Correcteurs

compte officiel


  • *

    agenda

    Agenda 21 (programme d’actions écologistes pour le XXIᵉ siècle) (sommet de la Terre, Rio, 1992)
    agenda européen en matière de migration (2015)

    #abécédaire

     


  • *

    jaune

    les « gilets jaunes » (France, 2018) ; les « chemises jaunes » (Thaïlande)
    le fleuve Jaune ; la mer Jaune
    un Jaune (Asiatique) ; un « jaune » (personne qui travaille quand ses collègues font grève) ; un jaune (pastis)
    la fièvre jaune ; le péril jaune
    des jaunes d’œufs
    « livres jaunes », « films jaunes » (érotiques, en Chine)

    #abécédaire #couleurs #france #chine #guillemets #surnoms #noms_géographiques

     

  • *

    drogues

    des trafiquants de drogue ; le trafic de drogue, de stupéfiants
    Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC)
    1912 : convention internationale de l’opium, La Haye
    1961 : convention unique sur les stupéfiants, New York
    addict, barrette, bédo, coffee shops, crack, dealer, ecstasy (MDMA), haschisch, kétamine, kif, LSD, nouveaux produits de synthèse (NPS), shit, tazes (ecstasy), THC...

    #abécédaire #acronymes_et_sigles #singulier #pluriel

     

  • *

    base

    base industrielle et technologique de défense (BITD) (concept de l’industrie de l’armement)
    morphine-base ; « pasta »-base

    #abécédaire #armes #traits_d'union

     





  • *

    blanc, blanche

    un Blanc, une Blanche
    « or blanc » (coton ; neige)
    « col blanc »
    Livre blanc
    marche blanche
    la fée blanche : la cocaïne (Robert) ; la « blanche » (héroïne)
    Nouméa la Blanche ; Alger la Blanche
    Maison Blanche (États-Unis) ; « Maison blanche » (Parlement russe)
    Nil Blanc
    « blancs » (monarchistes, 1917)
    « blouses blanches » (URSS, stalinisme) (complot ou affaire des)
    « éléphant blanc »
    « notes blanches » (services de renseignement, France)

    #abécédaire #code_typo #couleurs #majuscules #guillemets #surnoms #zoologie #france

     



  • *

    Bahreïn, m.

    http://www.monde-diplomatique.fr/local/cache-vignettes/L250xH103/Barhe_n-e22f1.jpg

    Nom officiel : royaume de Bahreïn
    Habitants : Bahreïni(e)s (plutôt que Bahreïnien[ne]s ou Bahreïnites)
    Monnaie : 1 dinar (BHD) = 100 fils

    attention, ce n’est pas un émirat

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle
    Régime : présidentiel (autoritaire, dynastique)
    Texte fondamental : Constitution du 14 février 2002
    Chef de l’État : roi, HAMAD Ben Issa Al-Khalifa (émir en 1999, roi en 2002)
    Siège du chef de l’État : palais royal (Manama)
    Chef du gouvernement : premier ministre, cheikh KHALIFA Salman Al-Khalifa
    Siège du gouvernement : Manama
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Chambre des députés et Conseil consultatif) (refondé en 2002) (40 sièges)
    Et aussi... : Cour de cassation ou Cour d’appel suprême
    charte d’action nationale (pour le rétablissement d’un système représentatif) (2001)
    l’islam sunnite est la religion d’État, quoique le pays soit à majorité chiite

    Plusieurs rangs de nationalité.

    Violents affrontements en 2011 place de la Perle ; dialogue pour le consensus national lancé en 2011 puis Constitution amendée en 2012 pour un rôle accru de la Chambre des députés dans la vie politique.

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées royales bahreïnies
    Police : forces de sécurité publiques (5 branches régionales et 7 divisions)
    Et aussi... : importation de main-d’œuvre étrangère (Inde, Pakistan) employée en bas de l’échelle sociale et également affectée à des postes tels que la police (étrangers sunnites).

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Les partis politiques sont interdits (1989) et des « sociétés politiques » sont autorisées depuis 2005.

