Correcteurs

compte officiel


  • *

    Yémen (le)

    http://www.monde-diplomatique.fr/local/cache-vignettes/L250xH99/Yemen-d1efc.jpg

    Nom officiel : République du Yémen
    Habitants : Yéménites
    Monnaie : 1 rial yéménite (YER) = 100 fils

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de l’État unifié de 1991
    Chef de l’État : président de la République (destitué), M. Abd Rabbo Mansour HADI (CGP)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Sanaa) (actuellement replié à Aden)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Ahmed BEN DAGHER (CGP)
    Siège du gouvernement : Sanaa (actuellement replié à Aden)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral, Assemblée consultative (Majlis al-Choura) et Chambre des représentants (Majlis al-Nuwab)
    Et aussi... : Cour suprême ; Aden, capitale économique et zone franche.

    Affrontements en cours : indépendantistes/djihadistes/forces gouvernementales dans le Sud
    Pays en guerre ; programme de transition démocratique (plan de transition pacifique) présenté par le CCG ; Conférence de dialogue national ; Comité de rédaction de la constitution (débuté en mars 2016) ; Congrès populaire général

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces de défense yéménites (terrestres, navales, aériennes), garde-côtes
    Police : sécurité générale

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    CGP : Congrès général du peuple (ancien parti unique du Yémen du Nord, fondé en 1982)
    Al-Islah : Parti yéménite pour la réforme (islamiste nationaliste) (fondé en 1990)
    Organisation nassérienne unioniste populaire (fondé en 1965, légalisé en 1989)
    Parti Baas : Parti de la renaissance arabe (socialiste nationaliste laïc transnational) (fondé en Syrie en 1944)
    PSY : Parti socialiste yéménite (ancien parti unique du Yémen du Sud, fondé en 1970)

    Groupes armés

    AQPA : Al-Qaida dans la péninsule arabique (ou Ansar Al-Charia) (salafisme djihadiste) (fusion des composantes saoudiennes et yéménites d’Al-Qaida en 2009)
    houthistes (chiite zaydite, allié au Hezbollah) (fondé en 2004)
    OEI : Organisation de l’État islamique (État islamique en Irak et au Levant, acronyme anglais ISIS, ISIL, IS) (salafiste djihadiste, branche yéménite) (scission de Al-Qaida en Irak en 2006, s’implante au Yémen en 2015)

    PERSONNALITÉS

    M. Abdelmalek Al-HOUTHI (ancien chef des houthistes)
    M. Mohamed Ali Al-HOUTHI (président du Comité révolutionnaire, chef des houthistes)
    M. Ahmed Ali SALEH (fils de l’ex-président)
    M. Ali Abdallah SALEH (ex-président destitué par le rébellion le 25 février 2012)

    HISTOIRE

    Dates
    Divers : unification des Yémen du Nord et Yémen du Sud le 22 mai 1990 (la République arabe du Yémen et la République démocratique et populaire du Yémen forment la République du Yémen) ; révolution du 26 septembre 1962 ; guerre civile en 1994 ; guerre de Saada en 2004 ; prise de Sanaa en 2012 (rebelles houthistes) ; création du Comité révolutionnaire par les rebelles en février 2015

    TERRITOIRE

    Capitale : Sanaa

    Divisions administratives : le Yémen est divisé en 21 gouvernorats (muhafazat) et 1 municipalité
    ...
    Villes : Aden, Taez (3e ville du pays), Hodeïdah, Jibla, Marib, Moukalla (port), Saada

    Divers
    Hadramaout (le) (province, ressources pétrolières)
    Hanish (îles, attribuées au Yémen en 1999)
    Kamaran (île) ; Périm (île) ; Socotra (île)
    détroit de Bab Al-Mandeb (face à Djibouti)
    Chabwa (ville, province)
    le Jawf (région)
    lignes Hamza (1935), Philby (± 1937), Violet (1914)
    le « quart vide »

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : islam
    Religions principales : islam sunnite (65 %), islam chiite (35 %)
    Et aussi : judaïsme, hindouisme, christianisme, bahaïsme

    Langues
    Langue officielle : arabe
    Autres langues : socotri (langue parlée dans l’île de Socotra), mehri (Est)

