Correcteurs

compte officiel

  • *

    Émirats arabes unis (les), m.

    Nom officiel : État des émirats arabes unis (EAU)
    Habitants : Émirati(e)s (plutôt qu’Émirien[ne]s)
    Monnaie : 1 dirham émirien (EAD) = 100 fils

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : fédération de monarchies
    Régime : autoritaire
    Texte fondamental : Constitution de 1996
    Chef de l’État et/ou chef du gouvernement : président de la fédération et émir d’Abou Dhabi, cheikh KHALIFA Ben Zayed Al-Nahyane
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Abou Dhabi)
    Chef du gouvernement : vice-président de la fédération, président du conseil (des ministres) et ministre de la défense, cheikh MOHAMMED Ben Rachid Al-Maktoum
    Siège du gouvernement : Abou Dhabi
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral (Conseil national fédéral)
    Et aussi... : L’État est composé de 7 émirats (dominés par ceux d’Abou Dhabi et de Dubaï). Chaque émirat est gouverné par un émir ; la transmission du pouvoir est héréditaire.
    Le président et le premier ministre de la fédération sont tous deux chefs du gouvernement.
    L’organe législatif n’a qu’une fonction consultative.
    Conseil suprême fédéral ; Conseil fédéral des ministres ; Haute Cour fédérale.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées des Émirats arabes unis (terrestres, aériennes, maritimes, gardes-côtes)
    Police : forces de police nationale
    Et aussi... : 12 % des habitants seulement sont des nationaux

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Aucun

    PERSONNALITÉS


    famille Al-Nahyane (Abou Dhabi)
    clan des Al-Maktoum (Dubaï)
    prince héritier d’Abou Dhabi MOHAMMED Ben Zayed (dit « MBZ »)

    HISTOIRE

    Dates
    Divers : État fondé le 2 décembre 1971 au moment du départ des Britanniques
    ex-Côte des Pirates ; ex-États de la Trêve

    Personnalités
    CHAKHBOUT Ben Sultan Al-Nayhane † (souverain d’Abou Dhabi 1928-1966)
    cheikh RACHID Ben Saïd Al-Maktoum † (émir de Dubaï, années 1970)
    cheikh ZAYED Ben Sultan Al-Nahyane † (dirigeant des Émirats arabe unis, 1971-2004)

    TERRITOIRE

    Capitale : Abou Dhabi

    Divisions administratives : les Émirats arabes unis sont composés de 7 émirats (imarat, singulier imarah)
    Émirats : Abou Dhabi, Ajman, Charjah, Dubaï, Foujeyrah, Oum Al-Qaïwaïn, Ras Al-Khaïma

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religion principale : islam (sunnite à 85 % environ et chiite à 15 % environ)
    Et aussi : christianisme, hindouisme, bouddhisme

    Langues 
    Langue officielle : arabe
    Autres langues : anglais, farsi, hindi, ourdou

    DIVERS

    Membre de  : CCG
    économie de rente

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20595

    #pays #émirats_arabes_unis #proche-orient #golfe

     


  • *

    emploi

    bassin(s) d’emploi ; zone(s) d’emploi ; pôle(s) d’emploi
    créations/suppressions d’emplois
    demandeurs d’emploi
    emploi(s)-jeune(s)
    emplois de services
    plein-emploi
    Pôle emploi

    #abécédaire #majuscules #minuscules #traits_d'union

     

  • *

    drogues

    des trafiquants de drogue ; le trafic de drogue, de stupéfiants
    Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC)
    1912 : convention internationale de l’opium, La Haye
    1961 : convention unique sur les stupéfiants, New York
    addict, amphétamines, barrette, bédo, coffee shops, crack, dealer, ecstasy (MDMA), haschisch, kétamine, kif, LSD, méthamphétamine, nouveaux produits de synthèse (NPS), shit, tazes (ecstasy), THC...

    #abécédaire #acronymes_et_sigles #singulier #pluriel

     

  • *

    Soudan (le)

    Nom officiel : République du Soudan
    Habitants : Soudanais(e)s
    Monnaie : 1 livre soudanaise (SDG) = 100 piastres

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2005 (nouvelle Constitution par le processus de transition démocratique)
    Chef de l’État et du gouvernement : destitué en 2019
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Khartoum)
    Pouvoir législatif : Corps législatif national bicaméral, Conseil des États (Majlis Weleyat) et Assemblée nationale (Majlis Watani)
    Et aussi... : Cour suprême nationale ; Conseil souverain (créé en août 2019, militaire et civil) ; Conseil militaire de transition (au pouvoir de facto après la destitution de M. AL-BACHIR, puis dissous)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées soudanaises (FAS)
    Services de renseignement : service national de la sureté et du renseignement (National Intelligence and Security Service, NISS)
    Et aussi... : milices janjawid (rattachées à l’armée régulière soudanaise)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    • Transition de 2019
    ALC : Alliance pour la liberté et le changement (coalition de la société civile)
    APS : Association des professionnels soudanais

    • Partis
    DUP : Democratic Unionist Party ; Parti démocratique unioniste (scission en 2001 du parti du même nom, fondé en 1952, devenu Original Democratic Unionist Party)
    Forces nationales du consensus (rassemblement de formations de gauche)
    NCP : National Congress Party ; Parti du congrès national (ex-Front national islamique fondé en 1976) (islamiste, au pouvoir) (fondé en 1996)
    Nidaa Al-Sudan (« L’appel du Soudan ») (coalition)
    Oumma (centriste)
    Parti communiste soudanais

    Groupes armés

    FRS : Front révolutionnaire soudanais (coalition de groupes rebelles contre le régime de Khartoum) (formée en 2011)
    MJE : Mouvement pour la justice et l’égalité (islamiste, branche des Frères musulmans)
    MLJ : Mouvement pour la liberté et la justice (groupe rebelle du Darfour)
    MLS-MM : Mouvement de libération du Soudan (branche Minnawi) (scission du MLS, rebelle)
    MPLS : Mouvement populaire de libération du Soudan (émanation de l’Armée populaire de libération du Soudan, indépendantiste puis forme le gouvernement du Sud à partir de 2011, fondé en 1983)
    MPLS/Nord : Mouvement de libération populaire du Soudan nord (entré en rébellion en 2011, scission du MPLS en 2011)

    PERSONNALITÉS

    M. Omar AL-BACHIR (président 1989-2019, destitué le 11 avril 2019)
    général Abdel Fatah AL-BOURHANE, président du Conseil souverain
    général Mohamed Hamdan DAGLO, dit « HEMETTI »
    premier ministre Abdallah HAMDOK

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1er janvier 1956 (du Royaume-Uni ; séparation d’avec l’Égypte)
    Divers : guerres civiles : 1955-1972 et 1983-2005 entre le pouvoir central et le Sud ; crise au Darfour en 2003 ; scission du Soudan du Sud le 9 juillet 2011 à la suite d’un référendum d’autodétermination

    Personnalités
    Gaafar Al-NEMEIRY † (dictateur) (renversé en 1985 par la « révolution d’avril »)

    TERRITOIRE

    Capitale : Khartoum (Khartoumais[es])

    Divisions administratives : Le Soudan est divisé en 18 États
    Villes : Abou Hamed, Abou Sourouj, Ad-Damazin, Al-Mouglad, Al-Obeid, Atbara, Dongola, Ed-Debba, Gedaref, Halaïb (contentieux avec l’Égypte), Kadugli, Kassala, Kourmouk, Méroé (barrage), Omdurman (ville jumelle de Khartoum), Port-Soudan, Sennar, Sirba, Suleia, Wad Madani, Wadi Halfa

    Darfour : Al-Fashir, Al-Jounaynah, Nyala, Zalingei

    Contentieux : contentieux avec le Soudan du Sud à propos de la répartition des zones contestées depuis 2011 et de la répartition des populations qui sont citoyennes d’un Soudan et résident dans l’autre ; désaccord avec l’Égypte à propos du partage des eaux du Nil