    AAI : Association de l’action islamique (mouvement d’opposition chiite conservateur) (ex-Front révolutionnaire de libération de Bahreïn, fondé en 1980, transformé en 1990)
    Al-Assala (groupe salafiste)
    Al-Ikha (démocrate réformiste) (autorisé en 2004)
    Al-Menbar : Forum national islamique (islam sunnite conservateur ; affilié à la confrérie des Frères musulmans)
    Al-Wefaq : National Islamic Society (démocrate réformiste, mouvement d’opposition chiite) (fondé en 2001)
    FILB : Front islamique de libération de Bahreïn (basé à Téhéran)
    MLB : Mouvement de libération de Bahreïn (basé à Londres)
    Waad (parti de gauche sunnite)

    PERSONNALITÉS

    prince héritier SALMAN

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 14 août 1971 (du protectorat britannique)
    Divers : Parlement dissous en 1975 et rétabli en 2002, le changement constitutionnel de 2002 transforme l’émirat en royaume
    Tentative de coup d’État en 1981 par la majorité chiite

    Personnalités

    ISSA Ben Salman Al-Khalifa † (émir de Bahreïn jusqu’en 1999)

    TERRITOIRE

    Capitale : Manama

    Divisions administratives : Bahreïn est divisé en 4 gouvernorats (muhafazat)
    Villes : Muharraq, Riffa, Isa Town, Nuwaidrat

    Divers
    îles Hawar

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam sunnite
    Religions principales : islam chiite (majoritaire), islam sunnite
    Et aussi : christianisme, hindouisme, bouddhisme

    Langues
    Langue officielle : arabe
    Autres langues : anglais, farsi, ourdou

    DIVERS

    Membre de : CCG
    Régime fiscal : paradis fiscal

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20588

    #pays #bahreïn #proche-orient #golfe

     

  • *

    Afghanistan (l’), m.

    Nom officiel : République islamique d’Afghanistan
    Habitants : Afghan(e)s
    Monnaie : 1 afghani (AFN) = 100 pulis

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel (autoritaire)
    Texte fondamental : Constitution du 3 janvier 2004
    Chef de l’État : président de la République, M. Ashraf GHANI (non rattaché à un parti)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Kaboul)
    Chef du gouvernement : chef de l’exécutif, M. Abdullah ABDULLAH (CNA)
    Siège du gouvernement : palais Sapidar (Kaboul)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Chambre du peuple et Conseil des anciens)
    Et aussi... : Loya Jirga (Grand Conseil, assemblée exceptionnelle qui se réunit au Parlement) ; Cour suprême ; gouvernement d’unité nationale (2014, le premier depuis la chute des talibans en 2001)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces de sécurité nationales afghanes (ANSF) (air, terre) ; armée nationale afghane
    Police : police nationale afghane ; police locale afghane
    Services de renseignement : Amaniyat
    Et aussi... : Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) (coalition) ; économie dépendante de l’aide au développement ; économie parallèle basée sur la vente d’opium

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CNA : Coalition nationale d’Afghanistan (ex-Coalition nationale du changement et de l’espoir) (formée en 2009, prend son nom actuel en 2011)
    FNU : Front national uni (fondé en 2006)
    Hezb-e-Wahdat (Parti de l’unité islamique) (chiite) (fondé en 1989)
    PVJ : Parti pour la vérité et la justice (opposition, réformiste) (fondé en 2011)

    Anciens partis

    Khalq : « le peuple » (socialiste) (scission du PDPA en 1967)
    Parcham : « le drapeau » (socialiste) (scission du PDPA en 1967)
    PDPA : Parti populaire démocratique d’Afghanistan (socialiste) (1965-1992)
    PP : Parti de la patrie (gauche) (ex-Parti démocratique populaire d’Afghanistan, fondé en 1965)
    PRN : Parti révolutionnaire national (nationaliste, autoritaire, républicain) (1974-1978)

    Groupes armés

    Alliance du Nord ou Fuinsa : Front uni islamique et national pour le salut de l’Afghanistan (Massoud, 1996-2001)

    PERSONNALITÉS

    M. Hanif ATMAR (candidat à la présidentielle 2019)
    mollah Abdul Ghani BARADAR
    M. Hamid KARZAÏ (président 2001-2014)
    M. Zalmay KHALILZAD (représentant spécial des États-Unis)
    M. Atta Mohammad NOOR (candidat à la présidentielle 2019)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1919, officialisée en 1921
    Divers : République d’Afghanistan (Constitution de 1977) ; chute du régime taliban en 2001, gouvernement intérimaire présidé par le Pachtoune Hamid KARZAÏ ; retrait progressif des troupes étrangères depuis 2011