    DIVERS

    factions tribales
    économie de rente
    les deux Yémens
    zaydisme, zaydite (plutôt que zeydisme) (chiites)
    Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (Cefas)
    traité de Djedda (avec l’Arabie saoudite, juin 2000)
    houthistes (de Hussein Badreddin Al-Houthi †) (chiites)
    opération « Tempête décisive » (mars-avril 2015, Arabie saoudite)
    pétrolier Limburg (attentat, octobre 2002)
    USS Cole (attentat, 12 octobre 2000)

    Voir aussi :
    http://www.monde-diplomatique.fr/mav/117/A/20646

    #pays #yémen #proche-orient #golfe

     

  • *

    valise

    On cite ainsi les articles du blog La valise diplomatique :
    « Loués soient nos mécènes », La valise diplomatique, 23 octobre 2014, www.monde-diplomatique.fr

    mot-valise

    #code_typo #internet #traits_d'union

     

  • *

    Uruguay (l’), m.

    Nom officiel : République orientale de l’Uruguay
    Habitants : Uruguayen(ne)s
    Monnaie : 1 peso uruguayen (UYP) = 100 centecimos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1966
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Tabaré VÁZQUEZ (FA)
    Siège du chef de l’État : palais Suárez y Reyes (Montevideo)
    Pouvoir législatif : Congrès bicaméral (Chambre des députés et Sénat)
    Et aussi... : Cour suprême de justice

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées uruguayennes (armée de terre, air, marine)
    Police : police nationale, police départementale

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    FA : Frente Amplio (Front élargi, coalition de gauche) (formée en 1971)
    MRO : Mouvement révolutionnaire oriental
    Parti colorado (fondé en 1836)
    PCU : Parti communiste (fondé en 1920)
    PDC : Parti démocrate-chrétien (fondé en 1962)
    PN : Parti national ou « Parti Blanco » (fondé en 1836)

    PERSONNALITÉS

    M. José (« Pepe ») MUJICA (ex-guérillero, président de la République 2010-2015)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 25 août 1825 (du Brésil)

    TERRITOIRE

    Capitale : Montevideo

    Divisions administratives : L’Uruguay est divisé en 19 départements
    Villes : Canelones, Maldonado, Salto, Colonia

    Divers
    Río de la Plata (frontière Argentine-Uruguay)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion principale : catholicisme
    Et aussi : protestantisme, judaïsme

    Langues 
    Langue officielle : espagnol

    DIVERS

    Tupamaros

    #pays #uruguay #amériques #amérique_latine

     


  • *

    sites Internet

    Graphie des sites
    Ils sont composés en romain et prennent une majuscule initiale. Ils ne sont jamais accentués.
    Exemples :
    Slate.com
    Liberation.fr
    Owni.fr
    Counterpunch
    Japan Focus

    Graphie des URL
    On met « http:// » uniquement lorsque l’adresse ne comporte pas « www ».
    On n’accentue pas les URL.
    On ne met pas de « / » final lorsque ce n’est pas nécessaire.
    Pas de point final après l’adresse. Lorsque l’adresse vient en complément, elle est précédée d’une virgule.
    www.monde-diplomatique.fr
    http://blog.mondediplo.net
    www.igc.org
    Sinon :
    Cf. www.igc.org
    Si l’URL termine une phrase et est suivie d’une autre phrase, on peut la mettre entre parenthèses pour pouvoir ponctuer la phrase.
    Si l’URL est coupée en fin de ligne, on ajoute la dive de coupure, que l’adresse comporte ou non une dive à cet endroit.
    La tendance est à l’utilisation de l’URL la plus courte possible, en tenant compte de la pertinence du renvoi par rapport au sujet, l’accès étant aujourd’hui facilité par l’efficacité des moteurs de recherche. On précisera le nom exact de l’article ou de la page à retrouver sur le site cité en référence.
    Exemple :
    « L’ALBA s’élargit et monte en puissance », Mémoire des luttes, 13 février 2012, www.medelu.org

    #code_typo #internet

     

  • *

    appositions

    Deux mots en apposition peuvent, ou non, être reliés par un trait d’union.