    Divers
    Abyei (région disputée par les deux Soudans notamment pour ses réserves pétrolières)
    Nil Blanc, Nil Bleu ; État du Nil Bleu
    district d’Abyei (Kordofan du Sud)
    barrage hydroélectrique de Méroé
    monts Nouba (Kordofan)
    Kafia Kingi (enclave disputée avec le Soudan du Sud)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion principale : islam sunnite
    Et aussi : christianisme

    Langues 
    Langues officielles : arabe, anglais
    Autres langues : centaine de langues et dialectes locaux

    DIVERS

    économie de rente pétrolière (le pays a perdu 75 % de son pétrole depuis la scission du Soudan du Sud)

    Soudan et Tchad engagés dans la lutte contre les groupes rebelles au Darfour, dans le Kordofan du Sud et le Nil Bleu

    les Baggaras (principale ethnie arabe du Darfour), les Darfouris, les Gimr (ethnie négro-africaine alliée aux génocidaires), les Jallouls, les Fours, les Noubas (ethnie), les Zaghawas (Darfour, soutenus par le président du Tchad, de même ethnie)
    « révolution d’octobre » (1964)
    « révolution d’avril » (1985)
    « révolution de décembre » (2018)

    Membre de : l’UA, du Comesa, l’IGAD, la SEN-SAD, la Ligue arabe, l’OCI, le Mouvement des non-alignés

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20636

    #pays #soudan #afrique #afrique_des_grands_lacs

     


  • *

    Burkina Faso (le)

    Nom officiel : Burkina Faso
    Habitants : Burkinabés (invariable en genre)
    Monnaie : 1 franc CFA (XOF) = 100 centimes

    Note : quoique le Burkina Faso soit une république, il refuse que ce terme apparaisse dans le nom officiel. Faso (« patrie ») dépasse le terme de république, connoté par la colonisation, et met l’accent sur l’identité africaine. De la même manière, le chef de l’État se fait appeler président ou président du Faso, jamais président de la République.

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1991
    Chef de l’État : président, M. Roch Marc Christian KABORÉ (MPP)
    Siège du chef de l’État : palais de Kosyam (Ouagadougou)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Paul Kaba THIEBA
    Siège du gouvernement : Ouagadougou
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale monocamérale
    Et aussi... : Cour de cassation ; Conseil constitutionnel

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées du Burkina (FAB)
    Police : police nationale du Burkina Faso

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CDP : Congrès pour la démocratie et le progrès (fondé en 1996)
    Le Balai citoyen (collectif citoyen) (fondé en 2014)
    MPP : Mouvement populaire pour le progrès (parti présidentiel) (fondé en 2014)
    UPC : Union pour le progrès et le changement (fondé en 2010)

    PERSONNALITÉS

    M. Blaise COMPAORÉ (président 1987-2014, renversé par un soulèvement populaire)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 5 août 1960 (de la France)
    Divers : anciennement Haute-Volta (1958) ; coup d’État en 1966 contre le régime autoritaire de Maurice Yaméogo ; coup d’État militaire en 1980, puis série de coups d’État : en 1982, 1983 (Sankara) ; en 1984, la Haute-Volta devient la République démocratique populaire du Burkina Faso ; 2014, révision constitutionnelle de force : transition démocratique entre octobre 2015 et décembre 2015

    Personnalités
    général Aboubacar Sangoulé Lamizana † (chef d’Etat de la Haute-Volta, années 1970)
    Thomas SANKARA† (président 1983-1987, assassiné)

    TERRITOIRE

    Capitale : Ouagadougou (Ougalais[es])

    Divisions administratives : Le Burkina Faso est divisé en 13 régions

    Contentieux : contentieux de frontières avec le Mali, le Niger et le Bénin

    Divers
    Kadiogo (province)
    Bobo-Dioulasso

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : islam
    Et aussi : catholicisme, animisme, protestantisme

    Langues
    Langue officielle : français
    Autres langues : langues africaines (langues natales parlées par 90 % de la population)

    DIVERS

    peuples et ethnies : Mossis, Bobos, Dioulas, Peuls, Gourmantchés, Sénoufos, Touaregs...
    sankariste
    Union nationale des dozos (les dozos sont des chasseurs traditionnels)

    Membre de : G5 Sahel (créé en 2014), de l’UA, de la Cedeao

    #pays #burkina_faso #afrique #afrique_de_l'ouest

     

  • *

    Côte d’Ivoire (la)

    Nom officiel : République de Côte d’Ivoire
    Habitants : Ivoirien(ne)s
    Monnaie : 1 franc CFA (XOF) = 100 centimes

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2000
    Chef de l’État : président de la République, M. Alassane Dramane OUATTARA (RDR)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Yamoussoukro) ; palais présidentiel du Plateau (Abidjan)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Daniel KABLAN DUNCAN (PDCI)
    Siège du gouvernement : palais présidentiel du Plateau (Abidjan)
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale monocamérale
    Et aussi... : Cour suprême ; Commission électorale indépendante

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, remplace les Fanci) ; gendarmerie
    Police : direction générale de la police nationale (DGPN)
    Services de renseignement : agence nationale de stratégie et d’intelligence (ANSI) ; direction générale de sécurité intérieure (DGSI)
    Et aussi... : milices pro-Ouattara ; Société ivoirienne de raffinage (SIR)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    FPI : Front populaire ivoirien (ancien parti de Gbagbo, opposition) (aile radicale et aile modérée) (1982, officialisé en 1990)
    RHDP : Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (coalition de gouvernement, formée en 2005)
    MFA : Mouvement des forces d’avenir
    PDCI : Parti démocrate de Côte d’Ivoire (fondé en 1946)
    RDR : Rassemblement des républicains (fondé en 1994)
    UDPCI : Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire

    Groupes armés

    AQMI : Al-Qaida au Maghreb islamique

    PERSONNALITÉS

    Mᵐᵉ Simone GBAGBO
    M. Laurent GBAGBO (ancien président de la République)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 7 août 1960 (de la France)
    Divers : 1999 : coup d’État du général Gueï ; 2004 : division du territoire en deux parties ; accord de Ouagadougou (mars 2007) ; guerre civile (2010-2011) ; 28 janvier 2016, ouverture du procès à la CPI de MM. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

    Personnalités
    Robert GUEÏ † (ancien président assassiné en 2002)
    Félix HOUPHOUËT-BOIGNY (président 1960-1993)

    TERRITOIRE

    Capitale : Yamoussoukro

    Divisions administratives : La Côte d’Ivoire est divisée en 12 districts et 2 districts autonomes
    Villes : Duékoué, San Pedro,Taï, Zagné

    Contentieux : contentieux de frontière maritime avec le Ghana

    Divers
    Bouaké
    Cocody, le Plateau (quartiers d’Abidjan)
    Grand-Bassam (station balnéaire)
    fleuve Cavally (frontière avec le Liberia)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : islam, christianisme, animisme

    Langues
    Langue officielle : français
    Autres langues : noushi, dioula et 60 autres dialectes couramment parlés

    DIVERS

    Membre de : l’UEMOA, de la CEDEAO, de l’UA, de l’APDA
    Onuci (Opération des nations unies en Côte d’Ivoire)
    « miracle ivoirien » (1960-1980)
    les nordistes « dyoulas » (et non « dioulas », ne pas confondre avec l’ethnie Dioula)
    les Guérés, les Oubis (peuples)

    #pays #côte_d'ivoire #afrique #afrique_de_l'ouest

     

  • *

    casque

    casques bleus (sans guillemets et sans majuscules)
    micro-casque
    Casque d’or (Simone Signoret)

    #abécédaire #onu

     

  • *

    Antigua-et-Barbuda, f.