    TERRITOIRE

    Capitale : Kaboul

    Villes : Achin, Herat, Kandahar, Koundouz, Mazar-e-Charif

    Divers
    province de Helmand
    Mes Aynak (mine de cuivre ; ancien site bouddhiste)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion officielle : islam
    Religions principales : majorité sunnite, minorité chiite

    Langues :
    Langues officielles : pachto(une), dari (persan)
    Écriture : arabe
    Autres langues : tadjik, turkmène, ouzbek

    DIVERS


    moudjahidins (singulier moudjahid, « combattant de la foi »), rébellion islamiste afghane
    déobandisme (école de pensée musulmane sunnite, aussi présente en Inde)
    les Durrani
    groupes ethnolinguistiques : Pachtounes, Tadjiks, Pamiris, Hazaras, Aimaks, Baloutches, Ouzbeks, Turkmènes, Kirghizes, Nouristanis, Brahouis
    mission « Soutien résolu » (OTAN)
    Voice of Jihad (site officiel des talibans)

    #pays #afghanistan #asie

     

  • *

    assurance

    assurance-maladie (plutôt qu’assurance-santé)
    assurance-chômage
    des assurances-vie
    une compagnie d’assurances ; des compagnies d’assurances
    une police d’assurance

    #abécédaire #traits_d'union #pluriel

     

  • *

    slogan

    les slogans s’écrivent en romain, entre guillemets
    de même pour les slogans étrangers (traduits entre parenthèses avec des guillemets là aussi)

    « Des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani ! »

    #code_typo #guillemets #romain

     

  • *

    Guatemala (le)

    Nom officiel : République du Guatemala
    Habitants : Guatémaltèques
    Monnaie : 1 quetzal (GTQ) = 100 centavos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1985
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. James Ernesto (« Jimmy ») MORALES (FCN-Nación) (depuis 2015)
    Siège du chef de l’État : Casa Crema (Guatemala)
    Siège du gouvernement : palais national de la culture (Guatemala)
    Pouvoir législatif : Congrès de la République, monocaméral
    Et aussi... : Cour suprême ; Cour constitutionnelle
    présence d’une majorité indigène

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : armée nationale du Guatemala (armée de l’air, marine)
    Police : police nationale civile (PNC)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Convergencia-CPO-CRD (socialiste) (fondé en 2015)
    EG : Encuentro por Guatemala ; Rencontre pour le Guatemala (centre gauche) (fondé en 2007)
    FCN-Nación : Frente de Convergencia Nacional ; Front de convergence nationale (droite nationaliste) (fondé en 2008)
    PAN : Partido de Avanzada Nacional ; Parti de l’avance nationale (droite) (fondé en 1989)
    PP : Partido Patriota ; Parti patriote (droite) (fondé en 2001)
    PU : Partido Unionista ; Parti unioniste (centre droit) (fondé en 2002)
    Todos : Tous ensemble pour le Guatemala (centre) (fondé en 2012)
    UCN : Partido Unión del Centro Nacional ; Parti union du centre national (fondé en 1983)
    UNE : Unidad Nacional de la Esperanza ; Unité nationale de l’espérance (centre gauche) (fondé en 2002)
    URNG-MAIZ : Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca ; Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (gauche) (ancienne guérilla, naissance en tant que parti en 1998)
    VIVA : Visión con Valores ; Parti vision et valeurs (centre droit) (fondé en 2007)

    Groupes armés

    EGP : Ejército Guerrillero de los Pobres ; Guerilleros du peuple (guérilla communiste) (1972-1996)
    FAR : Fuerzas Armadas Rebeldes ; Forces armées rebelles (guérilla communiste) (1962-1996)
    ORPA : Organización del Pueblo en Armas ; Organisation du peuple en armes (guérilla communiste) (1971-1996)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 septembre 1821 (de l’Espagne)

    Personnalités
    Jacobo ÁRBENZ Guzmán † (progressiste, renversé par les États-Unis en 1954)

    TERRITOIRE

    Capitale : Guatemala

    Contentieux : contentieux de souveraineté avec le Belize, le Guatemala revendique une partie du territoire bélizien

