Correcteurs

compte officiel

  • *

    signes de ponctuation

    Cumul de deux signes de ponctuation
    Dans le cas d’une (ou plusieurs) citation(s) intégrée(s) dans une phrase, il est possible de cumuler le signe de ponctuation de la citation avec celui de la phrase qui accueille la citation, avec ou sans guillemet fermant entre les deux, selon qu’il s’agit de la fin de la citation ou d’une incise.
    Exemples :
    « Tu es fou ! », s’exclama Emmanuel.
    « Tu es fou !, s’exclama Emmanuel, je n’irai pas à Saint-Lô ! »

    Usage des crochets
    • Pour les interventions de la rédaction dans le texte (traduction, conversion, explication d’une notion ou d’une expression...) : en italique dans un texte en romain et en romain dans un texte en italique, sauf quand l’intervention est courte.
    Exemple :
    M. [Joseph] Kabila
    • Ils sont utilisés en deuxième niveau à l’intérieur de parenthèses, notamment pour les appels de note.

    Usage des parenthèses
    On peut utiliser deux jeux de parenthèses consécutifs à la seule condition que le second soit un appel de note.

    • Quand une expression est entre guillemets, l’article défini (le, la, les) n’y est pas inclus.
    Exemples :
    la « communauté internationale »
    c’est le « deux poids, deux mesures » (quand l’expression est substantivée)
    l’« empire du Mal »
    les « frappes chirurgicales »
    la « guerre contre le terrorisme »
    Pensons à ces figures politiques : le « beur », le « sans-papiers », le « travailleur immigré »...

    Mais on inclut l’article défini dans les guillemets
    –- s’il fait partie d’une phrase
    Exemples :
    La sagesse populaire affirme que « le diable se niche dans les détails ».
    Élire des Blancs qui affirment que « la race ne compte pas » est une chose.
    –- s’il fait partie d’une expression (le plus, le moins, le pire...)
    C’était, selon elle, « le pire félon qu’[elle ait] jamais rencontré ».
    En disant que le changement climatique est « le plus grand des défis à venir », on n’a encore rien dit.

    • Dans une citation, la ponctuation finale est avant le guillemet fermant s’il y a une capitale de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille.« C’est une vieille demeure. » Ainsi la qualifia M. Truc.
    Il me dit : « Je ne suis pas d’accord ! »

    L’appel de note vient alors avant la ponctuation finale.
    Exemples :
    La maison semblait tranquille. « Ni bruit ni fureur (1). » Ainsi s’exprima M. Truc.
    Il s’exclama : « I disagree (1)  ! »
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    • Dans une citation, la ponctuation finale est après le guillemet fermant s’il n’y a pas de majuscule de début de phrase après le guillemet ouvrant.
    Exemples :
    D’après lui, « c’était un rêve ».
    Il partait « pour toujours. Comme on se noie ».

    L’appel de note vient alors :
    –- soit avant le guillemet fermant quand la note concerne la citation même.
    Exemples :
    Libération conjure les électeurs d’« assumer leur responsabilité historique (1)  ».
    Yves Lacoste assure que Bandung, « cela s’appelle l’Aurore (1)  ».
    (Bien veiller à ce que le guillemet fermant soit en italique !)

    –- soit entre le guillemet et la ponctuation finale.
    Exemples :
    Il s’agit, selon X, de « combiner la puissance d’Internet et celle de la génétique », et, selon Y, « de permettre aux individus d’être des acteurs de leur santé » (1).
    (la note se rapporte aux deux citations, elle ne peut donc pas être à l’intérieur des guillemets de la seconde)
    M. Bayrou dénonce les « ambiguïtés », les « déceptions » et les « confusions » (1).
    (la note porte sur les trois mots)

    Usage de la barre oblique
    Utilisée, sans espace avant ni après, dans les adresses Internet, pour les fractions, pour employer la double nomination d’un lieu (en cas de conflit territorial ou de double langue au sein d’une même région).
    Exemples :
    www.monde-diplomatique.fr/revues
    les îles Senkaku/Diaoyu (Japon — Chine)
    les îles Dokdo/Takeshima (Corée du Sud — Japon)
    la région Pec/Pecja (enclave serbe au Kosovo)

    Avec un blanc avant et après, pour marquer la séparation entre des vers.
    Exemple :
    Ma pauvre muse, hélas ! Qu’as-tu donc ce matin ? / Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes / Et je vois tour à tour s’étaler sur ton teint / La folie et l’horreur, froides et taciturnes.

    Tirets (ou « moins »)
    Pour la mise en valeur d’incises. On place un blanc avant et après les tirets ouvrant et fermant, sauf si ce dernier est suivi d’une virgule (on évite le point-virgule après le tiret d’incise fermant). La ponctuation de fin de phrase dispense de fermer l’incise.
    Exemples :
    Au cas où la Commission — seule compétence ici — décèlerait un déficit structurel, les États devront mettre en place un mécanisme de correction automatique.
    Ce serait un retournement de plus dans les relations des deux frères ennemis — réjouissant, celui-là.
    À éviter : le tiret fermant en début de ligne et le tiret ouvrant en fin de ligne.

    Dans le sommaire, pour la séparation de deux éléments au sein d’une même section.
    Exemples :
    Pages 14 et 15 :
    La Pologne orientale passe à l’Ouest, par Laurent Geslin et Sébastien Gobert. — Mosaïque culturelle (L. G. et S. G.).

    Tiret d’énumération en début de ligne (avec ou sans retrait) suivi d’une espace insécable.

    Tiret de dialogue, en début de ligne, avec retrait, suivi d’une espace insécable.

    « Dive blanchie »
    Elle permet de séparer deux ou plusieurs termes d’un ensemble de mots lorsque l’un d’eux est composé.
    Exemple :
    le triptyque Russie - Chine - Proche-Orient
    une coédition Irasec — Les Indes savantes

    Accolades
    Les accolades ne sont pas utilisées.

    Astérisques
    Sont surtout utilisés pour les renvois des signatures.
    Exceptions graphiques :
    Parfois utilisées dans les textes littéraires pour insérer des blancs entre certains paragraphes.

    #code_typo #signes_de_ponctuation #charte_graphique

     

  • Outils de recherche
  • Dans la fenêtre de recherche, saisissez un mot ou une ébauche de mot d’au moins quatre lettres. Les occurrences qui correspondent exactement à cette recherche s’afficheront, surlignées en jaune.
  • En ajoutant un astérisque final, vous trouverez tous les mots du site commençant par les caractères saisis. Ce qui est utile notamment lorsque l’on hésite sur l’orthographe du mot recherché.
  • Il est possible de saisir une suite de chiffres ou bien un mot comportant un trait d’union.
  • Les outils de recherche avancée sont sur cette page.
Une question, une remarque ? Écrivez-nous :

Envoyer un message