    Nom officiel : Antigua-et-Barbuda
    Habitants : Antiguai(se)s et Barbudien(ne)s
    Monnaie : 1 dollar des Caraïbes de l’Est (XCD) = 100 cents

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle (État du Commonwealth)
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 1981
    Chef de l’État : reine, ÉLISABETH II, représentée par le gouverneur général, M. Rodney WILLIAMS
    Siège du chef de l’État : palais de Buckingham (Londres) ; résidence du gouverneur (Saint John’s)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Gaston BROWNE
    Siège du gouvernement : Saint John’s
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Sénat et Chambre des représentants)
    Et aussi... : Cour suprême des Caraïbes de l’Est

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces royales de défense d’Antigua-et-Barbuda, gardes-côtes ; sans marine ni forces aériennes
    Police : forces de police royale d’Antigua-et-Barbuda

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    ALP : Antigua Labour Party ; Parti travailliste d’Antigua (socialiste) (fondé dans les années 1960)
    BPM : Barbuda People’s movement ; Mouvement populaire de Barbuda (autodétermination du peuple caribéen) (fondé en 1978)
    UPP : United Progressive Party ; Parti progressiste unifié (social-démocrate) (fondé en 1992)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1981 (du Royaume-Uni)

    TERRITOIRE

    Capitale : Saint John’s

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Langues
    Langue officielle : anglais

    #pays #antigua_et_barbuda #amériques #caraïbes

     


  • *

    Maroc (le)

    Nom officiel : royaume du Maroc
    Habitants : Marocain(e)s
    Monnaie : 1 dirham (MAD) = 100 centimes

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle unitaire
    Régime : autoritaire
    Texte fondamental : Constitution de 2011
    Chef de l’État : roi, MOHAMMED VI
    Siège du chef de l’État : palais royal (Rabat)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Saadeddine EL-OTHMANI (PJD)
    Siège du gouvernement : Rabat
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Chambre des représentants, Chambre des conseillers)
    Et aussi... : Cour constitutionnelle ; Conseil supérieur de sécurité ; Conseil supérieur des Oulémas

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées royales marocaines
    Police : direction générale de la sureté nationale (DGSN)
    Services de renseignement : direction générale de la surveillance du territoire (DGST), direction générale des affaires intérieures (DGAI)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Istiqlal : Parti de l’indépendance (nationaliste conservateur) (fondé en 1943)
    MP : Mouvement populaire (berbère conservateur) (fondé en 1957)
    Mouvement du 20-Février (social-démocrate réformateur) (fondé en 2011)
    PAM : Parti authenticité et modernité (centre gauche) (fondé en 2008)
    PJD : Parti de la justice et du développement (islamiste modéré) (fondé en 1998, au pouvoir depuis 2011)
    PPS : Parti du progrès et du socialisme (gauche) (association devenue parti en 1974)
    PSU:Parti socialiste unifié (gauche)
    RNI : Rassemblement national des indépendants (libéral) (fondé en 1978)
    USFP : Union socialiste des forces populaires (gauche) (1959-1975)

    Groupe armé

    Front Polisario : Front populaire de libération de la Saguia el Hamra et du rio de oro (pour le contrôle du Sahara occidental) (formé en 1973)

    PERSONNALITÉS

    M. Abdelilah BENKIRANE (PJD) (ex-premier ministre)
    M. Fouad Ali EL-HIMMA (ami du roi, PAM)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 2 mars 1956 (de la France)
    Divers : « guerre des sables » avec l’Algérie en 1963

    Personnalités
    Mehdi Ben Barka †

    TERRITOIRE

    Capitale : Rabat

    Divisions administratives : le Maroc est divisé en 11 régions
    Villes : Aït Bouayèche, Al-Hoceïma, Fès, Kénitra, Khénifra, Khourigba, Meknès, Oujda, Safi, Séfrou, Sidi Ifni, Taza, Tameslohte

    Contentieux : le Maroc réclame le Sahara occidental (territoire au statut indéterminé) et la région de Dakhla-Oued Ed Dahab (considérée comme la 12ᵉ région)

    Divers
    Ceuta ; Melilla ; îles Zaffarines (territoires espagnols habités majoritairement par des citoyens marocains)
    El-Ayoun (Sahara occidental)
    la médina (Marrakech)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : islam
    Religion principale : islam sunnite
    Et aussi : islam chiite (très minoritaire), christianisme, judaïsme
    liberté de culte

    Langues 
    Langues officielles : arabe, tamazight (berbère)
    Autres langues : français, chleuh (berbère), rifain (berbère)

    DIVERS

    code de la famille (moudawana)
    darija (arabe marocain)
    Fête du trône
    makhzen (gouvernement royal)
    la Mamounia
    marrakchie(s)
    le palais

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20621

    #pays #maroc #afrique #afrique_du_nord

     


  • *

    Palestine (la)

    Nom officiel : État de Palestine ; territoires palestiniens
    Habitants : Palestinien(ne)s
    Monnaie : 1 nouveau shekel israélien (ILS) = 100 agorots ; 1 dinar jordanien = 1000 fils ; 1 dollar (USD) = 100 cents (pas de monnaie officielle)

    État observateur non membre des Nations unies administré par l’Autorité palestinienne (dans l’attente de la création d’un État)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république, entité gouvernementale administrative de Cisjordanie et de la bande de Gaza
    Régime : semi-présidentiel
    Texte fondamental : accords d’Oslo en 1993 et Oslo II en 1995
    Chef de l’État : président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud ABBAS (Fatah)
    Siège du chef de l’État : Ramallah
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Rami AMDALLAH (Fatah)
    Siège du gouvernement : Ramallah
    Pouvoir législatif : Conseil législatif
    Et aussi... : gouvernement d’union nationale ; Mahmoud ABBAS également appelé Abou Mazen.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces de sécurité palestiniennes
    Et aussi... : forces de sécurité palestiniennes qui mêlent forces policières, militaires et renseignement

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Djihad islamique (islamo-nationaliste) (fondé dans les années 1970)
    Fatah : « Conquête » (en arabe : Hataf, Harakat Al-Tahrir Al-Watani Al-Filistini) (mouvement de libération nationale palestinien) (fondé en exil en 1957)
    Hamas : Mouvement de la résistance islamique (résistance nationaliste islamiste) (fondé à Gaza en 1987)
    FDLP : Front démocratique de libération de la Palestine (communiste, nationaliste palestinien) (scission FPLP, fondé en 1969)
    OLP : Organisation de libération de la Palestine (fondée en 1964 au Caire)
    PLI : Hizb ut-Tahrir ; Parti de la libération islamique (scission des Frères musulmans) (fondé en exil en 1953)

    Groupes armés

    Brigades Izz Al-Din Al-Qassam (nationaliste arabe bras armé du Hamas) (fondé en 1992)
    Ezzedine Al-Qassam (révolutionnaire nationaliste arabe) (illégal 1925-1935)
    FPLP : Front populaire de libération de la Palestine (nationaliste arabe, gauche marxiste) (ex-Front national pour la libération de la Palestine, fondé en 1964, devient FPLP en 1967)

    PERSONNALITÉS

    pas de trait d’union après Abou (comme Ibn ou Ben)

    M. Ismaïl HANIYEH (ex-premier ministre)
    M. Marouane BARGHOUTI (leader du Fatah en Cisjordanie)
    M. Khaled MECHAAL (Hamas)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : pas d’indépendance (territoires occupés), proclamation de la création de l’État palestinien regroupant la Cisjordanie et la bande de Gaza, le 15 mars 1988 à Alger par le Conseil national palestinien
    Divers : Cisjordanie administrée par la Jordanie entre 1948 et 1967 ; devient État observateur non membre des Nations unies le 29 novembre 2012 ; entre à l’Unesco le 31 octobre 2011
    État palestinien reconnu par 136 États membre des Nations unies
    23 avril 2014 : accord de réconciliation Fatah et Hamas.