    Divers
    volcan Fuego
    Tikal, Mirador (sites mayas)
    fleuve Usumacinta

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : pas de religion officielle
    Religions principales : catholicisme (47 %), protestantisme évangélique (40 %)

    Langues
    Langue officielle : espagnol
    Autres langues : 23 langues autochtones

    DIVERS

    Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig)
    « plan pour la prospérité »
    maras (bandes armées)

    #pays #guatemala #amériques #amérique_centrale

     

  • *

    Facebook

    environ deux milliards d’utilisateurs en 2019
    un, des « j’aime »
    les « amis » de Facebook
    « liker »
    publier (plutôt que poster) un message sur Facebook
    pokes (apostrophes virtuelles)
    alerte Amber, dispositif Safety Check

    #abécédaire #internet #guillemets

     

  • *

    Pakistan (le)

    Nom officiel : République islamique du Pakistan
    Habitants : Pakistanais(es)
    Monnaie : 1 roupie pakistanaise (PKR) = 100 paisa

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1973
    Chef de l’État : président de la République, M. Mamnoon HUSSAIN (LMP-N)
    Siège du chef de l’État : Aiwan-e-Sadr (Islamabad)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Imran KHAN (PTI)
    Siège du gouvernement : secrétariat du premier ministre (Islamabad)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Majlis-e-Choura) (Sénat et Assemblée nationale)
    Fonctions régaliennes : police fédérale, provinciale ; Inter-Services Intelligence (ISI, renseignement militaire extérieur) ; Agence fédérale d’enquête (renseignement civil) ; Bureau du renseignement (IB, renseignement intérieur)
    Et aussi... : Cour suprême du Pakistan
    Le premier ministre est le chef de l’exécutif ; les provinces sont administrées par un gouverneur

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    JI : Jamaat-e-Islami ; Parti islamique du Pakistan (ou Alliance démocratique islamique)(fondamentaliste sunnite) (parti emblématique dans l’histoire du Pakistan, fondé en 1941)
    JUI : Jamiat Ulema-e-Islam ; Assemblée du clergé islamique (ou Rassemblement des oulémas de l’islam) (islamiste sunnite déobandi) (fondé en 1988)
    JUI-F : Jamiat Ulema-e-Islam Fazlur Rehman (scission de JUI) (islamiste déobandi) (fondé en 1988)
    JUI-N : Jamiat Ulema-e-Islam Nazryati ; Société des érudits religieux de l’Islam (scission de JUI)
    JUI-S : Jamiat Ulema-e-Islam Sami ul-Haq (scission de JUI) (parti régionaliste, islamiste déobandi)
    MQM : Muttahida Qaumi Movement ; Mouvement national uni (parti des musulmans venus d’Inde à la partition, en 1947 ; formation dirigée depuis Londres) (fondé en 1984)
    NAP : National Awami Party ; Parti national Awami (Parti de la province de la frontière du Nord-Ouest, pachtoune) (fondé en 1986)
    LMP-F : Ligue musulmane du Pakistan groupe fonctionnel (scission du LMP-N) (fondé en 2002)
    LMP-N : Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (principal parti du pays) (fondé en 1988)
    LMP-Q : Ligue musulmane du Pakistan-Quaid-e-Azam (nationaliste pakistanais) (fondée en 2002)
    PBN-M : Parti national baloutche Mengal (nationaliste baloutche) (fondé en 1996)
    PKMAP : Pakhtunkhwa Milli Awami Party (nationaliste pachtoune) (fondé en 1988)
    PPP : Parti du peuple pakistanais (principal parti d’opposition) (fondé en 1967)
    PTI : Pakistan Tehreek-e-Insaf ; Mouvement du Pakistan pour la justice (fondé en 1996)

    PERSONNALITÉS


    M. Nawaz SHARIF (premier ministre ; 1990-1993 ; 1997-1999 ; 2013-2017) (LMP-N)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 15 août 1947 (de l’Inde britannique)
    Divers : guerres indo-pakistanaises (1947, 1965, 1971, 1999) ; le Pakistan devient une république le 23 mars 1956

    TERRITOIRE

    Capitale : Islamabad

    Divisions administratives : Le Pakistan est divisé en 4 provinces (soubeh) et 4 territoires.
    Provinces : Pendjab, Sind, Khyber Pakhtunkhwa (Province de la frontière du Nord-Ouest), Baloutchistan
    Territoires : territoire fédéral d’Islamabad, territoires tribaux fédéraux (7), Azad Cachemire, Gilgit-Baltistan

    Contentieux : conflit ouvert avec l’Inde et la Chine à propos du Cachemire
    Azad Cachemire et Gilgit-Baltistan, ou Territoires du Nord : régions du Cachemire qui forment un État fédéré pakistanais ; le reste du Cachemire est divisé entre l’Inde et la Chine. Conflit ouvert.

