivi d’une virgule (on évite le point-virgule après le tiret d’incise fermant). La ponctuation de fin de phrase dispense de fermer l’incise.
    Exemples :
    Au cas où la Commission — seule compétence ici — décèlerait un déficit structurel, les États devront mettre en place un mécanisme de correction automatique.
    Ce serait un retournement de plus dans les relations des deux frères ennemis — réjouissant, celui-là.
    À éviter : le tiret fermant en début de ligne et le tiret ouvrant en fin de ligne.

    Dans le sommaire, pour la séparation de deux éléments au sein d’une même section.
    Exemples :
    Pages 14 et 15 :
    La Pologne orientale passe à l’Ouest, par Laurent Geslin et Sébastien Gobert. — Mosaïque culturelle (L. G. et S. G.).

    Tiret d’énumération en début de ligne (avec ou sans retrait) suivi d’une espace insécable.

    Tiret de dialogue, en début de ligne, avec retrait, suivi d’une espace insécable.

    « Dive blanchie »
    Elle permet de séparer deux ou plusieurs termes d’un ensemble de mots lorsque l’un d’eux est composé.
    Exemple :
    le triptyque Russie - Chine - Proche-Orient
    une coédition Irasec - Les Indes savantes

    Accolades
    Les accolades ne sont pas utilisées.

    Astérisques
    Sont surtout utilisés pour les renvois des signatures.
    Exceptions graphiques :
    Parfois utilisées dans les textes littéraires pour insérer des blancs entre certains paragraphes.

    #code_typo #signes_de_ponctuation #charte_graphique

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message