    Personnalités
    « Abou Ammar » (surnom de Yasser ARAFAT, 1929-2004 †)
    Yehia AYACHE † (Hamas, assassiné en 1996)
    Ghassan KANAFANI † (écrivain, assassiné, 1936-1972)
    Cheikh Ahmed YASSINE †

    TERRITOIRE

    Capitale : Jérusalem (non reconnue par la communauté internationale), Ramallah

    Divisions administratives : la Cisjordanie et la bande de Gaza sont divisées 11 en districts ; les territoires palestiniens sont divisés en zones militaires (A, B, C)
    Districts : Bethléem, Gaza Nord, Gaza ville, Hébron, Jéricho, Jérusalem, Naplouse, Rafah, Ramallah...
    Villes : Al-Boureij, Beit Hanoun, Beit Lahya (Gaza), Bethléem, Gaza, Hébron (Al-Khalil), Jabaliya (camp, bande de Gaza), Jénine, Jéricho, Kalkilya, Khan Younès, Naplouse, Rafah (Gaza, à la frontière de l’Égypte et de Gaza), Ramallah, Salah Ad-Din, Shati (camp, Gaza), Tulkarem, Wadi Fukin

    Divers
    Aïda (camp, Bethléem)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religions principales : islam, christianisme

    Langues 
    Langue officielle : arabe
    Autres langues : anglais, français

    Médias
    Al Qods (quotidien, arabe, Jérusalem-Est) (1951)

    DIVERS

    les territoires occupés (pas de guillemets)
    Charte nationale palestinienne ou Charte de l’OLP
    Gazaouie
    caveau des Patriarches (Hébron)
    Intifada(s) (fém.)
    « ligne verte »
    la Mouqata’a (Ramallah)
    roquettes artisanales Qassam ; roquettes Katioucha
    Septembre noir (organisation) ≠ « septembre noir » (événement, 1970)

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20628

    #pays #palestine #proche-orient

     

  • *

    printemps

    « printemps arabe » ou « printemps arabes » (à partir de décembre 2010)
    « printemps de Prague » (1968)
    « printemps berbère » (1980)
    « printemps des peuples » (1848)
    époque des Printemps et des Automnes (Chine, 722-481 av. J.-C.)

    #abécédaire #événements_historiques

     

  • *

    code

    code de Nuremberg (1947, sur l’expérimentation humaine)
    code du travail
    code pénal
    code de l’action sociale et des familles
    code du travail maritime
    Code noir (1685, esclavage)
    un code-barres, des codes-barres
    codes sources
    codes couleur (Colignon, Robert)

    #abécédaire #code_typo #minuscules #majuscules

     

  • *

    Birmanie (la)

    Nom officiel : République de l’Union de Birmanie
    Habitants : Birman(e)s
    Monnaie : 1 kyat (MMK) = 100 pyas

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république (union fédérale)
    Régime : présidentiel (autoritaire)
    Texte fondamental : Constitution de 2008
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. HTIN KYAW (LND)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Naypyidaw)
    Pouvoir législatif : Assemblée (bicamérale) de l’Union de Birmanie, Chambre des nationalités (Amyotha Hluttaw) et Chambre des représentants (Pyithu Hluttaw)
    Et aussi... : Cour suprême de l’Union ; sont réservés aux militaires : 25 % des sièges au Parlement (cela leur confère un droit de veto pour tout changement constitutionnel) et trois ministères stratégiques (défense, intérieur et frontières)

    Note : Mᵐᵉ Aung San SUU KYI est conseillère d’État et porte-parole de la présidence depuis avril 2016 (également ministre des affaires étrangères)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : Tatmadaw (la), BGF (Border Guard Force)
    Police : MPF (Myanmar Police Force, unités locales uniquement)
    Et aussi... : Pyithu Swan Arr Shin (milice de la junte)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    ANP : Arakan National Party ; Parti national d’Arakan (parti de l’État d’Arakan, opposition) (fusion de l’Arakan League for Democracy et du Rakhine Nationalities Development Party fondé en 2014)
    LND : National League for Democracy ; Ligue nationale pour la démocratie (ex-parti d’opposition historique, au pouvoir depuis 2016) (fondé en 1988)
    USDP : Union Solidarity and Development Party ; Parti de la solidarité et du développement de l’Union (parti de la junte) (émanation de l’Union Solidarity and Development Association, USDA, fondé en 2010)
    PNO : Pao National Organization (fondé en 1949)
    SNLD : Shan Nationalities League for Democracy ; Ligue des nationalités shan pour la démocratie (parti shan) (fondé en 1988)
    TNP : Ta’ang National Party ; Parti national Taang
    ZCD : Zomi Congress for Democracy (fondé en 1988, frappé d’interdiction en 1992 puis de nouveau autorisé en 2012 sous le nom de Zomi Congress League for Democracy Party)

    Ma Ba Tha (mouvement nationaliste bouddhiste)

    Groupes armés

    ARIF : Arakan Rohingya Islamic Front ; Front islamique du Rohingya Arakan (FIRA) (rébellion islamique) (années 1990)
    MLBO : Muslim Liberation Organization of Burma ; Organisation de libération musulmane de la Birmanie (ou Arakan Liberation Organization) (rébellion islamique) (formée en 1980)
    MNDAA : Myanmar National Democratic Alliance Army (rébellion nationaliste kokang) (formé en 1989)
    Pao National Army (branche armée du PNO) (1949-1991)
    SSA-S : Shan State Army South (rébellion shan) (scission de la Shan United Revolutionary Army en 1996)
    UWSA : United Wa State Army (bras armé de l’United Wa State Party fondé en 1989)

    PERSONNALITÉS

    Les noms propres birmans forment des amalgames indissociables. Exemple : M. THAN SHWE. Mᵐᵉ AUNG SAN SUU KYI peut être nommée simplement Mᵐᵉ SUU KYI (AUNG SAN est le nom de son père). U est un titre de civilité.

    général KHIN NYUNT (premier ministre 2003-2004) (« feuille de route »)
    général MAUNG AYE (ex-numéro deux de la junte)
    général THAN SHWE (ex-président)
    M. THEIN SHEIN (ex-président 2011-2016)
    colonel YORD SERK (SSA-S)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 4 janvier 1948 (du Royaume-Uni)
    Divers : février 1947, conférence de Panglong ; le pays a été renommé Myanmar en 1989 par la junte ; « révolution safran » (septembre 2007, inaboutie) ; mai 2008, passage du cyclone Nargis

    Personnalités
    U Ottama †, U Wisara † (bonzes opposés aux colons britanniques)

    Divers
    SPDC : State Peace and Development Council, Conseil d’État pour la paix et le développement (nom officiel de la junte anciennement au pouvoir)
    Génération 88 (opposition à la junte)

    TERRITOIRE

    Capitale : Naypyidaw (capitale administrative)

    Divisions administratives : La Birmanie est divisée en 7 régions, 7 États et 1 territoire de l’Union
    États : chin, kachin, karen, karenni, mon, rakhine (ou d’Arakan), shan
    Villes : Kengtung (État shan), Kunlong, Kyaupkyu (port, contrôle chinois), Loikaw (capitale de l’État karenni), Mandalay, Mong La (petit Macao), Muse, Namkham, Naypyidaw (« cité royale ») (nouvelle capitale), Pakokku, Panghsang (quartier général des Was), Pyinmana, Rangoun, Sittwe, Tai Ping, Toungoo, Taunggok, Thamanya

    Contentieux : contentieux maritimes avec le Bangladesh et l’Inde ; construction de clôture des frontières avec le Bangladesh et l’Inde

    Divers
    Rangoun (n’est plus la capitale officielle depuis 2005 ; graphie officielle : Yangoun)
    Pyinmana (ancien nom de Naypyidaw, 2006)
    Salween, Irrawaddy (fleuves)
    Shwe (gaz naturel)
    le Nord et l’Est de la Birmanie sont le front de conflits entre les minorités ethniques et l’armée birmane
    « région spéciale » n° 1 (ou 2, 3... 7)
    le Kokang (zone de la région n° 1)
    Ramree (île)
    îles Cocos (une base chinoise du « collier de perles »)
    champ gazier de Yadana (océan Indien)
    barrage de Ta Sang (Salween) ; barrage de Myitsone
    Hatgyi (projet de barrage, Salween)
    Tasang (projet de barrage, Salween)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : bouddhisme
    Et aussi : christianisme, islam

    Sangha Maha Nayaka (haut clergé bouddhiste)

    Langues
    Langue officielle : birman (bamar)
    Autres langues : les minorités ethniques ont leur propre langue, il existe plus d’une centaine de langues et dialectes

    Médias
    Myanmar Times (Rangoun)

    DIVERS

    ethnies : Bamars (ou Birmans, représentent environ 2/3 de la population) Chinois, Indiens, Karens, Karennis, Lahus, Lakhas, Paos, Rohingyas (minorité musulmane non reconnue par le régime birman), Shans, Was...