    Divers
    les deux Pakistans (Pakistan occidental, Pakistan oriental, qui forment le Bangladesh)
    les deux Waziristans (Waziristan nord et Waziristan sud)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religion principale : islam (97 %)
    Et aussi : hindouisme, christianisme

    Langues 
    Langues officielles : ourdou, anglais
    Autres langues : pachtou, pendjabi, cachemiri, baloutche

    DIVERS

    déobandisme (école de pensée musulmane sunnite)
    peuple Pamiri, population d’origine iranienne présente dans le Gilgit-Baltistan
    vallée de l’Indus
    zones tribales fédéralement administrées (FATA)
    « Afpak » (Afghanistan et Pakistan)

    #asie #pays #pakistan

     

  • *

    quatre

    le quatre-cent-vingt-et-un (jeu) ; le quatre-vingt-et-un
    manger son quatre heures (pas de trait d’union) (TLF)
    mouvement des Quatre Mères
    un quatre-quatre (masculin, invariable et au long) ; plutôt que un(e) 4 × 4
    un marchand des (plutôt que de ) quatre saisons (Colignon)
    « quatre vieilles » (les) (impôt)

    #abécédaire #nombres #signes_typographiques #surnoms #traits_d'union

     

  • *

    signes de ponctuation

    Cumul de deux signes de ponctuation
    Dans le cas d’une (ou plusieurs) citation(s) intégrée(s) dans une phrase, il est possible de cumuler le signe de ponctuation de la citation avec celui de la phrase qui accueille la citation, avec ou sans guillemet fermant entre les deux, selon qu’il s’agit de la fin de la citation ou d’une incise.
    Exemples :
    « Tu es fou ! », s’exclama Emmanuel.
    « Tu es fou !, s’exclama Emmanuel, je n’irai pas à Saint-Lô ! »

    Usage des crochets
    • Pour les interventions de la rédaction dans le texte (traduction, conversion, explication d’une notion ou d’une expression...) : en italique dans un texte en romain et en romain dans un texte en italique, sauf quand l’intervention est courte.
    Exemple :
    M. [Joseph] Kabila
    • Ils sont utilisés en deuxième niveau à l’intérieur de parenthèses, notamment pour les appels de note.

    Usage des parenthèses
    On peut utiliser deux jeux de parenthèses consécutifs à la seule condition que le second soit un appel de note.

    • Quand une expression est entre guillemets, l’article défini (le, la, les) n’y est pas inclus.
    Exemples :
    la « communauté internationale »
    c’est le « deux poids, deux mesures » (quand l’expression est substantivée)
    l’« empire du Mal »
    les « frappes chirurgicales »
    la « guerre contre le terrorisme »
    Pensons à ces figures politiques : le « beur », le « sans-papiers », le « travailleur immigré »...

    Mais on inclut l’article défini dans les guillemets
    –- s’il fait partie d’une phrase
    Exemples :
    La sagesse populaire affirme que « le diable se niche dans les détails ».
    Élire des Blancs qui affirment que « la race ne compte pas » est une chose.
    –- s’il fait partie d’une expression (le plus, le moins, le pire...)
    C’était, selon elle, « le pire félon qu’[elle ait] jamais rencontré ».
    En disant que le changement climatique est « le plus grand des défis à venir », on n’a encore rien dit.

    • Dans une citation, la ponctuation finale est avant le guillemet fermant s’il y a une capitale de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille.« C’est une vieille demeure. » Ainsi la qualifia M. Truc.
    Il me dit : « Je ne suis pas d’accord ! »

    L’appel de note vient alors avant la ponctuation finale.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille. « Ni bruit ni fureur (1). » Ainsi s’exprima M. Truc.
    Il s’exclama : « I disagree (1)  ! »
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    • Dans une citation, la ponctuation finale est après le guillemet fermant s’il n’y a pas de majuscule de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    D’après lui, « c’était un rêve ».
    Il partait « pour toujours. Comme on se noie ».