    Si le Larousse précise : (En appos., avec ou sans trait d’union), on met le trait d’union.
    Exemples :
    une pensée-phare ; des produits-phares
    une classe-pilote ; des industries-pilotes
    une idée-force ; des idées-forces
    une étape-clé ; des étapes-clés
    une attaque-surprise ; les invités-surprises
    des portaits-types

    Si le Larousse précise simplement : (En appos.), on ne met pas le trait d’union.
    Exemples :
    une maison mère ; une idée mère
    un gouvernement fantôme ; un rapport fantôme
    un produit miracle
    une date limite ; un état limite

    #abécédaire #langue_française #appositions #signes_de_ponctuation #traits_d'union

     

  • *

    sigles et acronymes

    Les sigles ne prennent pas de points. Jusquà quatre lettres, ils sont en majuscules.

    À la première occurrence, le sigle ou l’acronyme est développé et suivi de son abréviation entre parenthèses. À partir de la deuxième occurrence, on met uniquement le sigle ou l’acronyme.

    Organisation des Nations unies (ONU)
    Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN)
    CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement)

    Quand ils se prononcent, les acronymes de cinq lettres et plus sont en minuscules, avec une majuscule initiale.
    Fnaeg (Fichier national automatisé des empreintes génétiques)
    Fnuap (Fonds des Nations unies pour la population)
    Tafta (Trans-Atlantic Free-Trade Agreement)

    Quand ils ne se prononcent pas, les acronymes de cinq lettres et plus sont en majuscules.
    Commission des Nations unies pour le droit commercial international (CNUDCI)

    Certains acronymes sont devenus des mots à part entière. Ils ne répondent donc pas à la règle du nombre de lettres et de la majuscule initiale, mais sont traités comme des noms communs.
    Exemples : capes, cégep, pacs, sida, smic

    À noter : quelques acronymes anciens ont un traitement hésitant, comme « Assedics ».

    Accents
    Les sigles et acronymes ne sont en principe pas accentués. Sauf s’il s’agit d’acronymes passés dans l’usage comme mots à part entière (exemple : cégep), et entrés comme tels dans le Larousse.

    Le développé des sigles
    En français, le développé des sigles est en principe composé avec une majuscule initiale au premier mot.
    En langues étrangères, on suit en principe la règle des majuscules de la langue.
    En anglais, par exemple, tous les mots dits importants prennent une majuscule. Ce qui n’exclut que les conjonctions, articles et prépositions du type « and », « to », « on », « of », « up », « at », « the », « a », « an », « by », « for », « the », « in », sauf lorsqu’ils sont placés au tout début du nom de l’organisation mentionnée.

    #code_typo #acronymes_et_sigles #majuscules #accents

     

  • *

    notes de bas de page

    Ordre
    Nom de l’auteur ou des auteurs
    Titre de l’ouvrage ou titre de l’article (lire règles « titres d’œuvre, articles et rapports »), suivi dans ce cas du nom du journal et de son lieu de publication (sauf si le lieu est contenu dans le nom — The New York Times — et dans le cas du Monde et du Monde diplomatique)
    Date de publication : année pour ouvrage ; jour, mois, année pour quotidien ; mois et année, pour mensuel

    Adresse d’un site Internet
    On mentionne « http:// » uniquement lorsque l’adresse ne comporte pas « www ».
    On n’accentue pas les URL.
    On ne met pas de « / » final lorsque ce n’est pas nécessaire.
    Pas de point final après l’adresse. Lorsque l’adresse vient en complément, elle est précédée d’une virgule.
    www.monde-diplomatique.fr

    Si l’URL termine une phrase et est suivie d’une autre phrase, on peut la mettre entre parenthèses pour pouvoir ponctuer la phrase.
    La tendance est à l’utilisation de l’URL la plus courte possible, en tenant compte de la pertinence du renvoi par rapport au sujet, l’accès étant aujourd’hui facilité par l’efficacité des moteurs de recherche. On précisera le nom exact de l’article ou de la page à retrouver sur le site cité en référence.

    voir, lire, cf.
    On n’utilise pas « voir » mais « cf. » : Cf. Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Seuil, Paris, 1952.
    Pour un article tiré du Monde diplomatique, on utilise « lire » : Lire Serge Halimi, « Le port de l’angoisse », Le Monde diplomatique, juillet 2007.
    Le nom de l’auteur n’est pas précisé lorsqu’il est signataire de l’article où le renvoi est mentionné.