    Le régime birman reconnaît officiellement 135 ethnies et autant de langues et dialectes.

    MOGE : Myanma (sans « r ») Oil and Gas Enterprise (compagnie nationale)

    #pays #birmanie #asie #asie_du_sud_est

     

  • *

    Syrie (la)

    Nom officiel : République arabe syrienne
    Habitants : Syrien(ne)s
    Monnaie : 1 livre syrienne (LYP) = 100 piastres

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : autoritaire
    Texte fondamental : Constitution de 2012
    Chef de l’État : président de la République, M. Bachar AL-ASSAD (Baas)
    Siège du chef de l’État : résidence présidentielle (Damas)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Waël AL-HALQI (Baas)
    Siège du gouvernement : Damas
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral (Assemblée du peuple, Majlis Al-Chaab)
    Et aussi... : Cour suprême constitutionnelle ; Conseil national syrien (CNS) ; zones libérées administrées par des conseils révolutionnaires

    Structuration de l’opposition : président de la coalition, M. Ahmad Al-Assi al-Jarba (représentant des tribus syriennes) ; gouvernement provisoire dirigé par M. Ahmed Tomeh ; Assemblée générale de la coalition.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée syrienne (terre, air, marine) ; forces de sécurité syriennes
    Et aussi... : Armée syrienne libre (ASL) ; chabbiha (milices pro-régime)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CDS : Conseil démocratique syrien (coalition turco-arabe, revendique une zone autonome en Syrie)
    CNS : Coalition nationale syrienne (ou Coalition des forces de la révolution et de l’opposition syrienne) (basée à Doha, formée le 11 novembre 2012, rassemble une centaine de formations politiques)
    CNKS : Conseil national des Kurdes de Syrie (coalition de partis kurdes, formée en 2011)
    Front national progressiste (coalition qui rassemble l’ensemble des partis légaux en Syrie) (formée en 1972)
    Parti Baas arabe socialiste : Parti de la renaissance arabe (socialiste nationaliste laïc transnational) (fondé en Syrie en 1944)
    Parti communiste syrien (fondé en 1944)
    Parti de l’union socialiste arabe (fondé en 1964)
    PSNS : Parti social nationaliste syrien (nationaliste) (fondé en 1932 à Beyrouth)
    PYD : Partiya Yekîtiya Demokrat ; Parti de l’union démocratique (proche du PKK turc) (fondé en 2003)

    Groupes armés

    Ahrar Al-Sham : Mouvement de l’homme libre du Levant (salafiste djihadiste) (groupe armé engagé dans la guerre civile) (formé en 2011)
    ASL : Armée syrienne libre (lutte contre le régime de Bachar Al-ASSAD) (scission de l’armée régulière, formée le 29 juillet 2011)
    BAA : Brigades Abdallah Hazzam (djihadiste, affilié à Al-Qaida) (formé en 2009)
    Fatah Halab : Conquête d’Alep (Alep, 2016)
    Forces démocratiques syriennes (FDS) (coalition soutenue par Washington, bras armé du CDS)
    Front Fatah Al-Cham (ex-Front Al-Nosra) (Alep, 2016)
    Harakat Hezbollah Al-Nujaba : Mouvement des nobles du parti de Dieu (milice irakienne soutenant le régime, Alep, 2016)
    Jaïch Al-Fatah : Armée de la conquête (coalition djihadiste, Alep, 2016)
    Jaïch Al-Islam : Armée de l’islam (salafiste djihadiste) (groupe armé engagé dans la guerre civile) (formé en 2011)
    OEI : Organisation de l’État islamique (État islamique en Irak et au Levant, acronymes anglais ISIS, ISIL ou IS) (salafiste djihadiste) (scission d’Al-Qaida en Irak en 2006)
    YPG : Yekîneyên Parastina Gel ; Unités de protection du peuple (branche armée du PYD, engagé dans la lutte contre l’OEI) (formé en 2011)
    YDJ : Unités de protection des femmes

    PERSONNALITÉS

    M. Abou Bakr Al-BAGHDADI (calife autoproclamé de l’Organisation de l’État islamique, OEI)
    M. Ammar BAGDACHE (secrétaire général du Parti communiste syrien)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 17 avril 1946 (du mandat français)
    Divers : coup d’État du 6 février 1963 (chute du général Abdelkarim Kassem) ; début des révoltes en mars 2011 ; 29 juin 2014 : proclamation d’un « califat islamique » par l’OEI sur une partie du territoire syrien
    Djebel druze (territoire autonome syrien, 1921-1936) (= État des Druzes)

    Personnalités
    Hafez AL-ASSAD † (père et prédécesseur de M. Bachar Al-Assad)
    Michel AFLAK † (cofondateur du Baas)
    Salah BITAR † (cofondateur du Baas)

    TERRITOIRE

    Capitale : Damas (Damascènes)

    Divisions administratives : La Syrie est divisée en 14 provinces
    ...
    Villes : Abou Kamal, Afrin, Alep, Deir Ez-Zor, Deraa, Hama, Hassaké, Homs, Idlib, Lattaquié, Qoussair, Rakka (ex-« capitale » de l’OEI), Tadmor (Palmyre)

    Divers
    Alep-Est ; Alépin(e)s
    Chayrat (base aérienne)
    Ghouta (la) (près de Damas)
    Qalamoun (le) (massif)

    Rojava (le) (Kurdistan syrien) (« l’Ouest » en kurde)
    ou Fédération démocratique de la Syrie du Nord
    trois cantons : Afrin, Kobané et Cezire (villes du même nom)
    villes : Aïn Issa (« capitale » du Rojava), Derik (Al-Malikiyah), Kamechliyé (et pas Qameshli, par exemple), Manbidj, Ras Al-Aïn (Serekaniyé en kurde), Tall Tamer, Tell Abyad, Tirwazi
    autoroute M4

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : islam
    Religions principales : islam sunnite
    Et aussi : islam alaouite, christianisme, druze, chiisme duodécimain, ismaélisme, judaïsme

    Langues 
    Langue officielle : arabe
    Autres langues : kurde, arménien, circassien, français, anglais

    DIVERS

    processus de Genève
    katiba (bataillon, OEI)
    Druzes (population)
    alaouites, ismaéliens (religions)
    krak des Chevaliers
    mosquée de Sayyida Zeinab (haut lieu du chiisme)

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20641

    #pays #syrie #proche-orient

     

  • *

    Irak (l’), m.

