#romanisation

#romanisation

  • *

    arménien

    Il y a plusieurs façons de transcrire ou translittérer l’alphabet arménien, mais il n’existe pas de romanisation standard parfaitement adaptée aux francophones. Cette fiche résume les usages du Monde diplomatique pour la transcription des noms de lieux.

    1. Principe général
    L’écriture arménienne est très cohérente et simple dans son principe. La graphie paraît difficile, mais l’ordre des 38 lettres de l’alphabet suit celui de l’alphabet grec, dont il est dérivé ; il nous est donc familier.

    2. Voyelles
    Peu nombreuses, elles ne posent pas de problème particulier.
    On ne transcrit pas par « u » mais bien par « ou » le digramme ու. Ainsi : Amoulsar (et non pas Amulsar, transcription pour les anglophones).
    On ne met pas d’accent aigu sur le « e » qui transcrit la lettre ե (la cinquième de l’alphabet). Ainsi : Stepanakert (et non pas Stépanakert).

    3. Consonnes
    Nombreuses, notamment parce qu’un même phonème peut être noté par des lettres différentes (de même qu’en français /k/ peut être noté par « k », « c », « qu »...).
    On transcrit avec la même lettre certains phonèmes distincts pour une oreille arménienne, notamment parce que l’aspiration après le « p », le « t »... n’est pas pertinente en français.
    Ainsi : Artik (et non pas Arthik ; le « h » noterait une aspiration non pertinente en français, la prononciation arménienne étant /Artʰik/).
    Pour certains sons (chuintantes, fricatives...), on veille à les transcrire à partir des graphies arméniennes, et non des transcriptions anglophones, ce qui serait source de confusion (une comparaison avec la transcription cyrillique de l’arménien peut aider). Ainsi, on a l’éventail « j », « dj », « ch », « tch », « ts » (mais pas « thch » ou « ths », la prononciation arménienne étant [tʰch] ou [tʰs]), « dz », par exemple dans Chorja, Djermouk, Litchk, Berdzor...
    Par convention, la treizième lettre de l’alphabet խ est transcrite « kh » (plutôt que « x ») et la dix-huitième ղ « gh », ces phonèmes n’ayant pas grand sens pour une oreille française....

    #langues #langues_étrangères #arménie #romanisation

     










  • *

    ukrainien

    L’ukrainien s’écrit avec une variante d’alphabet cyrillique. Depuis l’indépendance, les autorités ukrainiennes le promeuvent (seule « langue d’État ») pour se détacher de l’influence russe. L’annexion de la Crimée et le conflit dans le Donbass ont envenimé les questions linguistiques.

    La romanisation est légèrement différente de celle du russe. La norme officielle https://zakon1.rada.gov.ua/laws/show/55-2010-%D0%BF est pensée pour les anglophones, et n’est donc pas celle du Monde diplomatique. On veille à transcrire à l’ukrainienne (et non pas à la russe) les noms de personnes et les noms de lieux, sauf dans les régions séparatistes.
    Par tradition, Київ reste romanisé Kiev.

    En particulier :
    La lettre И и est transcrite y, de même que la séquence ий. Exemple : Новий Канал = Novy Kanal
    La lettre І і est transcrite i, de même que la séquence ій.
    La lettre Г г est transcrite h.
    La lettre Н н en fin de mot est transcrite ne.
    Le signe mou ь n’est pas transcrit. Exemple : Львів = Lviv (et non pas L´viv)
    Les doubles consonnes ж, х, ц, ч, ш peuvent être simplifiées. Exemple : Запоріжжя = Zaporijia

    #langues #langues_étrangères #ukraine #romanisation

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message