    #code_typo #charte_graphique #internet #monde_diplomatique

     

  • *

    signatures

    dans les trois pages littéraires (pages 24, 25 et 26), les signatures d’auteurs sont répétées quand elles ne sont pas sur la même double page
    si elles se trouvent sur celle-ci, on ne mentionne qu’une seule fois la signature complète (initiales aux autres occurrences)

    #charte_graphique #monde_diplomatique

     


  • *

    AAA. Abrégé de la « marche » du Monde diplomatique

    Les règles typographiques (la « marche ») adoptées par les correcteurs du Monde diplomatique recoupent pour la plupart celles que préconisent les codes typographiques en usage.
    Certains choix sont cependant propres au mensuel. Ils ont pu évoluer depuis 1954.

    0. Remarque liminaire
    On s’affranchit ici d’une partie du vocabulaire professionnel afin de favoriser la compréhension. Ainsi, on utilise les termes « majuscules » et « petites majuscules » plutôt que « capitales » ; « minuscules » plutôt que « bas de casse » ; « traits d’union », « tirets », « deux-points »... plutôt que leurs équivalents de métier.

    1. Accents et signes diacritiques
    Depuis juin 2016, les majuscules sont accentuées au même titre que les minuscules. Cela vaut également pour les petites majuscules et les lettrines.

    La graphie des langues écrites avec l’alphabet latin est respectée : les accents et signes diacritiques sont conservés dans les noms propres (aussi bien les noms géographiques que les noms de personnes). Il en va de même pour les termes de la langue originale non traduits (écrits en italique).

    2. Noms de personnes
    Les personnes vivantes sont désignées avec le titre de civilité correspondant (M. ou Mᵐᵉ), sauf quand il s’agit d’écrivains, d’intellectuels, d’artistes…
    À la première occurrence sont mentionnés le prénom et le nom de la personne. Aux occurrences suivantes, le prénom est omis si le nom est précédé d’un titre de civilité ; on peut conserver le prénom quand le nom est mentionné sans titre de civilité.
    Les personnes décédées sont désignées sans titre de civilité.
    Dans les titres et les surtitres, les personnes vivantes sont désignées sans titre de civilité.
    Certains noms propres étrangers, notamment asiatiques, ne sont pas construits de la même façon que les noms français, soit que le prénom et le nom soient inversés, soit que la distinction entre nom et prénom ne soit pas pertinente. Dans la mesure du possible, ces particularités sont respectées.
    Dans TypoDiplo, l’élément le plus important du nom propre est écrit en majuscules, le reste du nom en minuscules (M. François FILLON, MAO Zedong).

    3. Citations
    Les citations sont en italique, guillemets compris (mais les titres d’articles et les slogans sont en romain entre guillemets).
    Les citations internes à une citation apparaissent en italique entre guillemets anglais.

    Les interventions de la rédaction à l’intérieur d’une citation apparaissent entre crochets :
    – en italique lorsqu’elles ne font que restituer un élément manquant de la phrase citée ;
    – en romain lorsqu’il s’agit d’un ajout ou d’un commentaire.
    Les coupes sont signalées par (…) .

    4. Majuscules ou minuscules ?
    Pour tout ce qui touche aux fonctions, la minuscule est de rigueur.
    Ex. : premier ministre, ministre des affaires étrangères, président…
    Les institutions ne portent une majuscule initiale que lorsqu’elles ont un caractère unique, même lorsqu’elles sont suivies de leur sigle.

    Sigles et acronymes
    Jusqu’à quatre lettres : en majuscules, sans points ni espaces.
    Au-delà de quatre lettres : majuscule initiale seulement, sauf dans le cas où l’acronyme ne peut se prononcer que lettre par lettre.
    Ex. : ONU, Anase, AANCR
    Quand on développe un sigle étranger, on ne donne généralement que la traduction française, mais en conservant le sigle de la langue d’origine : le Bureau fédéral d’enquête (FBI) ; le Service fédéral de sécurité (FSB).