    Nom officiel : République d’Irak (Al-Joumhiuriyah Al-Irakiya)
    Habitants : Irakien(ne)s
    Monnaie : 1 nouveau dinar irakien (IQD) = 100 fils

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution du 15 octobre 2005
    Chef de l’État : président de la République, M. Bahram SALEH (UPK)
    Siège du chef de l’État : palais républicain, Bagdad
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Adel Abdel MAHDI (a démissionné fin novembre 2019)
    Siège du gouvernement : Bagdad
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral (Conseil des représentants)
    Et aussi... : Cour suprême fédérale ; Cour de cassation ; Banque nationale de l’Irak ; Fondation des martyrs
    présence d’une minorité kurde (séparatiste)
    communautarisation récente de la vie politique irakienne qui rend difficile le fonctionnement des institutions (président de la République kurde, président du Parlement sunnite et premier ministre chiite)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée irakienne ; service de contre-terrorisme (2015)
    Police : police nationale irakienne
    Services de renseignement : Mukhabarat

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Al-Arabiya (coalition de partis politiques et d’indépendants) (formée en 2014)
    Al-Dawa Al-Islamiya ou simplement Dawa : Appel islamique (droite libérale chiite) (scission de Al-Dawa, ancien groupe armé, fondé en 1958)
    Alliance nationale irakienne (chiite) (ex-Alliance irakienne unifiée, formée en 2004, change de nom en 2009)
    Bzutinewey Goran : Mouvement pour le changement (kurde laïc indépendantiste) (fondé en 2009)
    Coalition de l’État de droit (chiite conservateur) (fondé en 2009)
    CSII/Mouwatin : Conseil suprême islamique irakien (islamiste chiite) (ex-Conseil suprême pour la révolution islamique, fondé en 1982, devient CSII en 2007)
    Front du dialogue national (multiethnique majorité sunnite) (réformateur) (formé en 2005)
    Mouvement sadriste (islamiste) (aussi appelé Mouvement libre indépendant, fondé en 2003)
    PDK : Parti démocratique du Kurdistan (démocrate kurde indépendantiste) (fondé en 1946)
    PKK : Partiya Karkerên Kurdistan, Parti des travailleurs du Kurdistan (indépendantiste pankurde) (groupe d’origine turque fondé en 1978, devient le Kadek en 2002)
    UPK : Union patriotique du Kurdistan (kurde socialiste indépendantiste) (fondé en 1975)

    Groupes armés

    Al-Dawa Al-Islamiya : Appel islamique (droite libérale chiite) (scission de Al-Dawa, ancien groupe armé, fondé en 1958 devenu parti politique dans les années 1990)
    Al-Qaida en Irak (salafiste djihadiste)
    Armée du Mahdi (bras armé du mouvement sadriste) (milice chiite) (2003-2008)
    Brigade Badr (ancienne milice du CSII/Mouwatin, devenue parti politique en 2007, combattants aujourd’hui engagés dans la lutte contre l’OEI)
    Chevaliers de l’espoir (les) (milice du CSII/Mouwatin, remplace la brigade Badr comme bras armé du CSII, formée en 2007)
    EII : État islamique d’Irak (ancêtre de l’OEI) (scission d’Al-Qaida en Irak en 2006))
    Forces de mobilisation populaire (rassemblement de 40 milices opposées au régime, engagé notamment dans la lutte contre l’OEI, formé en 2014)
    Hachd Al-Chaabi : Unités de mobilisation populaire (paramilitaires chiites soutenus par l’Iran) (formé en 2014)
    Kataeb Hezbollah(les) : (« brigades du Parti de Dieu ») (milices chiites soutenues par l’Iran) (fondées en 2003)
    OEI : Organisation de l’État islamique (ou État islamique en Irak et au Levant, ex-EII ; acronymes anglais : ISIS, ISIL, IS) (salafiste djihadiste) (employer avec modération l’acronyme arabe Daech)
    PKK  : Partiya Karkerên Kurdistan ; Parti des travailleurs du Kurdistan (indépendantiste pankurde) (groupe d’origine turque fondé en 1978, devient le parti politique Kadek en 2002)
    Sahwa (« éveil ») (milices tribales)

    PERSONNALITÉS

    M. Haïdar AL-ABADI (premier ministre 2014-2018)
    † Abou Bakr AL-BAGHDADI (calife autoproclamé de l’Organisation de l’État islamique, OEI)
    M. Ibrahim AL-JAAFARI (premier ministre 2005-2006)
    M. Massoud BARZANI (Kurdistan)
    M. Fouad MAASSOUM (ex-président de la République) (PDK)
    M. Nouri AL-MALIKI (premier ministre de 2006 à septembre 2014, chiite)
    M. Moqtada AL-SADR (homme politique chiite, chef de l’Armée du Mahdi)
    M. Ali AL-SISTANI (ayatollah)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1932 (du mandat britannique)
    Divers : pacte de Bagdad (1955) ; renversement de la monarchie en 1958 ; guerre contre l’Iran (1980-1988) ; invasion du Koweït en 1990 ; embargo total décidé par l’ONU entre 1990 et 1995 puis opération « Pétrole contre nourriture » ; invasion puis occupation américaine en 2003 ; départ des troupes américaines le 18 décembre 2011 ; 29 juin 2014 : proclamation d’un « califat islamique » par l’OEI sur une partie du territoire irakien

    Personnalités
    général KASSEM † (premier ministre 1958-1963)
    Abou Moussab AL-ZARKAOUI † (Al-Qaida)

    TERRITOIRE

    Capitale : Bagdad (Bagdadi[s])

    Divisions administratives : L’Irak est divisé en 18 gouvernorats (muhafazat, singulier muhafazah) et 1 région.
    Gouvernorats (ou provinces) : Anbar, Bagdad, Bassora, Diyala, Dohouk, Erbil (kurde), Kerbala, Kirkouk, Mouthanna, Nadjaf, Ninive, Salaheddine, Souleimaniyé (kurde), Wasit...
    Région : Gouvernement régional du Kurdistan (GRK)
    ...
    Villes : Al-Baaj, Baiji, Bassora, Diyala, Fallouja, Kadhimain, Kerbala, Kirkouk, Kout, Lalish (lieu saint yézidi), Mossoul (deuxième ville du pays), Nadjaf, Nassiriya, Rabia, Samarra, Sinjar, Tell Afar, Tikrit

    Divers
    « zone verte » (îlot hypersécurisé situé à Bagdad et permettant de maintenir l’activité des institutions)
    Chatt Al-Arab (fleuve frontalier avec l’Iran)

    Les 3 provinces kurdes sont constituées en région autonome (voir plus bas) ; le reste du découpage des entités fédérées est retardé par la grande instabilité dans l’ensemble du pays.

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : islam
    Religions principales : islam chiite (60 % environ), islam sunnite (environ 30-35 %)
    Et aussi : christianisme

    Langues 
    Langues officielles : arabe, kurde, syriaque (local), turkmène (local)
    Autres langues : arménien (reconnu)

    DIVERS

    Basraouis : habitants de Bassora
    Chabaks (minorité)
    katiba (bataillon, OEI)
    ne pas utiliser l’acronyme Daech, préférer OEI
    base navale d’Oum Qasr
    « débaassification »
    villes saintes chiites : Nadjaf, Kerbala, Samarra et Kadhimain
    sadrisme
    yézidis (minorité religieuse kurdophone)

    Kurdistan irakien

    Gouvernement régional du Kurdistan (GRK)

    PDK : Parti démocratique du Kurdistan (M. Massoud BARZANI ; contrôle le nord-ouest du Kurdistan)
    UPK : Union patriotique du Kurdistan († Jalal TALABANI ; contrôle le sud-est du Kurdistan)

    région autonome du Kurdistan
    peshmerga(s)
    « ligne verte »

    villes : Dohouk (plutôt que Dahuk), Erbil (« capitale »), Halabja, Khanaqin, Souleimaniyé, Zakho
    Kirkouk, conquise au printemps 2014, est la « Jérusalem des Kurdes »

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20598

    #pays #irak #proche-orient #golfe #kurdes

     

  • *

    Iran (l’), m.

    Nom officiel : République islamique d’Iran
    Habitants : Iranien(ne)s
    Monnaie : 1 rial iranien (IRR) = 100 dinars
    (cours de change parallèle, 1 toman = 10 rials ; pour contrer la dépréciation du rial)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : théocratique et démocratique
    Texte fondamental : Constitution de 1979
    Chef de l’État : Guide suprême, M. Ali KHAMENEI
    Siège du chef de l’État : Téhéran
    Chef du gouvernement : président de la République, M. Hassan ROHANI (Kargozaran)
    Siège du gouvernement : Téhéran
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral (Assemblée consultative islamique, Majlis) travaillant sous l’égide du Conseil des gardiens
    Et aussi... : Cour des comptes ; Cour suprême ; Assemblée de discernement de l’intérêt du régime ; Assemblée des experts

    Le Conseil des gardiens (de la Constitution) joue un rôle de seconde Chambre (approuve les candidats aux élections et supervise le travail de l’Assemblée) ; cette autorité arbitre le respect des commandements de l’islam et de la Constitution.
    Tous les pouvoirs sont exercés sous le contrôle de l’Assemblée des experts.
    Le Guide incarne le pouvoir exécutif et maîtrise l’ensemble de l’activité politique du pays.
    Architecture institutionnelle unique, qui ajoute à chaque entité institutionnelle démocratique un organe de sauvegarde des préceptes islamiques.