    L’appel de note vient alors :
    –- soit avant le guillemet fermant quand la note concerne la citation même.
    Exemples :
    Libération conjure les électeurs d’« assumer leur responsabilité historique (1)  ».
    Yves Lacoste assure que Bandung, « cela s’appelle l’Aurore (1)  ».
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    –- soit entre le guillemet et la ponctuation finale.
    Exemples :
    Il s’agit, selon X, de « combiner la puissance d’Internet et celle de la génétique », et, selon Y, « de permettre aux individus d’être des acteurs de leur santé » (1).
    (la note se rapporte aux deux citations, elle ne peut donc pas être à l’intérieur des guillemets de la seconde)
    M. Bayrou dénonce les « ambiguïtés », les « déceptions » et les « confusions » (1).
    (la note porte sur les trois mots)

    Usage de la barre oblique
    Utilisée, sans espace avant ni après, dans les adresses Internet, pour les fractions, pour employer la double nomination d’un lieu (en cas de conflit territorial ou de double langue au sein d’une même région).
    Exemples :
    www.monde-diplomatique.fr/revues
    les îles Senkaku/Diaoyu (Japon — Chine)
    les îles Dokdo/Takeshima (Corée du Sud — Japon)
    la région Pec/Pecja (enclave serbe au Kosovo)

    Avec un blanc avant et après, pour marquer la séparation entre des vers.
    Exemple :
    Ma pauvre muse, hélas ! Qu’as-tu donc ce matin ? / Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes / Et je vois tour à tour s’étaler sur ton teint / La folie et l’horreur, froides et taciturnes.

    Tirets (ou « moins »)
    Pour la mise en valeur d’incises. On place un blanc avant et après les tirets ouvrant et fermant, sauf si ce dernier est suivi d’une virgule (on évite le point-virgule après le tiret d’incise fermant). La ponctuation de fin de phrase dispense de fermer l’incise.
    Exemples :
    Au cas où la Commission — seule compétence ici — décèlerait un déficit structurel, les États devront mettre en place un mécanisme de correction automatique.
    Ce serait un retournement de plus dans les relations des deux frères ennemis — réjouissant, celui-là.
    À éviter : le tiret fermant en début de ligne et le tiret ouvrant en fin de ligne.

    Dans le sommaire, pour la séparation de deux éléments au sein d’une même section.
    Exemples :
    Pages 14 et 15 :
    La Pologne orientale passe à l’Ouest, par Laurent Geslin et Sébastien Gobert. — Mosaïque culturelle (L. G. et S. G.).

    Tiret d’énumération en début de ligne (avec ou sans retrait) suivi d’une espace insécable.

    Tiret de dialogue, en début de ligne, avec retrait, suivi d’une espace insécable.

    « Dive blanchie »
    Elle permet de séparer deux ou plusieurs termes d’un ensemble de mots lorsque l’un d’eux est composé.
    Exemple :
    le triptyque Russie - Chine - Proche-Orient
    une coédition Irasec - Les Indes savantes

    Accolades
    Les accolades ne sont pas utilisées.

    Astérisques
    Sont surtout utilisés pour les renvois des signatures.
    Exceptions graphiques :
    Parfois utilisées dans les textes littéraires pour insérer des blancs entre certains paragraphes.

    #code_typo #signes_de_ponctuation #charte_graphique

     


  • *

    loi

    loi-cadre
    loi de finances
    loi informatique et libertés ; loi littoral ; loi sur la télévision du futur (2007) ; loi travail (2016, sans guillemets depuis son adoption)
    des projets de loi

    articles de loi : l’article L. 1237-11 ; l’article L. 125-1

    #abécédaire #france #droit

     

  • *

    italique

    citations
    Les citations sont entre guillemets et en italique, guillemets compris.
    Au sein d’une citation en italique, un passage tronqué est signalé par des points de suspension entre parenthèses en romain.
    Une précision de la rédaction ou le remplacement d’un mot pour les besoins de la syntaxe seront composés entre crochets (en italique ou en romain, en fonction de l’ampleur de l’indication).