    5. Titres d’œuvres
    Sont en italique : les titres d’ouvrages publiés, de revues, d’œuvres d’art…
    Sont en romain entre guillemets : les titres d’articles, de rapports, d’émissions…
    Cf. la fiche détaillée http://typo.mondediplo.net/messages/1265

    6. Chiffres ou lettres ?
    Toujours en lettres : expression d’une durée (vingt-quatre heures), fractions ordinaires (trois quarts, deux tiers ; mais pas les fractions complexes, ex. : 1/84).
    Toujours en chiffres : expression d’une somme (100 euros) ou d’un âge (25 ans).

    On écrit généralement en lettres les nombres qui comprennent un ou deux mots (deux, dix-sept, trente mille, quatre cents) ; on écrit généralement en chiffres les nombres qui comprennent trois mots ou plus (78, 530, 8 500). En cas d’hésitation, le contexte et la nature des textes priment : chiffres le plus souvent, parce que les articles du journal contiennent beaucoup de données, tant dans les analyses socio-économiques que dans les reportages (distances, nombre de personnes…) ; lettres dans le cas des textes comportant peu de données.
    Ainsi, selon la nature de l’article, on pourra écrire « six mariages et soixante-dix-huit enterrements », ou bien « 6 cochons et 78 vaches » (mais pas : six journalistes et 78 lecteurs).

    On ne commence jamais une phrase par un nombre en chiffres.

    7. Notes et appels de notes
    Les appels de notes sont entre parenthèses, en pied (et non pas en exposant), dans le corps du texte. Ils sont toujours en romain, même dans une citation en italique. Ils peuvent suivre une parenthèse fermante.

    La note commence par la reprise à l’identique de l’appel de note (entre parenthèses, en pied et en romain). Elle se termine par un point final.

    #code_typo

     



  • *

    réacteur

    réacteur APR-1400 (Corée du Sud)
    réacteur AP-1000 (nippo-américain)
    réacteur pressurisé européen (EPR)

    #abécédaire #nombres

     

  • *

    Nigeria (le)

    Nom officiel : République fédérale du Nigeria
    Habitants : Nigérian(e)s
    Monnaie : 1 naira (NGN) = 100 kobos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1999
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Muhammadu BUHARI (APC)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Abuja)
    Pouvoir législatif : Assemblée nationale bicamérale (Sénat et Chambre des représentants)
    Et aussi... : Cour suprême

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées nigérianes
    Police : force de police fédérale du Nigéria
    Services de renseignement : SSS (State Security Service)
    Et aussi... : Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    ANPP : All Nigeria People’s Party ; Parti de tous les peuples du Nigeria (conservateur) (fondé en 1998)
    APC : All Progressives Congress (ex-coalition d’opposition, au pouvoir) (formée en 2013)
    PDP : People’s Democratic Party ; Parti démocratique du peuple (libéral) (parti présidentiel entre 1999 et 2015, fondé en 1998)

    Groupe armé

    Boko Haram (groupe salafiste djihadiste nigérian, formé au début des années 2000 dans l’État de Borno, a prêté allégeance à l’Organisation de l’État islamique en 2015)
    (boko, « book » en pidgin ; haram, « interdit » en arabe)

    PERSONNALITÉS

    M. Goodluck JONATHAN (ex-président, 2010-2015)
    M. Olusegun OBASANJO (ex-président, 1999-2007)
    M. Aboubakar SHEKAU (leader de Boko Haram)
    M. Umaru YAR’ADUA (ex-président, 2007-2010, « poulain » de M. OBASANJO)

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1er octobre 1960 (du Royaume-Uni)
    Divers : guerre du Biafra (1967-1970)

    Personnalités
    Moshood ABIOLA † (président en 1993, élection annulée par les militaires)
    Mohamed YUSUF † (fondateur du groupe Boko Haram)

    TERRITOIRE

    Capitales : Abuja (capitale fédérale) et Lagos (capitale économique, Lagosien[ne]s)

    Divisions administratives : Le Nigeria est divisé en 36 États et 1 territoire
    Villes : Aba, Calabar, Ekets, Enugu, Ibadan, Ibenos, Kaduna, Kano, Kumo, Maiduguri, Onitsha, Port Harcourt, Yenagoa, Zaria

    Divers
    État musulman de Katsina (Nord) ; État de Cross River
    delta du Niger (région pétro-gazière)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religions principales : islam, christianisme
    Et aussi : animisme

    Langues 
    Langue officielle : anglais
    Autres langues : haoussa, yorouba, ibo
    (la langue anglaise est localement appelée pidgin, ou Pidgin English)

    DIVERS

    Membre de : l’UA, la CEDEAO, la CBLT
    ethnies : Annangs, Ibibios, Ibos, Ijaws, Itsérikis, Modakékés, Ogonis, Yoroubas...