    Cf. infographie : http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/mollahrchie

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée de la République islamique d’Iran (Artesh), Corps des gardiens de la révolution
    Police : forces de police nationale d’Iran
    Services de renseignement : ministère des renseignements et de la sécurité nationale (Vevak)
    Et aussi... : bassidji (« volontaires » milice du régime), pasdarans (« gardiens de la révolution »)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    ACM : Ruhaniyat ; Association du clergé militant (libéral conservateur) (fondé en 1963)
    CNRI : Centre national de la résistance iranienne (coalition de l’opposition en exil)
    Fedayan e-Khalq : Parti populaire des fedayins (communiste) (basé en Allemagne, fondé en 1971)
    Hezb-e Kar : Parti islamique des travailleurs (extrême gauche) (fondé en 1965)
    Hezb-e Mardom Salari : Parti de la démocratie (démocrate réformiste) (fondé en 2001)
    Hezb-e Mellat-e Iran : Parti de la nation iranienne (parti interdit, nationaliste libéral) (fondé en 1951)
    Kargozaran : Parti des bâtisseurs (au pouvoir) (fondé en 1996)
    Motalefeh : Parti de la coalition islamique (conservateur) (fondé en 1963)
    NEDA : Voix d’Iran (centre gauche réformiste) (fondé en 2014)
    Parti Toudeh (ex-Parti communiste d’Iran fondé en 1920) (parti interdit, en exil, fondé en 1950)

    Groupes armés

    Ansar-e-Hezbollah : Compagnons du Parti de Dieu (groupe paramilitaire chiite) (fondé en 1995)
    Jundallah : Les soldats de Dieu (Mouvement de la résistance populaire d’Iran) (djihadiste sunnite du Sistan Baloutchistan) (actif depuis 2003)
    MKO ou OMPI : Mojahedin-e Khalq Organization ; Organisation des moudjahidins du peuple iranien (milice d’opposition, démocrate, basée en France) (fondée en 1965)
    PJAK : Parti pour une vie libre au Kurdistan (milice indépendantiste kurde) (fondé en 2004)

    PERSONNALITÉS

    M. Mahmoud AHMADINEJAD (président de la République, 2005-2013)
    M. Abolhassan BANI SADR (premier président de la République, 1980)
    Mᵐᵉ Chirine EBADI (Prix Nobel de la paix 2003)
    M. Mohammad KHATAMI (président 1997-2005)
    M. Hachémi RAFSANDJANI (conservateur modéré)
    général Ghassem SOLEIMANI † (commandant des forces Al-Qods, tué par un drone en janvier 2020)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : n’a jamais été colonisé.
    Divers : 1ᵉʳ avril 1979, établissement de la République islamique d’Iran, renversement du chah

    1921 : coup d’État de Reza Khan (Reza Chah)
    25 août 1941 : invasion de l’Iran par l’URSS et le Royaume-Uni
    22 janvier 1946 : proclamation de la République autonome du Kurdistan
    15 mars 1951 : nationalisation du pétrole
    19 août 1953 : coup d’État
    1er juillet 1955 : adhésion de l’Iran au pacte de Bagdad (25 février)
    « révolution blanche » (1963)
    révolution islamique (1979)

    Personnalités
    Chapour BAKTIAR † (premier ministre, 1979)
    Moustapha BARZANI † (République kurde de 1946), père de M. Massoud BARZANI (président du Kurdistan irakien, 2005)
    ayatollah Rouhollah KHOMEINY † (choisir cette orthographe plutôt que Khomeyni)
    Ali MANSOUR † (premier ministre, assassiné le 21 janvier 1965)
    MOHAMMAD REZA CHAH PAHLAVI † (chah d’Iran, 1941-1979)
    Mohammad MOSSADEGH †
    reine SORAYA † (épouse du chah, 1953)
    ayatollah TALEGHANI † (mort en 1979)

    Divers
    secte des Assassins, dans la forteresse d’Alamut (XIe siècle) ; Hassan Ibn Al-Sabbah, le « Vieux de la montagne » ; 1256 : chute d’Alamut

    Empire achéménide, Empire safavide, Empire sassanide, Empire timouride
    Qadjar (les), dynastie Qadjar
    dynastie Pahlavi

    TERRITOIRE

    Capitale : Téhéran (Téhéranien[ne]s)

    Divisions administratives : L’Iran est divisé en 31 provinces (ostanha)
    Provinces : Alborz, Ardebil, Bouchehr, Fars, Golestan, Hamadan, Ispahan, Kerman, Kermanchah, Qom, Sistan-Baloutchistan, Téhéran, Yazd, Zanjan...
    Villes : Abadan, Ahwaz, Ardebil, Bandar Abbas (port), Bouchehr (centrale nucléaire), Chiraz, Qom (ville sainte), Ispahan (« moitié du monde »), Kachan, Kerman, Kermanchah, Machhad, Mahabad (« ville de la lune », en persan) (ex-Saujbolagh, nom turc), Natanz (centrale nucléaire), Rey, Sanandaj, Tabriz, Yazd, Zahedan

    Contentieux : l’Iran réclame 1/5 de la mer Caspienne (partage à effectuer avec la Russie, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan et la Turkménistan)

    Divers
    Abou Moussa (île), Arabistan, Araxe (fleuve), Chatt Al-Arab (fleuve frontalier avec l’Irak), Ormuz (détroit d’), Khorasan, Khorramshahr, Khouzistan, Ourmia (Azerbaïdjan occidental)
    îles Tomb (les deux Tomb : Grande Tomb et Petite Tomb)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : islam chiite (chiisme duodécimain) ; les autorités religieuses du chiisme sont basées dans la ville de Qom.
    Religions principales :
    Confessions reconnues de l’islam par le régime : hanafite, chafiite, malékite, hanbalite et zaydite ; confessions chrétienne, zoroastrienne et juive.
    Coexistence des institutions religieuses et territorialisation des communautés religieuses. Tous les citoyens, quelle que soit leur confession, sont soumis aux obligations islamiques dans la sphère publique.

    Langues
    Langue officielle : farsi (ou persan)
    Autres langues : azéri, dialectes turcs, kurde, baloutche, arabe

    DIVERS

    Achoura (l’), fête religieuse chiite
    forces Al-Qods (ne pas confondre avec les brigades Al-Qods palestiniennes)
    le chah (plutôt que shah) ; des chahs
    duodécimains = imamites (chiites iraniens, irakiens, libanais)
    faqih (« docte »), vicaire de l’imam caché
    fiqh (jurisprudence islamique)
    « garde des Immortels » (autour du chah) ; les « Immortels »
    « grande occultation »
    le Guide de la révolution ; le Guide suprême ; le Guide
    un hodjatoleslam
    imamat ; « imam caché »
    « Irangate »
    Iranzamin
    ismaéliens (chiites) ; ismaélisme
    le khomeinisme ; khomeiniste
    loi D’Amato (1996, embargo américain)
    marjaa (représentant de l’« imam caché »)
    « mollarchie constitutionnelle »
    « mouvement vert » (2009)
    persan : de Perse (depuis la conquête arabe jusque dans les années 1930) ; perse : de l’ancienne Perse (antérieurement à la conquête arabe, VIIᵉ siècle)
    velayat-e-faqih (le) (« gouvernement du docte »)

    #pays #iran #proche-orient #golfe

     


  • *

    Chine (la)

    Nom officiel : République populaire de Chine
    Habitants : Chinois(es)
    Monnaie : 1 yuan (renminbi) (RMB) = 10 mao = 100 fen
    yuan (unité monétaire) et renminbi (devise) ; Hongkong, Taïwan et Macao ont leur propre devise