    « Un Britannique déroule un graphique de douze pieds [3,65 mètres] identifiant les fluctuations de son humeur au cours de l’année précédente. (...) Déplacement, sueur, caféine, souvenirs, stress, sexe et rencontres : tout peut être rapporté à une statistique. » Numéro de novembre 2001, p. 3

    Lorsque l’article commence avec une phrase entière de citation, le guillemet ouvrant apparaît avant la lettrine mais en romain. Le guillemet fermant est en italique.

    adages et proverbes
    On les différencie des citations, attribuées à une personne précise et identifiée, en les composant en romain entre guillemets.
    « le diable se niche dans les détails »

    titres d’œuvres
    Prennent l’italique :
    • Les titres d’ouvrages littéraires, artistiques et scientifiques : romans, essais, films (cinéma ou TV), compositions musicales, poèmes, pièces de théâtre, fables, peintures, sculptures, photographies...
    • Les séries télévisées (on ne marque plus la différence entre série et feuilleton). S’il y a, au sein d’un même article, coexistence entre le nom d’une série et le titre de l’un de ses épisodes, l’épisode sera composé en romain entre guillemets.
    • Les noms de journaux (on suit en principe la graphie du journal)
    • Les noms de jeux vidéo
    • Les articles sont en majuscules : Le Sacre du printemps

    Restent en romain :
    • les articles et rapports
    Ils prennent des guillemets
    Exemples :
    « De la guérilla à la démocratie au Népal »
    « Rapport sur la stabilité financière dans le monde ». Lorsqu’il s’agit de rapports importants et reconnus, faisant l’objet d’un livre, ils peuvent être traités selon les règles des titres d’œuvres.
    • Les textes de loi et règlements (sans guillemets, avec éventuellement une majuscule initiale)
    la Charte de la langue française ou loi 101 (Québec)
    la loi Debré
    la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
    • les textes sacrés (sans guillemets, mais avec une majuscule initiale)
    Exemples :
    le Coran
    la Bible (lorsqu’il s’agit du recueil des livres saints) ; la Vulgate (en latin)
    l’Évangile selon saint Matthieu
    les Proverbes
    le Cantique des cantiques
    l’Épître aux Hébreux
    • les noms d’expositions
    Avec guillemets et capitale initiale uniquement
    Exemples :
    « Corps et ombres. Caravage et le caravagisme européen »
    « Les choses »

    les véhicules
    Les noms de baptême des bateaux et navires sont en italique. L’article est en italique avec une capitale initiale lorsqu’il fait partie intégrante du nom.
    Exemples :
    le croiseur russe Piotr Velikii est à Toulon
    le porte-avions USS-Cole

    Les noms de voitures, les engins spatiaux sont en romain
    Exemples :
    une Ferrari
    les satellites Spoutnik, la fusée Soyouz
    les navettes spatiales Apollo, Challenger

    légendes
    On n’utilise pas l’italique dans les légendes. Les titres d’œuvre apparaissent en version originale entre guillemets, puis traduits en français entre parenthèses avec une majuscule initiale uniquement et sans guillemets (on ne traduit pas si le sens du mot en langue étrangère est évident). Les titres de série d’œuvre sont en romain, entre guillemets, avec majuscule initiale uniquement. Quand une œuvre n’a pas de titre (sans titre ou untitled), on ne met pas de guillemets, même s’il y a mention d’un numéro.
    Exemples :
    TONY BEVAN. — « Red Interior » (Intérieur rouge), 2011
    ALBANO GUATTI. — « Contorsions », 2004
    MATTHEW ROSE. — « The Big Step » (Le grand pas), 2006
    BEN ZANK. — Untitled 355, de la série « When words fall » (Quand les mots manquent), 2013

    locutions et mots étrangers
    S’ils ne figurent pas dans le Larousse, ils sont à composer en italique

    parenthèses
    Si un seul mot ou tout le groupe de mots est en italique, les parenthèses qui les entourent sont également en italique. Si le groupe de mots n’est que partiellement en italique, les parenthèses ouvrante et fermante restent en romain. [Ou en italique si l’ensemble du texte est en italique.]
    Même règle pour les crochets.

    ponctuation
    La ponctuation basse (« , » - « . ») prend l’enrichissement du mot qui le précède (sauf pour les titres d’œuvres, si la ponctuation ne fait pas partie du titre). La virgule qui suit une citation est composée en italique.

    #code_typo #italique #guillemets #charte_graphique #signes_de_ponctuation

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message