    #pays #nigeria #afrique #afrique_de_l'ouest

     

  • *

    service

    une société de services (secteur tertiaire), avec un s
    un chèque emploi-service universel ; des chèques emploi-service universels (CESU)
    un chèque-service ; des chèques-service

    #abécédaire #pluriel

     


  • *

    Mexique (le)

    Nom officiel : États-Unis du Mexique
    Habitants : Mexicain(e)s
    Monnaie : 1 peso (MXP) = 100 centavos

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république fédérale
    Régime : présidentiel
    Texte fondamental : Constitution de 1917
    Chef de l’État et du gouvernement : président de la République, M. Enrique PEÑA NIETO (« EPN ») (PRI) (depuis 2012)
    Siège du chef de l’État : résidence Los Pinos (Mexico)
    Pouvoir législatif : Congrès national fédéral bicaméral (Chambre des députés et Sénat)
    Et aussi... : Cour suprême de justice ; Institut fédéral électoral (IFE)

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : secrétariat de la défense nationale (armée de terre, air, marine)
    Police : police fédérale, police étatique, police municipale
    Services de renseignement : Conseil national de sécurité, centre d’information de sécurité nationale (Cisen)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    PRI : Partido Revolucionario Institucional ; Parti révolutionnaire institutionnel (centre droit) (fondé en 1929)
    PAN : Partido Acción Nacional ; Parti d’action nationale (droite, fondé en 1939)
    PRD : Parti de la révolution démocratique (social-démocrate) (fondé en 1989)
    PVEM : Partido Verde Ecológico de Mexico ; Parti vert écologiste du Mexique (fondé en 1986)
    Morena : Mouvement de régénération nationale (gauche) (fondé en 2012)
    Movimiento Ciudadanos : Mouvement citoyen (ex-Parti convergence, fondé en 1999, devient Ciudadanos en 2011)

    Groupes armés

    EZLN : Armée zapatiste de libération nationale

    Autres organisations

    Conseil coopérateur des entreprises (patronale)
    Coparmex (Confédération patronale)

    PERSONNALITÉS

    M. Andrés Manuel LÓPEZ OBRADOR (« AMLO ») (gauche)
    M. Carlos SLIM

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 6 décembre 1810
    Divers : révolution (1910-1920) ; Mouvement de libération nationale du Mexique (1966)

    TERRITOIRE

    Capitale : Mexico
    Divisions administratives : Le Mexique est divisé en 31 États

    Divers
    Palenque, Tulum (sites archéologiques mayas)
    Tenochtitlán (1325, cap. des Aztèques, Mexico)
    le Zócalo (Plaza de la Constitución, grand-place de Mexico)
    Yucatán

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions
    Religion officielle : pas de religion officielle
    Religion principale : catholicisme
    Et aussi : protestantisme

    Langues
    Langue officielle : espagnol (de facto)
    Autres langues : anglais, langues indigènes : nahuatl, maya, mixtèque, zapotèque

    Médias
    La Jornada (quotidien de gauche, Mexico)
    Proceso (hebdomadaire)
    Televisa
    TV Azteca
    Univision

    DIVERS

    Indiens Yaquis

    #pays #mexique #amériques #amérique_centrale

     

  • *

    Arménie (l’), f.