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire (centralisée)
    Régime : présidentiel (autoritaire)
    Texte fondamental : Constitution de 1982
    Chef de l’État : président de la République, M. XI Jinping (depuis 2013)
    Siège du chef de l’État : Zhongnanhai (Pékin)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. LI Keqiang
    Siège du gouvernement : Zhongnanhai (Pékin)
    Pouvoir législatif : Parlement unicaméral, Assemblée nationale populaire ; assemblées populaires municipales, régionales et provinciales (élisent l’Assemblée nationale populaire, avec l’Armée populaire de libération)
    Et aussi... : gouvernements populaires dans les différents échelons.
    Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (organe de l’Assemblée nationale populaire) ; Cour populaire suprême ; Commission militaire centrale (CMC) ; Conseil des affaires d’État ; Conseil de la sécurité de l’État
    L’Assemblée nationale populaire nomme les juges et choisit les candidats aux élections. Mélange des pouvoirs exécutif et législatif, le PCC contrôle l’ensemble de l’activité politique. Dans chaque organe de chaque échelon est présent un membre du Parti communiste.
    Organes du Parti communiste : Comité permanent du Bureau politique ; Comité central du Parti communiste chinois ; Conférence consultative politique du peuple

    Forte déconcentration géographique, direction unique du pouvoir central.

    56 nationalités officiellement reconnues.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : Armée populaire de libération (commandée par le Parti) ; milice ; police armée du peuple
    Police : Bureau de la sécurité publique
    Services de renseignement : dépendent du Parti communiste chinois ; département central d’investigation (DCI) ; Bureau 610 ; Tewu, département des affaires spéciales ; ministère de la sécurité de l’État ; Diaochabu, bureau d’investigations du Comité central du PCC ; département des relations internationales du Comité central du PCC (renseignement extérieurs) ; Qingbao (renseignement militaire)
    Et aussi... : L’armée a une fonction civile : œuvrer au développement du pays.

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    PCC : Parti communiste chinois (fondé en 1921)

    AUTRES ORGANISATIONS

    China Labour Bulletin (organisation de défense des travailleurs, Hongkong)
    Fédération des syndicats de toute la Chine (All-China Federation of Trade-Unions, ACFTU) (organisation officielle)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : pays démembré mais non colonisé
    Divers : établissement de la République populaire de Chine le 1ᵉʳ octobre 1949. Le 1ᵉʳ janvier 1912, la République de Chine a remplacé la dynastie Qing (à la suite de la révolution de 1911). Grand Bond en avant ; Révolution culturelle

    TERRITOIRE

    Capitale : Pékin

    Divisions administratives : la Chine est divisée en 22 provinces, 5 régions autonomes et 4 municipalités
    Taïwan est considérée comme une 23ᵉ province.
    Provinces : Fujian, Gansu, Guangdong, Heilongjiang, Hubei, Hunan, Zhejiang
    Régions autonomes : Mongolie-Intérieure, Xinjiang
    Villes : Baiyin (Gansu), Wuhan (capitale du Hubei)

    Divers
    se reporter à la carte du Manière de voir n° 123, « Chine, état critique »

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : bouddhisme, taoïsme, islam, catholicisme, protestantisme

    Langues
    Langue officielle : chinois mandarin
    Autres langues : cantonais, dialectes locaux

    Médias

    • Télévision
    CCTV (Télévision centrale de Chine)

    • Presse
    Caixin
    China News Weekly (Pékin)
    Nanfang Zhoumo
    Zhongguo Jingying Bao (Pékin)

    DIVERS

    XVIIIᵉ Congrès du Parti communiste chinois (2012)
    plénums annuels
    plan quinquennal
    riz Bt 63, contenant la toxine Cry1Ac
    hukou (passeport intérieur)
    Weibo (réseau social)

    pas de frontière officielle avec le Bhoutan
    conflit de souveraineté maritime avec le Vietnam (et Taïwan) sur les îles Paracels ; avec le Vietnam, la Malaisie, les Philippines, Brunei (et Taïwan) sur les îles Spratleys ; avec le Japon (et Taïwan) sur les îles Senkaku

    Armée rouge chinoise, devenue Armée populaire de libération
    le Parti (fait référence au Parti communiste)

    régions du Cachemire contrôlées par la Chine : vallée de la Shaksgam et Aksai Chin (le reste du Cachemire est disputé entre l’Inde et le Pakistan)

    • TIBET
    région autonome (territoire considéré comme occupé par le « gouvernement en exil » de Dharamsala, Inde), capitale Lhassa
    le Toit du monde
    M. Tenzin Gyatso (14ᵉ dalaï-lama)
    régions Ü-Tsang, Amdo et Kham (point de vue des Tibétains en exil)
    lac Namtso

    • HONGKONG (nom féminin)
    Loi fondamentale du 4 avril 1990 ; région administrative spéciale (RAS)
    « un pays, deux systèmes »
    Lego (Conseil législatif) (Parlement)

    • TAÏWAN
    (Cf. fiche spécifique Taïwan)
    ECFA : Economic Cooperation Framework Agreement, avec Taïwan (2010)

    #chine #pays #asie #hongkong #asie_du_nord_est

     

  • *

    Angola (l’), f.

    Nom officiel : République d’Angola
    Habitants : Angolai(se)s
    Monnaie : 1 kwanza (AOA) = 100 centimos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 2010
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. João LOURENÇO (MPLA) (depuis septembre 2017)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Luanda)
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale unicamérale (220 sièges)
    Et aussi... : Cour suprême

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées angolaises (FAA)
    Police : police nationale d’Angola (force paramilitaire)
    Et aussi... : Sonangol (compagnie pétrolière nationale) ; Endiama (compagnie de diamants d’Angola)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CASA-CE : Large Convergence pour le salut de l’Angola — Coalition électorale (formée en 2012)
    FNLA : Front national de libération de l’Angola (anticolonial) (ex-Union des populations d’Angola [UPA], groupe armé fondé en 1956 devenu parti politique en 1992)
    MPLA : Mouvement populaire de libération de l’Angola (marxiste) (au pouvoir depuis l’indépendance en 1975, fondé en 1956 à Kinshasa)
    Unita : União nacional para a independência total de Angola ; Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (opposition) (fondé en 1966, sanctionné jusqu’en 2002)

    Groupes armés

    FNLA : Front nationale de libération de l’Angola (anticolonial) (ex-Union des populations d’Angola [UPA], groupe armé fondé en 1956 devenu parti politique en 1992)
    Forces armées populaires de libération de l’Angola (bras armé du MPLA)

    PERSONNALITÉS

    M. José Eduardo DOS SANTOS (MPLA) (président 1979-2017)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 11 novembre 1975 (du Portugal)
    Divers : 1961-1975 : guerre d’indépendance ; bataille de Cuito Cuanavale (1988) ; vingt-sept ans de guerre civile (1975-2002), paix signée à Luanda le 4 avril 2002

    TERRITOIRE

    Capitale : Luanda (Luandais[es])

    Divisions administratives : L’Angola est divisée en 18 provinces (provincias)
    Villes : Luanda, Huambo, Benguela, Lobito, Namibe, Lubango, Cabinda, Malange

    Divers
    Aldeia Nova
    Benguela
    fleuves Dande, Cuanza
    Capanda (barrage)
    Waku-Kungo (haut plateau)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : christianisme
    Et aussi : protestantisme, cultes traditionnels

    Langues 
    Langue officielle : portugais
    Autres langues : oumboumdou

    DIVERS

    ressources : pétrole, gaz, diamants et autres ressources minérales
    économie de rente pétrolière ; endettement public important avec des emprunts gagés sur le pétrole
    Membre de : l’ADPA, processus de Kimberley, la CEEAC, la SADC, la CIRGL, la CPLP
    Monua : Mission des Nations Unies en Angola

    « Action conjointe pour le futur »

    #pays #angola #afrique #afrique_centrale

     


  • *

    « ABCD de l’égalité »

    programme d’enseignement expérimenté en 2013-2014, combattu par la Manif pour tous ; entre guillemets

    #abécédaire #guillemets #france

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message