    Nom officiel : République d’Arménie (ex-république soviétique)
    Habitants : Arménien(ne)s
    Monnaie : 1 dram (AMD) = 100 luma

    NB : Haut-Karabakh (voir la fiche spécifique)

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : république unitaire
    Régime : présidentiel (future république parlementaire en 2018)
    Texte fondamental : Constitution de 1995
    Chef de l’État : président de la République, M. Serge SARKISSIAN (HHK)
    Siège du chef de l’État : palais présidentiel (Erevan)
    Chef du gouvernement : premier ministre, M. Hovik ABRAHAMIAN (HHK)
    Siège du gouvernement : palais du gouvernement (Erevan)
    Pouvoir législatif : Parlement monocaméral, Assemblée nationale (Azgayin Zhoghov)
    Et aussi... : Conseil constitutionnel, Cour de cassation

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées arméniennes (Nagorno-Karabakh Republic)
    Police : police de la république d’Arménie (11 divisions)
    Services de renseignement : service de sécurité nationale (NSS)

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    BHK : Arménie prospère (libéral) (fondé en 2004)
    HAK : Congrès national arménien (centre) (fondé en 2008)
    Héritage (centre) (fondé en 2002)
    HHK : Parti républicain d’Arménie (libéral, parti de gouvernement) (fondé en 1990)
    HKK : Parti communiste arménien (ex-Parti communiste de l’Arménie soviétique) (marxiste-léniniste) (fondé en 1991)
    OEK : État de droit (centre) (fondé en 1998)

    TERRITOIRE

    Capitale : Erevan (Erévanais[es])
    Superficie : 29 800 km²
    Longueur de côtes : 0 km
    ZEE : 0 km²

    Divisions administratives : L’Arménie est divisée en 11 provinces (marzer)
    Marzer : Aragatsotn, Ararat, Armavir, Erevan, Geghartkunik, Kotayk, Lorri, Shirak, Syunik, Tavush, Vayot Dzor

    monts Aragats (point culminant de l’Arménie)

    Contentieux : interne dans la région du Haut-Karabakh ; contentieux de frontières avec l’Azerbaïdjan et occupation arménienne d’une partie du territoire de son voisin

    HISTOIRE

    Dates
    Indépendance : 1991 (de l’Union soviétique)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religions principales : Église apostolique arménienne

    Langues 
    Langue officielle : arménien
    Autres langues : kurmandji, russe

    DIVERS


    Armatom (Institut de recherche nucléaire arménien)
    centrale nucléaire de Metsamor

    #pays #arménie #europe #caucase

     



  • *

    pluriel des noms d‘origine anglo-saxonne

    finissant par « ch »
    un match ; des matchs
    un rush ; des rushs
    un sandwich ; des sandwichs

    finissant par « y »
    un lobby ; des lobbys

    #abécédaire #pluriel #anglais

     

  • *

    Espagne (l’), f.

    Nom officiel : royaume d’Espagne
    Habitants : Espagnol(e)s
    Monnaie : 1 euro (EUR) = 100 cents

    ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

    Nature de l’État : monarchie constitutionnelle régionalisée
    Régime : parlementaire
    Texte fondamental : Constitution de 1978
    Chef de l’État : roi, FELIPE VI
    Siège du chef de l’État : palais de la Zarzuela (Madrid)
    Chef du gouvernement : président du gouvernement, M. Mariano RAJOY (PP)
    Siège du gouvernement : palais de la Moncloa (Madrid)
    Pouvoir législatif : Parlement bicaméral (Congrès des députés, Sénat) (les Cortes)
    Et aussi : Les communautés autonomes disposent de leurs propres organes exécutifs et législatifs ; l’organisation des compétences des institutions régionales et nationales donne une grande marge d’action aux communautés autonomes (État régionalisé, quasi fédéral).

    FONCTIONS RÉGALIENNES

    Armée : forces armées espagnoles, armée de terre, air, marine
    Police : corps national de la police d’Espagne (CNP), garde civile
    Services de renseignement : Centre national de renseignement (CNI)
    Et aussi : Tribunal constitutionnel
    La communauté autonome de Catalogne dispose de sa propre force de police, qui s’ajoute aux deux divisions nationales.

    PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES

    Partis nationaux

    Equo (écologistes) (fondé en 2011)
    IU : Izquierda Unida ; Gauche unie (coalition extrême gauche) (fondé en 1986)
    PCE : Parti communiste d’Espagne (marxiste) (fondé en 1921)
    PP : Parti populaire (parti de gouvernement, droite conservatrice) (fondé en 1989)
    Podemos (gauche) (fondé en 2014)
    PSOE : Parti socialiste ouvrier espagnol (centre gauche) (fondé en 1879 ; interdit entre 1936 et 1977)

    Partis régionaux

    BNG : Bloc nationaliste galicien (Bloque Nacionalista Galego) (coalition de régionalistes de gauche) (fondé en 1982)
    BLOC : Bloc nationaliste valencien (gauche régionaliste) (fondé en 1997)
    CNN : Centre nationaliste canarien (centriste régionaliste) (fondé en 1992)
    CDC : Convergence démocratique de Catalogne (centriste, nationaliste catalan) (fondé en 1974)
    C’s : Citoyen - Parti de la citoyenneté (centre gauche) (fondé en 2005)
    EH : Euskal Herritarok (fondé en 1998, interdit en 2003)
    EH Bildu : Réunir le Pays basque (coalition de la gauche indépendantiste basque) (fondé en 2012)
    FAC : Forum des Asturies (fondé en 2011)
    PNV : Parti nationaliste basque (centriste) (fondé en 1896)
    PSE : Parti socialiste d’Euskadi (branche du PSOE espagnol) (fondé en 1977)

    Groupes armés

    Batasuna : Unité (extrême gauche indépendantiste basque) (2001-2013, interdit à partir de 2003)
    ETA : Euskadi ta Askatasuna ; Pays basque et liberté (groupe armé indépendantiste) (formé en 1959)

    Et aussi
    Democracia real ya ! (mouvement, plate-forme)
    mouvement du 15-M (ou mouvement du 15-Mai) (le 15-M)

    PERSONNALITÉS

    M. Ángel ACEBES (PP, proche des Légionnaires du Christ)
    M. José María AZNAR (président 1996-2004)
    M. Felipe GONZÁLEZ (président 1982-1996)
    M. José MONTILLA (Catalogne, président du gouvernement)

    HISTOIRE

    Dates
    1919 : la Retirada (« retraite ») (guerre d’Espagne) ; Seconde République espagnole (1931-1939) ; 11 mars 2004 : attentats du 11-Mars

    Personnalités
    cardinal Vicente ENRIQUE Y TARANCÓN † (rénovateur) (1907-1994)
    Wolfram VON RICHTHOFEN † (légion Condor) (1895-1945)

    Divers
    légion Condor (Guernica)
    colonne Durruti

    TERRITOIRE

    Capitale : Madrid (Madrilène[s])
    Superficie  : 505 911 km²
    Longueur de côtes  : 4 964 km
    ZEE  : 1 039 233 km²

    Divisions administratives : L’Espagne est divisée en 17 communautés autonomes (autonomias) , 2 villes autonomes, 50 provinces et environ 8 000 municipalités.
    Communautés autonomes : Andalousie, Aragon, Principauté des Asturies, îles Baléares, communauté autonome basque, Canaries, Cantabrie, Castille-La Manche, Castille-et-León, Catalogne, Estrémadure, Galice, communauté de Madrid, région de Murcie, communauté de Navarre, La Rioja, communauté valencienne.
    Villes autonomes : Ceuta, Melilla

    Divers 
    Costa Brava
    Costa Dorada
    Canaries
    El Medano, El Hierro (villes des Canaries)

    CULTURE ET SOCIÉTÉ

    Religions 
    Religion principale : catholicisme

    Langues 
    Langue officielle : castillan (dans l’ensemble de l’Espagne)
    Autres langues : catalan (officiel en Catalogne, aux îles Baléares, dans la Communauté valencienne), basque (officiel au Pays basque, en Navarre), galicien (officiel en Galice), aranais (officiel au Val d’Aran), aragonais, asturien, estrémègne

    Médias
    El País (quotidien national) (1976)

    DIVERS

    Fundación Pablo Iglesias
    aéroport de Barajas (Madrid, attentat ETA décembre 2006)
    Banco Bilbao Vizcaya Argentaria (BBVA)
    Conférence épiscopale
    les « indignés »

    Pays basque

    Bataillon basque espagnol (extrême droite)
    etarra(s) (membre de l’ETA)
    abertzale (« patriote », tendance de gauche)
    accords de Lizarra-Garazi (1998)
    plan Ibarretxe
    Groupes antiterroristes de libération (GAL)
    « guerre sale » (GAL)

    #pays #espagne #europe #europe_de_l'ouest

     


  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message